Retour
 
Emploi, chômage

Réformer le marché du travail ?

Problèmes économiques
N°3134 - Deuxième quinzaine de mai

Auteur(s) :

Editeur :

Année d'édition : 2016
Réf. : 3303332031344
64 pages, 21 x 27 cm

5,00

 

La France est confrontée à un taux de chômage élevé qui touche notamment les jeunes et les personnes faiblement qualifiées. L’autre fléau, le chômage de longue durée, a doublé depuis 2008. D’autres pays en Europe, après avoir engagé des réformes du marché du travail, sont  parvenus à faire baisser de façon importante le chômage.

Dix ans de réformes du marché du travail en Europe
Conseil d’orientation pour l’emploi
Dresser un panorama détaillé des réformes du marché du travail mises en œuvre en Europe ces dernières années et recenser les premiers retours d’expérience : tel est l’objectif que s’est fixé le Conseil d’orientation pour l’emploi (COE) dans l’un de ses récents rapports. Les réformes passées au crible ont été engagées dans le contexte de la crise de 2008 et à une époque où les marchés du travail en Europe sont en pleine mutation. L’assouplissement du cadre juridique des contrats de travail, la décentralisation de la négociation collective, le recourt à la modération salariale et à la baisse du coût du travail, des régimes d’assurance chômage plus incitatifs au retour à l’emploi et, enfin, la recherche de gains d’efficacité au sein des services publics de l’emploi figurent parmi les principales mesures adoptées ces dernières années.

Le rôle des institutions en France et aux États-Unis
Document d’études – Dares
Karine Briard
Les institutions du marché du travail - c’est-à-dire les lois, les dispositifs réglementaires et les instances qui le régulent - ont une influence déterminante sur l’emploi. La politique macroéconomique joue également un rôle essentiel en ce domaine.  La recherche d’un juste équilibre entre ces deux leviers d’action fait l’objet d’intenses débats. En France, on a observé, par exemple, un effet positif de la baisse des charges sur l’emploi en période de récession. Les mesures de baisse du coût du travail au niveau des bas salaires seraient donc plutôt efficaces pour réduire le chômage comme en témoigne le succès du dispositif « zéro charges » mis en œuvre entre 2008 et 2009. Aux États-Unis, où le marché du travail est très flexible, les résultats en termes de création d’emplois ont été néanmoins, ces dernières années, largement en-deçà des standards habituels. Cette  contre-performance ne serait dans ce cas, selon certains économistes, pas due au fonctionnement du marché du travail mais plutôt à la politique macroéconomique.

Pourquoi et comment réformer le droit du travail ?
Telos
Jacques Barthélémy et Gilbert Cette
Si la régulation des marchés est certes indispensable, un trop grand nombre de règles peut devenir un frein à la croissance économique, élever les coûts de production et abaisser la compétitivité. Selon les auteurs, le droit social français serait aujourd’hui dans l’incapacité à bien concilier l’efficacité économique et sa fonction protectrice. La multiplication, la complexité et le caractère uniforme des règles empêcheraient la réalisation de compromis locaux et réduiraient l’espace décisionnel de la négociation collective. Ce dernier est en effet plus faible en France que dans de nombreuses régions du monde : les pays anglo-saxons, rhénans et scandinaves laissent plus de place au droit conventionnel. La logique de réforme proposée par les auteurs repose ainsi sur la promotion autant que possible de la négociation collective et de l’accord entre partenaires sociaux.

Italie : le chemin escarpé de la réforme
Les notes de benchmark – Institut de l’entreprise
Charles Trottmann
L’Italie a été particulièrement touchée par la crise financière de 2008, car la situation économique du pays était déjà fragile. Elle a ensuite connu une double récession, durant laquelle le produit intérieur brut (PIB)  s’est contracté de près de 9 % par rapport à la période précédent la crise. À partir de 2011, afin de renouer avec  la croissance, l’Italie a d’abord engagé une consolidation budgétaire, sous la pression des marchés et de l’Union européenne. Elle a ensuite lancé plusieurs réformes structurelles, dans le but d’améliorer sa compétitivité. Une réforme du marché du travail, dont le dernier volet a été le vote du « Jobs Act », a été mise en œuvre en 2012. Son objectif est d’augmenter la flexibilité des contrats et de rendre plus inclusif et plus actif l’accompagnement des demandeurs d’emploi. Cette réforme est complétée par celle du marché des biens et services.

