Retour
 
Économie internationale

Quels objectifs pour le développement après 2015 ?

Problèmes économiques
N°3116 - Deuxième quinzaine 09/2015

Auteur(s) :

Editeur :

Année d'édition : 2015
Réf. : 3303332031160
64 pages, 21 x 27 cm

4,90

 

Au vu des enseignements tirés des objectifs du Millénaire, quels sont les nouveaux objectifs fixés pour la période 2015-2030 ? Bilan, analyses et perspectives

Au tournant du siècle, la plus grande rencontre de Chefs d’État et de gouvernement jamais  tenue dans le monde s’est déroulée au siège des Nations unies à New York, à l’occasion du Sommet du millénaire en septembre 2000. Les États membres de l’ONU se sont accordés sur une liste de défis à relever qui prendront le nom d’Objectifs du millénaire pour le développement. La date butoir pour atteindre ces objectifs avait été fixée au 31 décembre 2015.

 

Des OMD aux ODD : un monde plus ambitieux
Finances et Développement
Charles Kenny
En 2000, les États membres des Nations unies s’étaient fixé huit objectifs de développement à atteindre d’ici à 2015. Cet été, ils se sont cette fois mis d’accord sur un ambitieux programme de développement durable  pour les quinze prochaines années. Ce dernier devra être entériné les 26 et 27 septembre par les chefs d’État et de gouvernement de la planète en marge de la session annuelle de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Les dix-sept objectifs de développement durable (ODD) pour la période 2015-2030 remplaceront les huit objectifs du millénaire pour le développement (OMD) adoptés à la fin du XXe siècle. Si les résultats des OMD sont mitigés. Le bilan concernant certains objectifs  est néanmoins  loin d’être négligeable : la mortalité infantile ou   la pauvreté absolue ont ainsi enregistré les reculs les plus rapides de l’histoire.

Choisir des objectifs plus réalistes pour 2030
Foreign Affairs
Bjorn Lomborg
En août 2015, les représentants des 193 États membres de l’Organisation des Nations unies (ONU) se sont mis d’accord sur un projet intitulé Transformer notre monde, programme de développement durable d’ici 2030. Ce document d’une trentaine de pages décline les 17 objectifs de développement durable (ODD) et les 169 cibles qui remplaceront, à compter du 1er janvier 2016, les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). L’élaboration de ce programme et le choix des objectifs retenus a fait l’objet d’un long processus de réflexion réunissant des experts des organisations internationales, des spécialistes d’organisations non gouvernementales (ONG) et des représentants des États. Selon Bjorn Lomborg, qui dirige le Copenhagen Consensus Center, contrairement aux OMD – dont le nombre d’objectifs était restreint –, la liste retenue cette fois, dans le cadre des ODD, est beaucoup trop longue pour être véritablement efficace.

Les leçons de 60 ans d’économie du développement
Revue d’économie du développement

Alain de Janvry et Élisabeth Sadoulet
L’économie du développement,  en tant que discipline académique, est née  à la fin des années 1940 et 1950. L’objectif de cette branche de la science économique est d’expliquer les mécanismes du développement afin d’aider les pays sous-développés à rattraper les économies avancées. Les pionniers de la discipline comme Albert Hirschman, Arthur Lewis, Raul Prebisch, Gunnar Mirdal,  etc. ont, dès l’origine, montré un intérêt prononcé pour la politique économique, travaillant de façon  très étroite avec les gouvernements des pays en développement. Au cours des dernières années, cet engagement profond dans le conseil à la politique et aux programmes de développement n’a pas empêché la discipline de tirer profit de ces expériences pour produire des analyses théoriques rigoureuses publiées dans les meilleures revues académiques. Soixante ans après sa naissance, quelles leçons peut-on tirer pour que les succès passés se reproduisent dans le futur ?

Institutions et progrès des nations
Futuribles

Charles du Granrut
La question des origines de la richesse des nations est une des plus fondamentales de la science économique. De Adam Smith à Angus Maddison, nombreux sont les économistes qui ont cherché à expliquer les inégalités de développement socio-économiques entre pays. Dans un ouvrage publié en 2012, intitulé Why the Nations Fail: The Origins of Power, Prosperity an Poverty, Daron Acemoglu et James Robinson, respectivement  professeurs d’économie au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et à l’université de Chicago, jugent  que le facteur essentiel pour garantir un développement économique pérenne est l’existence d’institutions politiques inclusives. Dans les pays dotés de ce type d’institutions, l’état de droit est une réalité, l’exercice du pouvoir est encadré par la loi, l’ordre et la sécurité juridique sont assurés par un État fort, les médias peuvent s’exprimer librement, les droits de propriété sont garantis et chaque citoyen a la possibilité exploiter les opportunités économiques qui se présente à lui.

Big data : une nouvelle arme pour le développement
Project Syndicate

Jeffrey D. Sachs
Les données  massives  pourraient ouvrir  des perspectives inédites dans pratiquement tous les secteurs. La réflexion engagée autour des Objectifs pour le développement durable (ODD) est une opportunité historique de mobiliser toutes les ressources  offertes par le Big data pour favoriser la lutte contre la pauvreté et la protection de l’environnement. Un programme d’action visant à développer les nouveaux systèmes de données a été conçu  par l’Organisation des Nations unies (ONU). Il cherche à atteindre,  grâce à une meilleure utilisation des données, des progrès substantiels dans quatre domaines clés : la prestation de services, la gestion des affaires publiques, la responsabilisation des gouvernements et des entreprises, et l’évaluation des programmes de développement.

Également dans ce numéro

Quand exporter aide à vendre chez soi
Lettre du CEPII

Nicolas Berman, Antoine Berthou et Jérôme Héricourt
Les entreprises subissent régulièrement sur leurs ventes à l’étranger des chocs de demande. Concernant les entreprises françaises, quel est l’impact de ces derniers sur leurs ventes en France ? Le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) a effectué une analyse empirique sur cette question. Celle-ci met en évidence une relation de complémentarité entre exportations et ventes domestiques. Une hausse de 10 % des exportations entraîne, la même année, un accroissement des ventes domestiques compris entre 1 % et 3 % ; une baisse les réduit dans les mêmes proportions. Les contraintes de liquidité auxquelles font face les entreprises joueraient, semble-t-il, un rôle déterminant dans la transmission à leur activité en France du choc de demande subi sur les marchés étrangers.

Les transformations des conflits du travail en France
Idées économiques et sociales
Sophie Béroud
En France, les relations sociales seraient particulièrement difficiles et la culture de la grève une véritable institution. Cette vision quelque peu caricaturale, véhiculée par la plupart des médias français et étrangers, n’est pourtant pas confirmé par les données du ministère du Travail qui montrent que, tendanciellement, le nombre de journées individuelles non travaillées a diminué au cours des dernières années. Ce curieux paradoxe s’explique en partie par le fait que certains types de conflit bénéficient plus que d’autres d’une forte visibilité médiatique. Il s’agit surtout des grands mouvements interprofessionnels comme notamment ceux organisés contre la réforme des retraites,, ainsi que des conflits très localisés (en particularité dans l’industrie) qui entretiennent l’image d’une certaine radicalité des relations sociales en France.

Les conséquences économiques de l’austérité
L’Économie politique

Armartya Sen
L’austérité est un sujet très actuel. Mais déjà en 1919, à la veille de la signature du Traité de Versailles, John Maynard Keynes – alors qu’il était le représentant officiel du Trésor britannique à la Conférencede Paris – mettait en garde contre les conséquences désastreuses d’une sévère politique d’austérité en Allemagne, qui aurait pu provoquer la ruine économique du pays et celle de ses voisins. Les conséquences néfastes évoquées par Keynes (chômage, perte de capacité productive, pauvreté, etc.) sont, selon l’économiste indien Amartya Sen, toujours à craindre aujourd’hui. En Grèce par exemple, mais aussi dans d’autres pays de l’Union européenne, comme au Royaume-Uni. Pour le « prix Nobel » d’économie, la relative amélioration de la conjoncture britannique depuis quelques années ne constitue pas une preuve convaincante des vertus de l’austérité. Si l’augmentation du produit intérieur brut (PIB) par habitant (+ 9 %) y est en effet importante, elle ne représente que la moitié de celle des États-Unis sur la même période.

 

 

Auteur(s) moral(aux)

La Documentation française

La Documentation française

Tous les titres de l’éditeur

Problèmes économiques

Gagner du temps
Problèmes économiques extrait les articles les plus pertinents de la presse française et internationale pour donner une analyse distanciée de l'actualité économique

Rester informé
Grâce à la veille effectuée par la rédaction de la revue, aucune question économique importante n'échappe aux lecteurs.

 

La revue Problèmes économiques est née le 7 janvier 1948 de la fusion du Bulletin hebdomadaire d'informations économiques édité par la Documentation française et de la Revue hebdomadaire de la presse économique française publiée par le Centre national d'information économique (CNIE) de l'INSEE.

Elle a pour vocation, et ce dès son origine :

  • de rendre accessible au plus grand nombre l'information économique et sociale ;
  • d'être un outil de travail et de réflexion ;
  • de refléter ce que les revues françaises et étrangères, les instituts de conjoncture, les organisations internationales, les centres de recherche publient.

La revue est structurée autour d'un thème illustré par quatre ou cinq articles issus de revues françaises ou étrangères. Des articles indépendants viennent compléter le dossier.


Chaque année, deux numéros hors-série approfondissent, à partir d'articles inédits, des questions centrales de la science économique.

L'ensemble de ces numéros constitue une véritable collection, indispensable pour comprendre les grandes questions économiques.

Parution bimensuelle

 

Découvrez le n° spécial journées de l'économie - Lyon 2014  : Crise, croissance et modèle social [PDF, 4,2 Mo]

S'abonner à la revue
Poster un commentaire
* Champs obligatoires


Conformément à la loi Informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès , de rectification et d’opposition relatif aux informations vous concernant Pour exercer ce droit, nous vous invitons à cliquer ici pour nous contacter.

 

Autres contenus apparentés