Des risques naturels répartis sur tout le territoire français

Dans son rapport sur le projet de loi relatif à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages (2003), le sénateur Yves Détraigne évoque la «nécessaire prise en compte des risques naturels» et rappelle que ceux-ci sont «répartis sur tout le territoire national» :

«La France est soumise à l'ensemble des risques naturels qui existent sur la planète. Leur intensité est plus forte dans les départements d'outre-mer qu'en métropole, les risques d'origine climatique étant plus forts sous les climats tropicaux que sous les climats tempérés ou méditerranéens, et la situation des Antilles à proximité d'un chevauchement de plaques induisant un risque sismique et un risque volcanique importants.

L'ensemble des dossiers départementaux des risques majeurs établis par les préfets permet de dresser un panorama de la répartition des risques naturels sur le territoire national.

Aujourd'hui, avec des gravités très variables, 23 500 communes sont exposées à un ou plusieurs risques naturels : cyclones et tempêtes, inondations sous ses différentes formes (de plaine, torrentielle, par remontées des nappes ou submersion), avalanches, mouvements de terrain (glissement, chute de blocs, cavités souterraines et marnières, retrait-gonflement des argiles), tremblements de terre, éruptions volcaniques, feux de forêt.

Le risque le plus fréquent est le risque d'inondation avec 15 700 communes exposées à des degrés divers. Viennent ensuite le risque de glissements de terrains (5 932 communes), de tremblements de terre (5 100 communes), le risque sismique (1 400 communes) et le risque d'avalanches (400)».

Les 5 principales catastrophes naturelles en France depuis 1900

Les 5 principales catastrophes naturelles en France depuis 1900

Date

Nature

Commentaires

8 mai 1902

Eruption volcanique

Montagne Pelée, Martinique ; 28 000 morts

30 août 1902

Eruption volcanique

Montagne Pelée, Martinique (Morne-Rouge) ; 1 000 morts

12 septembre 1928

Ouragan

Guadeloupe ; 1 200 morts

26, 27-28 décembre 1999

Tempête

92 morts pour les deux tempêtes des 26 et 27-28

1er-20 août 2003

Vague de chaleur

Environ 15 000 morts (près de 30 000 en Europe)

Source : d'après "Les évènements naturels dommageables en France et dans le monde en 2003", ministère de l'Ecologie et du Développement durable, 2004.

La Plaine des sables, sur la route menant au Piton de la Fournaise, à Saint-Philippe (Réunion)

La Plaine des sables, sur la route menant au Piton de la Fournaise, à Saint-Philippe (Réunion).

Agrandir l'image

«Un large consensus existe aujourd'hui dans les sociétés industrialisées pour reconnaître les diverses responsabilités humaines qui conduisent à créer ou à accentuer les dangers dus aux aléas naturels, surtout lorsqu'il s'agit des dangers des eaux. L'argumentaire s'organise alors selon un triple constat. C'est d'abord l'imprévoyance d'un étalement urbain qui a conduit à largement urbaniser, depuis un demi-siècle, les lits majeurs des fleuves et des rivières. (...) c'est ensuite la négligence, de la part des autorités responsables, des effets d'imperméabilisation massive des sols par l'urbanisation, à laquelle s'ajoute souvent le non-entretien des fossés et autres dispositifs permettant l'évacuation des eaux pluviales (...). C'est enfin, dans certaines régions, une déforestation excessive et la destruction du bocage. Le couvert végétal n'absorbe plus le ruissellement qui se transforme sur les pentes en coulées boueuses. Un surcroît de vulnérabilités à mettre au compte des entreprises humaines est moins évident face aux risques géomorphologiques, notamment les séismes dont les lieux précis de manifestation demeurent incertains».

Un indicateur : les arrêtés de catastrophe naturelle

L'Institut français de l'environnement (IFEN) observe que «  de l'ordre des trois quarts des communes françaises (27 647) ont fait l'objet d'au moins un arrêté de catastrophe naturelle depuis l'instauration de cette procédure en 1982 (hors tempête de décembre 1999). Certaines ont été touchées à plusieurs reprises, jusqu'à dix fois ou plus pour 420 communes. Le caractère répétitif des événements est particulièrement prononcé en matière d'inondations et de mouvements de terrain liés à la sécheresse. Près de 2 700 communes ont été inondées au moins cinq fois entre 1982 et 2003» (source : Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie «Données essentielles»).

Mis à jour le 21/01/2005

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires

Le centre de documentation

Un espace de consultation sur l'information légale et citoyenne.

Ouvert à tous, 29 Quai Voltaire, Paris 7ème

En savoir plus

Le centre d'information Europe Direct

Partez à la découverte de l'Union Européenne : actualité, législation, actions, brochures gratuites, informations et conseils.

Ouvert à tous, 29 Quai Voltaire, Paris 7ème

En savoir plus

 

[Publicité]