Retour
 
 

Les élargissements de 2004, 2007 et 2013 : les nouveaux membres

Carte de l'élargissement de l'Europe.

Carte de l'élargissement de l'Europe.
© Dila

Agrandir l'image

Le 1er mai 2004, l'Union européenne est passée de quinze à vingt-cinq Etats membres en accueillant Chypre, l'Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Slovénie. Puis, le 1er janvier 2007, la Bulgarie et la Roumanie ont rejoint l'UE, suivies en 2013 par la Croatie. L'Union compte désormais vingt-huit pays. Ces élargissements ont bouleversé la donne : la superficie de l'UE a augmenté de plus de 25 %, sa population de plus de 20 %, mais sa richesse d'environ 5 % seulement. Le PIB moyen par habitant de l'Union européenne a de ce fait diminué de plus de 10 % et les disparités régionales sont deux fois plus importantes. Cependant, depuis l'adhésion, les écarts entre les anciens et nouveaux membres se sont réduits, du moins jusqu’à la crise économique mondiale, qui a durement frappé les nouveaux Etats membres à partir de 2009. Cette dernière a stoppé net la croissance de ces pays et les a privés d'une bonne partie de leurs recettes d'exportation.

Les PECO et la Slovénie : des situations contrastées

Campagne d'affichage pour l'adoption de l'euro, Bratislava, octobre 2008

Campagne d'affichage pour l'adoption de l'euro, Bratislava, octobre 2008.

© CE.

Agrandir l'image

En entrant dans l'Union européenne, la Hongrie a atteint ce qui était depuis 1990 l'objectif central de sa politique étrangère. Budapest dispose de douze voix au Conseil de l'Union et envoie vingt-deux députés au Parlement européen. Entrée dans l'espace Schengen fin 2007, la Hongrie est favorable à l'élargissement de l'UE, en particulier aux pays des Balkans occidentaux. Le 1er janvier 2012, une nouvelle Constitution est entrée en vigueur. Elle remplace la Constitution de 1949, amendée en 1989 lors de la transition démocratique. Sous la nouvelle Constitution, le nom du pays devient "Hongrie" (anciennement "République de Hongrie"). La Loi fondamentale introduit une référence à Dieu ("Dieu bénisse les Hongrois"). Elle est accompagnée par une trentaine de lois "cardinales" et par près de trois cents lois ordinaires adoptées depuis l’arrivée au pouvoir du parti conservateur Fidesz en mai 2010. Le 17 janvier 2012, la Commission a engagé des procédures d'infraction accélérées au motif que plusieurs dispositions découlant de la  Constitution contreviennent au droit européen.

C'est fragilisée que la Hongrie a été confrontée à la crise financière de l'automne 2008. Elle a connu une profonde récession en 2009 avec une contraction du PIB de 6,3 %. Elle a dû faire appel au soutien de la communauté financière internationale, et bénéficie ainsi d'un accord de confirmation du FMI de 12,5 milliards d'euros. L'Union européenne a, quant à elle, mobilisé l'instrument de "soutien financier à moyen terme" de l'UE et consenti un prêt de 6,5 milliards d'euros. Malgré une croissance de 1,5 % du PIB en 2011, l’économie hongroise a de nouveau connu une récession en 2012 (-1,7 %).

Entrée dans l'UE avec une opinion publique largement acquise à la construction européenne (78 % de "oui" lors du référendum d'adhésion en juin 2003), la Pologne reste, près de dix ans après l'adhésion, l'un des pays les plus "euro-enthousiastes" (74 %) parmi les 27. Sixième "Grand" par la taille, au sein de l'UE, elle dispose au Conseil d'un nombre de voix équivalent à celui de l'Espagne. Elle compte cinquante députés au Parlement européen. La Pologne reste le plus grand bénéficiaire des fonds structurels et du fonds de cohésion parmi les nouveaux états membres pour 2007-2013, au total 67,3 milliards d'euros (soit 19,3 % de l'enveloppe communautaire). La conjoncture s'est dégradée en 2009, mais la croissance du PIB polonais est restée positive (1,9 % en 2012, selon Eurostat). L'adhésion du pays à la zone euro a été reportée à l'horizon 2014-2016.

En République tchèque, si le discours politique dominant défend généralement l'idée d'une "Europe sans barrières", ultralibérale et dérégulée, les partis représentés au Parlement sont davantage partagés sur les moyens. Les eurosceptiques vont sans doute garder une influence forte sur la politique européenne au sein du gouvernement.

Prague dispose de douze voix au Conseil et de vingt-quatre députés dans le Parlement européen élu en juin 2009. La République tchèque soutient les progrès effectués dans le cadre des discussions avec la Turquie, ainsi que la perspective d'une adhésion de la Moldavie et de l'Ukraine.
Le creusement des déficits publics retarde l'échéance de l'adhésion à l'euro, fixée au plus tôt au tournant des années 2015-2016.

La Slovaquie a rejoint l'Union européenne avec une opinion très largement favorable (plus de 92 % de "oui" au référendum d'adhésion). Après l'entrée dans Schengen, effective en décembre 2007, le passage à l'euro fut perçu comme un nouvel objectif politique prioritaire. La Slovaquie a rempli les critères de Maastricht et a réussi son passage à l'euro, effectif le 1er janvier 2009. Ce pays - qui comprend une minorité ruthène non négligeable et accueille des travailleurs ukrainiens - lie souvent, pour des raisons géographiques évidentes, la politique de voisinage à une logique d'élargissement. Bratislava estime qu'il est nécessaire de donner à l'Ukraine une perspective claire d'adhésion afin d'aider à sa stabilisation.

Très ouverte et dépendante des exportations, notamment des secteurs automobile et électronique, l'économie slovaque a connu en 2009 la récession la plus sévère de son histoire avec un recul de 4,7 % de son PIB, mais celui-ci s’est redressé depuis (1,8 % en 2012).

De 2004 à 2008, la Slovénie a poursuivi une politique d'intégration européenne, avec l'adoption de l'euro au 1er janvier 2007 et l'adhésion à l'espace Schengen le 21 décembre 2007.

Avec une économie ouverte, largement dépendante des marchés extérieurs, le pays a été touché à partir de novembre 2008 par la crise économique mondiale et en a été profondément affectée, souffrant de la chute de ses exportations et de celle de ses investissements. Les chiffres de croissance pour 2012, sont encore largement négatifs (- 2,5 %).

Les Etats baltes, bons élèves de l'UE

Le Premier ministre estonien retire des euros au distributeur automatique, 1er janvier 2011

Le Premier ministre estonien retire des euros au distributeur automatique, 1er janvier 2011.

© CE.

Agrandir l'image

Au sein de l'Union européenne, l'Estonie dispose de quatre voix au Conseil. Les députés estoniens au Parlement européen sont au nombre de six. Favorable à la poursuite de l'élargissement de l'UE, l'Estonie accorde une attention particulière à la politique de l'UE à l'égard de ses voisins de l'Est.

L'Estonie fait partie de l'espace Schengen depuis décembre 2007 et a rejoint la zone euro le 1er janvier 2011, au prix d'une politique de rigueur drastique, qui lui permet aujourd'hui d'afficher un respect de tous les critères de Maastricht : elle présente toujours la dette publique la plus faible de l'UE et l'un des plus faibles déficits. Très dépendant des investissements étrangers, le pays a été durement touché par la récession  (- 5,1 % de PIB en 2008, -14 % en 2009). Après deux années d’une récession très profonde, l’Estonie a retrouvé en 2010 le chemin d’une croissance robuste et assainie (3,9 % en 2012, Eurostat). La crise laisse cependant dans son sillage un chômage élevé, mais qui évolue néanmoins dans une direction favorable.

La Lettonie a attaché une grande importance à son adhésion à l'UE, associée à la sécurité et à la prospérité. Riga, qui dispose de quatre voix au Conseil et de neuf députés au Parlement européen, a ratifié le traité de Lisbonne en mai 2008. Depuis décembre 2007, le pays est membre de l'espace Schengen.