Royaume-Uni : le boom de l’emploi
Les Échos
Vincent Collen   
En cinq ans, l’économie britannique a créé 1,8 million d’emplois – un record en Europe. Cette performance repose sur plusieurs facteurs en particulier la  flexibilité du marché du travail et la moindre protection des travailleurs. Les préavis de licenciement sont en effet au Royaume-Uni courts et les indemnités faibles, surtout si on les compare avec les règles qui prévalent en France. Aujourd’hui, si le pays est proche du plein emploi, le marché du travail ne fonctionne pas  néanmoins de façon optimale. Les entreprises ont notamment des difficultés à trouver les salariés dotés des compétences dont elles ont besoin. Par ailleurs, une partie du boom de l’emploi repose sur la forte augmentation du nombre des travailleurs indépendants, qui sont souvent moins payés et à la recherche d’heures de travail supplémentaires. L’exemple de Bedford, une ville moyenne située entre Londres et Birmingham, est emblématique de l’évolution de l’emploi au Royaume-Uni au cours des dernières années.

Également dans ce numéro

L’industrie manufacturière de 1970 à 2014
INSEE Première

Élisabeth Rignols
De 1970 à 2014, la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière a fortement augmenté. Son poids dans l’ensemble de l’économie française a cependant était divisé par deux pour atteindre 11,2 %. Ce recul s’explique essentiellement par la baisse des prix relatifs permise par les gains de productivité plus rapides dans l’industrie manufacturière que dans l’ensemble de l’économie. Il a  été particulièrement important de 2000 à 2007. Depuis les années 1970, plusieurs phénomènes ont eu un impact considérable sur le secteur industriel : l’externalisation d’une partie des activités vers les services, l’intensification de la concurrence étrangère et la modification de la structure de la demande au profit des services, notamment au cours de la décennie 1990.

Sommes-nous trop nombreux sur Terre ?
L’Économie politique

Hugo Lassalle
Sommes-nous trop nombreux sur la planète par rapport aux ressources de notre environnement ? La crise écologique et la croissance démographique qui caractérisent le xxe siècle rendent cette question plus actuelle que jamais. Si l’on devait revenir aux origines du débat, il conviendrait de citer Malthus – pour qui seul un contrôle du pouvoir de reproduction de l’Homme permet de contrecarrer les effets négatifs de la surpopulation – mais aussi Marx et Engels – pour lesquels les limites de la production et la rareté des ressources sont relatives et dépendent des rapports de force entre classes sociales. Si l’inquiétude face à la croissance démographique est toujours d’actualité, désormais d’autres thèses mettent davantage l’accent sur les effets qu’ont le niveau et le mode de vie sur l’environnement.

Au-delà de l’aide, les financements innovants
Techniques financières et développement

Claire Brodin
L’aide publique au développement (APD) constitue un outil indispensable pour les pays les moins avancés en quête de croissance. Cette forme d’aide doit aujourd’hui faire face à des défis importants, tant en termes d’efficacité qu’en termes de volume. Pourtant, si on veut réaliser les Objectifs de développement durable (ODD) d’ici à 2030, les besoins de financement sont tels qu’ils nécessiteront la mobilisation de toutes les ressources, publiques et privées, traditionnelles et nouvelles. Les financements innovants constituent dans ce contexte un complément important à l’aide au développement traditionnelle. Certains de ces financements peuvent être à fort potentiel pour le développement, comme la taxe sur les transactions financières (TTF) et le marché des obligations climatiques. Une volonté politique est néanmoins nécessaire afin de les reproduire à plus grande échelle.

 

 

 

Auteur(s) moral(aux)

La Documentation française

La Documentation française

Tous les titres de l’éditeur

Problèmes économiques

La revue cessera de paraître fin septembre 2016. Le dernier numéro servi sera le n° 3139.

Il n'est plus possible de s’abonner.

 

 

Gagner du temps
Problèmes économiques extrait les articles les plus pertinents de la presse française et internationale pour donner une analyse distanciée de l'actualité économique

Rester informé
Grâce à la veille effectuée par la rédaction de la revue, aucune question économique importante n'échappe aux lecteurs.

 

S'abonner à la revue

1 commentaire

Donner votre avis
 
Marc50, le jeudi 30 juin 2016 03:02:55
A voté
          5 étoiles

Très utile pour décrypter ce débat houleux si actuel. Pour cinq euros et une heure de temps, les arguments des unes et des autres s'éclaircissent, et miracle, vous audera factuellement à forger et défendre votre opinion, documentée et pesée.
Poster un commentaire
* Champs obligatoires


Conformément à la loi Informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès , de rectification et d’opposition relatif aux informations vous concernant Pour exercer ce droit, nous vous invitons à cliquer ici pour nous contacter.

 

Autres contenus apparentés