Retour
 
 

Immigré, étranger ou Français ?

[Immigration et politique migratoire en France], pour plus d'information, consulter la description longue en dessous de cette illustration

Légende : Réfugiés, Joachim Lutz, 1942.
© Wikimedia Commons

Agrandir l'image

Un flou sémantique entoure la question de l'immigration. L'amalgame souvent réalisé dans le langage courant entre les notions d'étranger et d'immigré constitue un obstacle pour définir les contours des populations concernées.

Camp de réfugiés à Calais, 2015.

Camp de réfugiés à Calais, 2015.

Photo : Michal Belka. © Wikimedia Commons

Agrandir l'image

Qui est qui ? Étrangers et immigrés sont deux termes problématiques. 40 % environ des immigrés étant français, ces deux qualités ne peuvent être opposées. Dans l’introduction de l’ouvrage "Les immigrés en France" (collection Les Etudes, La Documentation française, 2014), Jean-Yves Blum Le Coat et Mireille Eberhard expliquent que « c’est au cours des années 1990 que la catégorie statistique "immigré" a été instituée pour désigner, selon la définition adoptée par le Haut Conseil à l’intégration en 1991, une "personne née étrangère à l’étranger et résidant en France". Cette définition utilise deux critères (…) : celui de sa nationalité à la naissance et celui de son pays de naissance. Elle se distingue en ce sens de la catégorie "étranger" (…) qui désigne les individus de nationalité étrangère.(…)

Si la catégorie "immigré" est utilisée pour décrire des "stocks », ce sont davantage les termes "migrants" ou "primo-arrivants" ou "nouveaux migrants" qui le sont pour désigner les flux, c’est-à-dire pour dénombrer les entrées, sur une période donnée, d’immigrants sur le territoire français. »

« D’après les données du recensement de 2010, la France comptabilise 3,7 millions d’étrangers, soit 5,9 % de la population totale résidant dans ce pays, tandis que les immigrés, au nombre de 5,4 millions, représentent 8,6 % de celle-ci. »

Comme le développe François Héran dans "Parlons immigration en 30 questions" (collection Doc’ en poche, La Documentation française, 2016, 2eme édition), le terme « étranger » désigne « un statut ; [celui d’] immigré : un parcours ». Immigré étant « une catégorie sans valeur juridique (…). Un immigré pouvant être français, aucun texte ne peut lui refuser un droit au motif qu’il est immigré. (…) Alors qu’on peut changer de nationalité, la qualité d’immigré est permanente. Une fois naturalisé, vous êtes Français de droit (par votre nationalité) et immigré de fait (par votre histoire).

"Immigré" est aussi un vocable courant, souvent chargé négativement. En France, les questionnaires des démographes ou des sociologues relatifs à l’immigration, évitent les mots "immigration" ou " immigré", en raison de leur sens multiple ou de leurs connotations négatives. (…) Les enfants d’immigrés ne sont pas des immigrés. La raison en est simple (…) ils sont eux-mêmes nés en France. »

La répartition des immigrés résidant en France (par pays de naissance en 2012).

 

Répartition (en %)

Effectifs

Europe

36,8

2 101 209

UE à 27

32,2

1 838 056

Espagne

4,3

245 077

 Italie

5,1

292 592

 Portugal

10,5

599 333

 Royaume-Uni

2,7

152 592

 Autres pays de l'UE à 27

9,6

548 461

Autres pays d'Europe

4,6

263 153

Afrique

43,2

2 470 100

Algérie

13,1

748 034

Maroc

12,1

692 923

Tunisie

13,1

251 220

Autres pays d' Afrique

13,6

777 922

Asie

14,4

823 487

Turquie

4,3

248 159

Cambodge, Laos, Vietnam

2,8

161 466

Autres pays d'Asie

7,2

413 862

Amérique, Océanie

5,6

319 249

Total

 
100,0

5 714 045

Champ : France

Source : Insee, recensement de la population, exploitation principale.

Mis à jour le 18/03/2016

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires

[Publicité]