Retour
 
Entreprise, industrie - Vie économique

L'entrepreneur du XXIe siècle

Problèmes économiques
N°3026 - 14 septembre 2011

Auteur(s) :

Editeur :

Année d'édition : 2011
Réf. : 3303332030262
48 pages, 21 x 27 cm

4,70

 

Des start up de la Silicon valley aux PME innovantes françaises, ce numéro esquisse le portrait-robot de l'entrepreneur-créateur au XXIe siècle et analyse les mécanismes à l'oeuvre dans le processus de création d'une entreprise aujourd'hui.

Alors qu’on s’interroge sur la nature et la forme de « l’entreprise post-crise », il n’est pas inutile de revenir sur la figure de l’entrepreneur et la culture entrepreneuriale en ce début du XXIe siècle. Avec la révolution des nouvelles technologies et notamment le développement fulgurant de l’internet, l’image de l’entreprise, notamment auprès des jeunes générations, s’est profondément modifiée devenant plus dynamique et plus positive.

Problèmes économiques
No 3026
14 septembre 2011

L'entrepreneur du XXIe siècle

Pourquoi devient-on entrepreneur ?
Frankfurter Allgemeine Zeitung
Alexander Kritikos, Frank Fossen et Marco Caliendo
Pour les économistes, un entrepreneur est un individu qui préfère tirer un revenu aléatoire d'une activité indépendante plutôt que percevoir la rémunération garantie, d'un emploi salarié. Les psychologues ont, de leur côté, cherché à préciser les ressorts psychologiques de cette préférence pour le risque. Ces derniers ont, pour décrire la personnalité singulière du créateur d'entreprise, forgé le concept de " locus de contrôle " (le fait d'attribuer à ses propres actions les résultats obtenus) : un niveau élevé de ce " locus de contrôle ", combiné à une forte stabilité émotionnelle, une certaine extraversion et une ouverture à l'expérience sont des traits caractéristiques de l'entrepreneur.

La fonction de l'entrepreneur aujourd'hui
Cahiers du Lab.RII - Université du Littoral Côte d'Opale
Sophie Boutillier et Dimitri Uzinidis
Le retour en grâce de la figure de l'entrepreneur date de la fin des Trente glorieuses : les stratégies d'externalisation des grandes entreprises, ainsi que les politiques publiques d'aides à la création d'entreprises expliquent en grande partie ce regain d'intérêt. Néanmoins, le capitalisme reste aujourd'hui largement managérial et salarial, l'emploi salarié a même poursuivi sa progression pour atteindre 90 % de l'emploi total dans les pays industrialisés. Le salariat s'est en même temps transformé : le risque et l'incertitude ne sont plus une exclusivité de l'entrepreneuriat. L'Etat, en tant que réducteur d'incertitudes grâce à une politique de soutien de la demande ou de l'offre, continue à jouer un rôle fondamental en faveur de la création d'entreprises, l'objectif des politiques publiques étant de faciliter le passage de la situation de salarié à celle d'entrepreneur. La mondialisation, quant à elle, constitue un autre facteur favorisant le développement de l'entrepreneuriat. Elle a renforcé l'interdépendance entre grandes et petites entreprises, les secondes jouant un rôle de facilitateur de l'innovation et de la créativité pour les premières.

L'auto-entrepreneur cherche encore sa place
Revue internationale de droit économique
Nadine Levrato et Évelyne Serverin
La loi de modernisation de l'économie du 4 août 2008 introduit un nouveau statut d'entrepreneur individuel, l'auto-entrepreneur. L'objectif déclaré est de soutenir une politique économique conjuguant lutte contre le chômage, croissance et amélioration du pouvoir d'achat. L'auto-entrepreneur est-il un véritable entrepreneur ? Tout d'abord, tirer un revenu d'une activité indépendante n'est pas suffisant pour être considéré comme tel. Ensuite, l'auto-entrepreneur est mal armé face aux bailleurs et aux créanciers. Il n'est pas non plus à proprement parler un générateur d'entreprise de croissance car son statut (notamment la limitation du chiffre d'affaires) rend l'expansion de son entreprise particulièrement difficile.

Passage obligé pour lancer une start-up
Le nouvel Economiste
Elsa Bellanger
Le parcours d'un créateur de start-up, s'il s'agit de la commercialisation d'un produit ou d'un service innovant, technologique ou non, est jalonné de plusieurs étapes. Dans tous les cas, la participation à un concours dédié aux jeunes pouces, aujourd'hui de plus en plus nombreux et variés, présente une double utilité : d'abord pour le créateur qui peut recevoir une aide précieuse dans la phase de levée de fonds, ensuite pour l'organisateur du concours. Outre le Concours national à la création d'entreprise de technologies innovantes de l'Agence pour la création d'entreprises (APCE), certaines entreprises privées mais également des collectivités territoriales organisent ce type de concours. Pour ces acteurs, il s'agit souvent de détecter des projets porteurs afin de constituer un réseau de petites entreprises qui peuvent favoriser l'innovation. L'intérêt de ces concours réside également dans le développement de pôles d'activités au niveau local ou régional.

Les entrepreneurs du XXIe siècle : un changement qualitatif
Harvard Business Review
Anne S. Habiby et Deirdre M. Coyle Jr.
Les entrepreneurs du XXIe siècle sont différents de ceux du siècle précédent. Autrefois, il fallait, afin de faire fructifier son affaire, réunir beaucoup de capitaux, être innovant et atteindre rapidement des économies d'échelle. La révolution des nouvelles technologies a changé la donne. Les entrepreneurs sont aujourd'hui beaucoup moins dépendants des capitaux et les barrières à l'entrée ne constituent plus un obstacle aussi important. Ce nouvel environnement offre notamment d'excellentes perspectives pour le développement des petites entreprises. Par ailleurs, l'irruption de firmes particulièrement dynamiques n'est plus l'apanage des pays industrialisés, ni des grands pays émergents. De nombreux exemples témoignent de ce phénomène comme les succès d'Aramex (le FedEx du Moyen-Orient) ou SecuTronic, une entreprise saoudienne de sécurité de haute technologie qui connaît des taux de croissance vertigineux.

EGALEMENT DANS CE NUMERO

HISTOIRE ECONOMIQUE
L'Asie, une autre modernité économique
Sciences Humaines
Xavier de la Vega
Comment, à partir du XIXe siècle, l'Europe est-elle parvenue à supplanter toutes les autres régions de la planète pour ensuite, un siècle durant, devenir la principale puissance économique mondiale ? C'est à cette vieille question que répond dans un ouvrage traduit en français, en 2010, l'historien américain Kenneth Pomeranz. Dans Une grande divergence, ce spécialiste d'histoire globale, professeur à l'université de Californie à Irvine, avance que jusqu'au début du XIXe siècle, l'Europe ne possédait aucun avantage décisif sur la Chine. L'Angleterre, le pays le plus avancé du Vieux Continent n'aurait dû en grande partie son décollage industriel qu'au hasard. Cette thèse, qui a suscité de violentes critiques, offre une relecture fondamentale de la genèse des économies modernes et permet d'éclairer d'un jour nouveau certaines questions contemporaines comme la montée en puissance de la Chine et de l'Asie de l'Est ou la soutenabilité de la croissance économique mondiale.

MINIMA SOCIAUX
DU RMI au RSA : la solidarité et la décentralisation en débats
Connaissance de l'emploi
Anne Eydoux et Carole Tuchszirer
En France, depuis plus de deux décennies, la lutte contre la pauvreté et l'insertion des personnes en difficulté sont des questions qui reviennent régulièrement au cœur de l'actualité. La solidarité nationale et la gouvernance des politiques sociales figurent en effet parmi les sujets de société les plus intensément débattus. La définition de la solidarité publique a évolué au fil des ans et des alternances politiques, tandis que l'Etat confiait progressivement aux départements le financement et le pilotage de l'insertion. Les auteurs retracent et analysent cette évolution au travers des débats parlementaires qui ont, de 1988 à 2008, présidé à l'instauration du RMI, du RMA puis du RSA,

ALIMENTATION
Quand la famine disparut de la surface du globe
La vie des idées
Thimothy Brook
La famine est-elle en train de sortir de l'histoire des hommes ? C'est ce qu'avance l'économiste irlandais Cormac Ó Gráda dans Famine : A Short History, un ouvrage publié, en 2009, aux Princeton University Press. Une trentaine d'années après le livre qu'Amartya Sen consacra à la grande famine de 1943 au Bengale et qui fut la contribution la plus importante à la réflexion sur ce fléau depuis les travaux de Malthus en 1798, l'étude d'Ó Gráda conteste la place que nous avons tendance à accorder à la faim souvent envisagée comme un facteur puissant et permanent de l'histoire humaine. Il rappelle que la nourriture est aujourd'hui produite, consommée et distribuée en abondance sur l'ensemble de la planète et qu'elle peut être en cas de famine transportée là où elle est nécessaire. Seuls les pays dépourvus de gouvernements responsables, comme on a pu le constater ces dernières années avec la Corée du Nord, peuvent encore affamer la population et s'en servir comme d'une arme politique. Il nous reste néanmoins un grand défi à relever, celui du développement d'une agriculture durable.

Auteur(s) moral(aux)

La Documentation française

La Documentation française

Tous les titres de l’éditeur

Problèmes économiques

Gagner du temps
Problèmes économiques extrait les articles les plus pertinents de la presse française et internationale pour donner une analyse distanciée de l'actualité économique

Rester informé
Grâce à la veille effectuée par la rédaction de la revue, aucune question économique importante n'échappe aux lecteurs.

 

La revue Problèmes économiques est née le 7 janvier 1948 de la fusion du Bulletin hebdomadaire d'informations économiques édité par la Documentation française et de la Revue hebdomadaire de la presse économique française publiée par le Centre national d'information économique (CNIE) de l'INSEE.

Elle a pour vocation, et ce dès son origine :

  • de rendre accessible au plus grand nombre l'information économique et sociale ;
  • d'être un outil de travail et de réflexion ;
  • de refléter ce que les revues françaises et étrangères, les instituts de conjoncture, les organisations internationales, les centres de recherche publient.

La revue est structurée autour d'un thème illustré par quatre ou cinq articles issus de revues françaises ou étrangères. Des articles indépendants viennent compléter le dossier.


Chaque année, deux numéros hors-série approfondissent, à partir d'articles inédits, des questions centrales de la science économique.

L'ensemble de ces numéros constitue une véritable collection, indispensable pour comprendre les grandes questions économiques.

Parution bimensuelle

 

Découvrez le n° spécial journées de l'économie - Lyon 2014  : Crise, croissance et modèle social [PDF, 4,2 Mo]

S'abonner à la revue
Poster un commentaire
* Champs obligatoires


Conformément à la loi Informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès , de rectification et d’opposition relatif aux informations vous concernant Pour exercer ce droit, nous vous invitons à cliquer ici pour nous contacter.