La Lettonie a connu jusqu'en 2007 une forte croissance économique accompagnée de facteurs d'instabilité (inflation élevée, déficit croissant de la balance commerciale). Le pays a été durement atteint par la crise financière et économique. Le gouvernement a obtenu en décembre 2008 une aide internationale (UE, FMI, pays nordiques) de 7,5 milliards d'euros liée à un programme de stabilisation et de relance de l'économie qui a pour objectif un rétablissement des grands équilibres d'ici à 2012 : ce programme s'est traduit par une très forte réduction de la masse salariale et des dépenses publiques. Après trois années de récession  (2008, 2009, 2010), l’économie lettone affiche en 2012 une croissance supérieure aux prévisions (5,2 %, Eurostat). La Lettonie a intégré la zone euro le 1er janvier 2014.

Au sein de l'Union européenne, la Lituanie dispose de sept voix au Conseil et de treize députés au Parlement européen (comme la Finlande et le Danemark). Membre de l'espace Schengen depuis décembre 2007, la Lituanie est chargée du contrôle d'une frontière extérieure de l'UE avec la Russie (Kaliningrad) et la Biélorussie. Le développement de la politique énergétique de l'UE est l'une de ses priorités.

Depuis son adhésion à l'UE et jusqu'en 2008, la Lituanie a connu une croissance annuelle comprise entre 7 % et 9 %. Elle a été durement touchée par la crise économique mondiale : la récession a été de -15 % en 2009, soit l’une des plus fortes contractions observées en Europe. L'économie lituanienne a cependant renoué avec la croissance dès 2010 (3,7 % en 2012, Eurostat). La reprise économique a surtout été portée par les secteurs industriel et énergétique, ainsi que par le transport et les télécommunications.

Chypre et Malte, deux pays méditerranéens europhiles

Bâtiment de la représentation européenne à Malte

Bâtiment de la représentation européenne à Malte.

© CE.

Agrandir l'image

Pour beaucoup de Chypriotes, l'adhésion de la République de Chypre à l'Union européenne a apporté une garantie de sécurité dans un contexte de partition de l'île et de présence de 40 000 militaires turcs au "Nord". Nicosie s'est immédiatement montré un partenaire actif au sein de l'UE. Les autorités chypriotes se sont fortement impliquées dans la reprise de l'acquis communautaire comme le démontre notamment le passage réussi à l'euro le 1er janvier 2008, quatre ans à peine après l'adhésion de l'île. Le sentiment europhile est encore très fort dans l'opinion, se traduisant par un taux élevé de participation lors des dernières élections pour le Parlement européen en juin 2009.

La prospérité de l’île a été affectée par la crise financière mondiale, qui a frappé directement les secteurs de la construction et du tourisme. Entrée en récession en 2009 (-1,8%), l’économie de l’île n’a pas pu sortir de la récession. Le PIB a encore chuté de 2,4 % en 2012 (Eurostat).

L'adhésion de Malte à l'Union européenne n'est pas allée de soi et a animé le débat politique national. Malte a, depuis, passé toutes les étapes avec succès : entrée dans l'espace Schengen en décembre 2007 pour la voie maritime et en mars 2008 pour la voie aérienne ; entrée dans la zone euro le 1er janvier 2008 ; ratification parlementaire à l'unanimité du traité de Lisbonne le 29 janvier 2008. Ces succès sont remis en cause par la crise économique dont l’impact, bien que retardé par rapport à beaucoup d’autres pays de l’Union, est bien réel. Le PIB a néanmoins augmenté de 0,9 % en 20123 (Eurostat). Aujourd'hui, et surtout depuis la modernisation du parti travailliste devenu pro-européen, les Maltais affirment avec fierté leur identité européenne.

La Bulgarie et la Roumanie : une adhésion trop rapide ?

Campagne du parti paysan chrétien démocrate roumain lors de l'élection au Parlement européen, juin 2009

Campagne du parti paysan chrétien démocrate roumain lors de l'élection au Parlement européen, juin 2009.

Photo : Daniel Mihailescu © AFP.

Agrandir l'image

L'adhésion à l'UE de la Bulgarie a constitué une priorité de politique étrangère faisant consensus dans la classe politique bulgare. Elle a toutefois été accompagnée [ainsi qu'en Roumanie] par la mise en place d'un "mécanisme de coopération et de vérification" des progrès en matière de lutte contre la corruption, le blanchiment d'argent et le crime organisé et d'une clause de sauvegarde dans le domaine de l'aviation civile (levée en septembre 2008). Les perspectives de l'adhésion à la zone euro et à l'espace Schengen demeurent les objectifs principaux de la politique européenne du gouvernement bulgare.

La participation à l'Union européenne fait également largement consensus parmi la classe politique en Roumanie, ainsi que dans l'opinion publique, qui nourrit de très fortes attentes vis-à-vis de l'UE. En effet, outre la source de développement économique que représente l'Union (la Roumanie a reçu près de 20 milliards d'euros de Fonds structurels pour la période 2007-2013), les Roumains voient dans l'intégration européenne une rupture symbolique avec l'époque du communisme. La Roumanie souhaite en outre achever dès que possible son intégration à l'Union, et a annoncé sa volonté d'adhérer à l'espace Schengen et d'adopter l'euro. Elle soutient l'élargissement de l'UE aux Balkans, à la Turquie, et surtout à la Moldavie, majoritairement roumanophone, dont elle défend les perspectives d'adhésion.

La Roumanie, qui comptait parmi les pays à la croissance la plus dynamique d'Europe, a été durement touchée par la crise. Le contexte économique difficile l’a conduite à solliciter des institutions internationales une aide financière pour sa balance des paiements.

D'après le ministère français des affaires étrangères

La Croatie: deuxième pays de l’ex-Yougoslavie à intégrer l’Union après la Slovénie

Capitale : Zagreb

Vue de Zagreb

Vue de Zagreb.

© CE.

Agrandir l'image

Superficie : 56 542 km²
Population : 4,4 millions
PIB par habitant (2010) : 10 245 euros

Après la signataire d'un ASA (Accord de stabilisation et d'association) en 2001 et une candidature déposée le 21 février 2003, la Croatie a intégré l'Union au moment où plusieurs Etats membres traversent de graves difficultés économiques, budgétaires et sociales. Son entrée dans l'UE couronne les efforts démocratiques de cette ex-république yougoslave, indépendante depuis 1991. Le gouvernement de centre gauche espère que son adhésion à l'Union encouragera les investissements étrangers en vue de relancer son économie en perte de vitesse. Le PIB de la Croatie est de 39 % au dessous de la moyenne européenne, juste devant la Roumanie et la Bulgarie. Le pays est en récession depuis 2009 et le chômage touche près de 20 % de la population. La dette publique est passée de 30 % du PIB en 2008 à 51 % en 2011. Par ailleurs, la corruption est encore très présente malgré les efforts réalisés ces dernières années. Même si de nombreuses festivités ont été organisées en Croatie pour célébrer son entrée dans l’Union européenne, la population reste partagée et méfiante du fait de la crise qui frappe l’Union européenne, elle-même confrontée à une récession dans neuf de ses pays membres ainsi qu'à une crise de la dette dans la zone euro. La Croatie devrait rejoindre l'espace Schengen en 2015 et abandonner la kuna pour l'euro dès que son économie respectera les critères relatifs à l'inflation, aux finances publiques, à la stabilité des taux de change et aux taux d'intérêt. Au total, depuis 2011, la Croatie a bénéficié de 1,5 milliard d'euros d'aides de préadhésion.

Mis à jour le 23/01/2014

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires

Le centre de documentation

Un espace de consultation sur l'information légale et citoyenne.

Ouvert à tous, 29 Quai Voltaire, Paris 7ème

En savoir plus

Le centre d'information Europe Direct

Partez à la découverte de l'Union Européenne : actualité, législation, actions, brochures gratuites, informations et conseils.

Ouvert à tous, 29 Quai Voltaire, Paris 7ème

En savoir plus

 

[Publicité]