Tous les produits

 
Retour
 
[intégration (L') régionale au service de la mondialisation?]
Ouvrage
Économie internationale - Économie internationale

intégration (L') régionale au service de la mondialisation?

Auteur(s) :

Année d'édition :2004
Réf. : 3303332028559
48 pages, 21x27cm

Papier
4,50
épuisé

Problèmes économiques
No 2.855
7 juillet 2004

DOSSIER : L'intégration régionale au service de la mondialisation

Mondialisation et régionalisation : les cas de l'Europe et de l'Asie de l'Est
Cepremap
Pascal Petit
L'internationalisation des économies développées est marquée dans la période contemporaine par le développement de processus d'intégration régionale. L'auteur se propose d'identifier grâce à une analyse méso-économique deux idéaux types de construction régionale : celui de l'Europe et celui de l'Asie de l'Est. Les différences fondamentales, mais également les points communs dans l'émergence et l'évolution de ces deux modèles, sont mis en évidence. La transformation de ces blocs régionaux en structures hybrides est fortement liée aux chocs extérieurs et aux pressions qu'exercent sur leurs membres l'environnement international.

Libéralisation commerciale et régionalisme : le cas des Amériques
Economie internationale
David Roland-Holst et Dominique van der Mensbrugghe
La comparaison empirique des effets de la zone de libre-échange des Amériques (ZLEA) avec ceux d'un processus global de libéralisation est riche d'enseignements. Les auteurs montrent qu'au niveau macroéconomique, la libéralisation multilatérale procure, en général des gains supérieurs à celle qu'on mène au niveau régional. Comment comprendre alors l'engouement actuel pour le régionalisme ? Il pourrait s'expliquer à la fois par la grande incertitude qui entoure les négociations multilatérales et par le sentiment que les risques de la libéralisation sont moins élevés dans le cadre d'accords régionaux. Par ailleurs, aux vues des résultats de l'analyse, l'idée selon laquelle la libéralisation régionale favoriserait l'adaptation de certains pays à la globalisation ne semble guère pertinente.

ALENA : dix ans après, le libre-échange toujours en procès
The Economist
L'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) a dix ans. Si ses détracteurs furent nombreux lors du lancement du projet, force est de constater, une décennie plus tard, que leur nombre n'a guère diminué et que la controverse reste vive. D'ailleurs, l'accord reste aujourd'hui impopulaire dans les trois États signataires. Pourtant, pour le Mexique, dont le cas est le plus intéressant dans la mesure où avant l'ALENA l'économie y était presque complètement fermée, les études montrent que le pays a largement tiré profit de l'accord. Quant aux États-Unis, les craintes les plus vives portaient sur la disparition d'emplois. Or, entre 1994 et 2000, l'économie américaine a créé plus de 2 millions par an. Et si un certain nombre d'emplois ont disparu dans le secteur industriel, l'ALENA ný a qu'une responsabilité limitée. Enfin, au Canada, les inquiétudes étaient liées à une éventuelle remise en cause du système de protection sociale. Mais dix ans après l'entrée en vigueur de l'accord, le modèle canadien demeure très différent de celui des États-Unis.

L'intégration régionale en Afrique est-elle au service du développement ?
Cahier de politique économique
Andrea Goldstein
L'intégration régionale n'est pas un fait nouveau sur le continent africain. C'est en effet en Afrique australe que se trouve la plus ancienne union douanière du monde. Cependant, les nombreuses expériences qui ont été conduites par les États africains en matière de régionalisme économique ont, pour la plupart, abouti à des échecs. Aujourd'hui, l'intégration régionale sur le continent noir, en instaurant la confiance, devient un instrument de promotion de l'investissement privé. On peut espérer que l'harmonisation régionale des politiques économiques et la mise en œuvre de projets d'infrastructures communs permettent une meilleure insertion des pays africains dans l'économie mondiale, un accroissement des flux de capitaux et la stimulation des échanges entre les États du continent.

L'OMC face au nouveau régionalisme économique
Cahiers de recherche - CEIM
Christian Deblock
En juillet 2003, seuls trois membres de l'OMC -Macao Chine, la Mongolie et le Taipei chinois- n'étaient pas liés à un accord commercial régional (ACR). Au cours des dernières années, Les ACR se sont multipliés. Les analyses de leurs conséquences sont partagées. Si d'aucuns s'inquiètent de l'ampleur du phénomène, parce qu'ils considèrent que ces groupements régionaux mettent en danger le système commercial multilatéral, d'autres estiment au contraire qu'ils peuvent le soutenir. L'OMC, qui autorise dans certaines conditions la conclusion d'ACR, n'en est pas moins soucieuse des risques associés au nouveau régionalisme et a mis en place, dans le seconde moitié des années 1990, un comité chargé d'examiner les groupements régionaux et leur conformité avec les règles du commerce multilatéral

EGALEMENT DANS CE NUMERO :

MARCHE DU TRAVAIL
La productivité des salariés âgés : une tentative d'estimation
Economie et statistique
Patrick Aubert, Bruno Crépon
En moyenne, les salaires augmentent avec l'âge, mais est-ce que des salaires plus élevés correspondent à une productivité plus élevée ? Les auteurs du présent article tentent de répondre à cette question. Leur étude suggère que la productivité des salariés croît avec l'âge jusqu'à 40 ans, avant de se stabiliser. En particulier, il n'apparaît pas d'écart marquant entre salaire et productivité, si ce n'est aux âges les plus avancés (plus de 55 ans). Ces résultats restent néanmoins assez peu précis, car l'estimation contient au moins deux biais : les salariés âgés sont plus nombreux dans les entreprises anciennes et peu efficaces et ils représentent une partie de la main-d'œuvre qui s'ajuste moins rapidement aux chocs de productivité.

MANAGEMENT
France-Allemagne : management interculturel, gérer les incidents critiques
Regards sur l'économie allemande
Christoph Barmeyer
Pour des raisons objectives et subjectives, les économies de la France et de l'Allemagne sont particulièrement proches. Coûts de production et d'investissement en France attractifs pour les entreprises allemandes, taille du marché allemand adaptée à leurs homologues françaises, curiosité et intérêt pour le mode de vie de l'autre, tout cela a contribué à un niveau de rapprochement économique exemplaire. Malgré cette proximité, les malentendus franco-allemands persistent. La vie des entreprises en offre de nombreux exemples. Rarement dus aux différences de stratégies ou d'objectifs, ces malentendus s'expliquent le plus souvent par l'incompréhension des systèmes de valeurs et d'interprétation de l'autre.

RELATIONS ECONOMIQUES EXTERIEURES
Les pays partenaires du processus de Barcelone et leurs relations avec la zone euro
Bulletin mensuel de la BCE
Le processus de Barcelone vise à établir à partir de 2010 une zone de libre-échange entre l'Union européenne et plusieurs pays méditerranéens. Ces derniers sont loin d'être homogènes mais ils possèdent quelques points communs : les systèmes financiers sont partout centrés sur les banques, l'environnement monétaire est de plus en plus stable et, dans la plupart des pays, les services prennent une place croissante. Si, par ailleurs, les échanges intra-zone restent à un faible niveau, la région est très orientée vers l'UE : en moyenne, le commerce extérieur avec cette zone représente 40 % des échanges totaux. Mais malgré une intensification des relations politiques, les échanges semblent avoir atteint un palier.

Auteur(s) moral(aux)

La Documentation française