Logo de l'Organisation internationale de la Francophonie

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) rassemble les gouvernements des pays ayant le français en partage. La première conférence intergouvernementale se réunit à Niamey (Niger) en 1969. La première pierre institutionnelle est l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT) créée en 1970, et devenue en 1995 l’Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF). Enfin, en 1986, se tient en France le premier sommet des chefs d'Etat et de gouvernement francophones.

Au milieu des années 1990, un tournant politique donne un nouvelle dimension à la Francophonie, jusque-là essentiellement consacrée à la coopération culturelle et économique. Entamé au sommet de Cotonou en 1995, c’est deux ans plus tard au sommet de Hanoi qu’aboutit cette réforme : une nouvelle Charte de la Francophonie est adoptée et le premier Secrétaire général de la Francophonie, Boutros Boutros-Ghali, est nommé.

Une nouvelle réforme intervient en 2005. La Conférence ministérielle, réunie à Tananarive (Madagascar), adopte le 23 novembre une nouvelle Charte de la Francophonie. Dans un souci de simplification du système institutionnel, l’Agence intergouvernementale constitue désormais l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), sous l’autorité du Secrétaire général de la Francophonie.

Les objectifs de la Francophonie

«La Francophonie, consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et des valeurs universelles, et souhaitant les utiliser au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable, a pour objectifs d’aider : à l’instauration et au développement de la démocratie, à la prévention, à la gestion et au règlement des conflits, et au soutien à l’État de droit et aux droits de l’Homme ; à l’intensification du dialogue des cultures et des civilisations ; au rapprochement des peuples par leur connaissance mutuelle ; au renforcement de leur solidarité par des actions de coopération multilatérale en vue de favoriser l’essor de leurs économies ; à la promotion de l’éducation et de la formation. Le Sommet peut assigner d’autres objectifs à la Francophonie.

La Francophonie respecte la souveraineté des États, leurs langues et leurs cultures. Elle observe la plus stricte neutralité dans les questions de politique intérieure.

Les institutions de la présente Charte concourent, pour ce qui les concerne, à la réalisation de ces objectifs et au respect de ces principes ».

(article 1er de la Charte de 2005)

Les institutions et opérateurs de la Francophonie

Le drapeau de l'Organisation internationale de la Francophonie

Le drapeau de l'Organisation internationale de la Francophonie.

© David Cannon/OIF

Agrandir l'image

«Les institutions de la Francophonie sont :

1. Les instances de la Francophonie :
- La Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage, ci-après appelée le "Sommet" ;
- La Conférence ministérielle de la Francophonie, ci-après appelée "Conférence ministérielle" ;
- Le Conseil permanent de la Francophonie, ci-après appelé "Conseil permanent".

2. Le Secrétaire général de la Francophonie.

3. L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

4. L’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), qui est l’Assemblée consultative de la Francophonie.

5. Les opérateurs directs et reconnus du Sommet, qui concourent, dans les domaines de leurs compétences, aux objectifs de la Francophonie tels que définis dans la présente Charte :
- l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) ;
- TV5, la télévision internationale francophone ;
- l’Université Senghor d’Alexandrie ;
- l’Association internationale des maires et responsables des capitales et des métropoles partiellement ou entièrement francophones (AIMF).

6. Les Conférences ministérielles permanentes : la Conférence des ministres de l’Éducation des pays ayant le français en partage (Confémen) et la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports des pays ayant le français en partage (Conféjes)».

(article 2 de la Charte de 2005)

Le système institutionnel de la Francophonie

Le système institutionnel de la Francophonie

Les Etats et gouvernements de l'Organisation internationale de la Francophonie

Avec 56 membres (54 membres de plein droit et 2 membres associés) et 14 observateurs, ce sont au total 70 États et gouvernements qui participent à la Francophonie.

Mis à jour le 01/10/2010

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires