L'OTAN joue un rôle clé dans l'engagement de la communauté internationale en Afghanistan où elle aide les autorités afghanes à instaurer la sécurité et la stabilité pour ouvrir la voie à la reconstruction et à une gestion efficace des affaires. L'OTAN est engagée sur trois fronts :

  • Elle dirige, sous mandat de l'ONU, la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS)
  • Un haut représentant civil, chargé de faire progresser le volet politico-militaire de l'engagement de l'Alliance dans le pays
  • Un important programme de coopération avec l'Afghanistan axé sur la réforme de la défense, l'établissement d'institutions de défense et les aspects militaires de la réforme du secteur de la défense.

LA FIAS (Force internationale d'assistance à la sécurité)

Origine

Transfert du commandement de la coalition Liberté immuable à la FIAS pour l'est de l'Afghanistan

Transfert du commandement de la coalition Liberté immuable à la FIAS pour l'est de l'Afghanistan, 5 octobre 2006.

© OTAN

Agrandir l'image

La FIAS a été créée le 20 décembre 2001 avec l'adoption de la résolution 1386 [PDF, 100 Ko] du Conseil de sécurité des Nations unies, après le renversement du régime des talibans, par l'opération "Liberté immuable (Enduring Freedom)", menée par une coalition internationale conduite par les Etats-Unis, et conformément aux engagements des pays participant à la conférence de Bonn, le 5 décembre 2001. La FIAS a reçu des Nations unies le mandat d'aider l'Autorité de transition afghane, en instaurant un environnement sûr à Kaboul et dans ses environs, et en soutenant la reconstruction de l'Afghanistan.

La FIAS est une coalition de pays volontaires déployée sous l'autorité du Conseil de sécurité des Nations unies. Les résolutions 1386, 1413, 1444, 1510 1563, 1623, 1659 et 1707 concernent la FIAS. Un accord militaro-technique, établi entre le commandant de la FIAS et l'Autorité de transition afghane, comporte des directives complémentaires relatives aux opérations de la Force. Ces mesures ont ouvert la voie à la création d'un partenariat trilatéral entre l'Autorité de transition afghane, la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA) et la FIAS.

Prise du commandement de la FIAS par l'OTAN

Initialement, divers pays se sont portés volontaires afin d'assurer la direction de la FIAS avec une rotation de six mois. Le Royaume-Uni a assumé le rôle de pays chef de file pour la première mission, suivi par la Turquie puis, par l'Allemagne et les Pays-Bas, avec le soutien de l'OTAN.

Depuis le 11 août 2003, l'OTAN soutient et dirige la FIAS, qui est financée par les pays contributeurs de troupes. L'Alliance assure le commandement, la coordination et la planification de la force. Elle est notamment responsable de la désignation du commandant de la force et de la mise en place d'un quartier général sur place en Afghanistan. Initialement cantonné à la sécurité de Kaboul et ses environs, le mandat opérationnel territorial de la FIAS a été progressivement élargi. Les principales tâches militaires de la FIAS consistent à aider le gouvernement afghan à étendre son autorité à l'ensemble du pays, à mener des opérations avec les forces de sécurité nationales afghanes, à encadrer et soutenir l'armée nationale afghane, et à apporter un soutien aux programmes du gouvernement afghan visant à désarmer les groupes armés illégaux.

Les pays contributeurs de la Force participent de manière diverse aux opérations, certains ayant imposé des restrictions sur l'emploi de leurs troupes pour des opérations de combat, d'autres leur ayant établi de strictes limites géographiques.

À la demande du gouvernement afghan, la FIAS contribue aussi à des opérations de lutte contre le trafic de drogue menées avec l'approbation du gouvernement et de la communauté internationale. Elle contribue aussi à des opérations d'aide humanitaire coordonnées par des organisations gouvernementales afghanes et elle soutient la police nationale afghane dans les limites de ses moyens et de ses capacités.

Depuis le 4 d'octobre 2006, le mandat de la FIAS couvre l'ensemble du territoire afghan. La plus grande partie des forces, y compris américaines, engagées dans le cadre de l'opération "Liberté immuable" ont été placées sous l'autorité de la FIAS.

Lors du sommet de l'OTAN à Riga (Lettonie) les 28 et 29 novembre 2006, largement consacré à la situation en Afghanistan, plusieurs pays comme la France, l'Italie, l'Allemagne et l'Espagne ont accepté de lever les restrictions du déploiement de leurs troupes hors des zones d'attributions, relativement calmes, afin d'apporter un soutien aux quelque 10 000 soldats canadiens, britanniques, danois, australiens et néerlandais engagés depuis l'été 2006 dans de violents combats dans le Sud.

Au sommet de l'OTAN de Bucarest du 4 avril 2008, alors qu'un appel à des renforts en Afghanistan a été lancé aux Alliés, le pays étant confronté à une forte résistance et soumis à de nombreux attentats, la France a annoncé l'envoi de 700 hommes supplémentaires dans l'Est du pays. Ces derniers combattent aux côtés des troupes américaines déployées à la frontière avec le Pakistan, portant le contingent français à 3 750 hommes environ au total. D'autres pays ont également envoyé de nouvelles troupes, comme l'Espagne, l'Australie, la Grèce, la Roumanie et l'Allemagne.

En 2010, la Force compte plus de 110 000 hommes et 47 pays sont contributeurs.

Structure

Elle comporte quatre éléments principaux :

  • Le Haut Représentant civil du Secrétaire général de l'OTAN : il constitue une voie de communication directe entre le théâtre des opérations, le siège de l'OTAN à Bruxelles et le Conseil de l'Atlantique Nord, qui est la principale instance décisionnelle de l'Alliance.
  • Le quartier général de la FIAS : il commande la Brigade multinationale de Kaboul et effectue les tâches opérationnelles dans sa zone de responsabilité. Il assure la liaison avec les Nations unies, l'Autorité de transition afghane et les organisations gouvernementales et non gouvernementales, et les aide dans leur travail.
  • La Brigade multinationale de Kaboul : il s'agit du quartier général tactique de la FIAS, responsable de la planification et de la conduite au quotidien des opérations de patrouille et de coopération civilo-militaire.
  • L'aéroport international de Kaboul : la FIAS apporte une aide au ministère afghan de l'aviation civile et du tourisme pour l'exploitation générale de l'aéroport.
  • Les équipes de reconstruction provinciales (PRT) : équipes composées de personnel militaire qui, dans les provinces afghanes, visent à étendre l'autorité du gouvernement central afghan et à faciliter le développement et la reconstruction.

Les équipes de reconstruction provinciales (PRT) sont l'avant-poste de la présence de la FIAS de l'OTAN en Afghanistan. Ce sont de petites équipes composées de personnels civils et militaires qui travaillent dans les provinces afghanes où elles assurent la sécurité des travailleurs humanitaires et contribuent aux travaux de reconstruction. Elles sont un élément essentiel d'une stratégie à trois volets pour l'Afghanistan – la sécurité, la gouvernance et le développement – et elles contribuent à faire progresser la stabilité dans le pays. En plus des patrouilles régulières et des opérations de sécurité, les PRT de la FIAS contribuent également à la remise en état des écoles et des dispensaires et au rétablissement de l'approvisionnement en eau. Elles fournissent une aide technique dans le domaine de l'agriculture et contribuent à de nombreux autres projets civilo-militaires.

Des initiatives visant à fournir un cadre de coopération durable entre l'OTAN et l'Afghanistan ont été prises avec l'adoption notamment le 31 janvier 2006, lors de la Conférence de Londres sur l'Afghanistan, du Pacte pour l'Afghanistan. Le 6 septembre 2006, également, en présence des membres du Conseil de l'Atlantique Nord, le Secrétaire général de l'OTAN et le Président afghan ont signé la "Déclaration de l'OTAN et de la République islamique d'Afghanistan" dont le programme est axé sur la réforme de la défense, l'établissement d'institutions de défense et les aspects militaires de la réforme du secteur de la sécurité, et d'autres aspects, notamment la promotion de l'interopérabilité des forces de l'armée nationale afghane avec celles des pays membres de l'OTAN.

Mis à jour le 01/12/2010

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires