Retour
 
 

Introduction

ARCHIVE

Chaque nouveau conflit, chaque nouvelle catastrophe naturelle, entraîne son lot de réfugiés et de personnes déplacées, qui viennent grossir les rangs des populations dépendantes de l'aide humanitaire. La communauté internationale a tenté de répondre à ce défi, notamment par la définition d'un statut pour les réfugiés et par la création du Haut Commissariat pour les réfugiés. Mais par-delà les secours d'urgence, se pose la question du retour ou de l'accueil dans un pays tiers. Processus qui se heurte aux politiques restrictives en matière d'asile instaurées par les pays développés.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la communauté internationale se trouve confrontée à un problème majeur : la présence sur le sol européen de plus de quarante millions de réfugiés et de déplacés. Elle pense néanmoins que cette crise sera rapidement réglée. Ainsi le Haut Commissariat pour les réfugiés n'est-il, à sa création en 1951, doté que d'un mandat de trois ans. Cinquante ans plus tard, le HCR existe toujours et évalue à environ 20 millions le nombre de personnes relevant de son mandat. Aucun continent n'est épargné, mais l'immense majorité des réfugiés se trouve dans des pays pauvres, incapables d'assurer seuls la protection et la prise en charge matérielle de ces populations.La situation a, de plus, considérablement évolué : le HCR ne s'occupe plus exclusivement des réfugiés tels qu'ils sont définis par la Convention de 1951 sur le statut des réfugiés. Il prend également en charge des personnes déplacées, des rapatriés, des demandeurs d'asile et des apatrides.

Enfin, les organisations en charge des réfugiés se soucient désormais de trouver des solutions durables aux "crises humanitaires prolongées" dans lesquelles les deux tiers des réfugiés se trouvent pris au piège. Ils sont hébergés le plus souvent dans des camps, qui leur assurent une survie matérielle, mais ne leur assurent pas toujours la sécurité et les services d'éducation ou de santé auxquels la législation internationale leur donne droit. Au-delà du secours apporté en urgence, il s'agit d'organiser le rapatriement ou, à défaut, l'installation dans le pays d'accueil ou dans un pays tiers de ces populations.
Et ce processus se heurte, dans ce dernier cas, aux politiques restrictives en matière d'asile instaurées par les pays développés.

Mis à jour le 01/03/2007

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires