Retour
 
Agriculture, alimentation

Agriculture et alimentation

Problèmes économiques
N°3135 - Première quinzaine de juin

Auteur(s) :

Editeur :

Année d'édition : 2016
Réf. : 3303332031351
64 pages, 21 x 27 cm

5,00

 

En dépit des progrès enregistrés dans la lutte contre la faim dans le monde, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime encore le nombre de personnes sous-alimentées à près de 800 millions. L’élimination de la faim et de la malnutrition reste  un enjeu central des Objectifs pour le développement durable.

Réorienter le système alimentaire mondial
2016 Global Food Policy Report

Shenggen Fan
En 2015, la communauté internationale s’est fixée de nouveaux Objectifs de développement durable (ODD), qui doivent permettre de poursuivre les efforts entrepris au cours des quinze dernières années à travers les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).  Les progrès importants concernant la pauvreté et la faim, ont été accomplis dans de nombreux domaines, mais ces derniers ont été inégaux d’une région à l’autre. Ainsi en Afrique, si le continent n’a pas globalement atteint le premier des OMD, à savoir la diminution de moitié du nombre de personnes souffrant de la pauvreté et de la faim, dix-huit pays y sont tout de même parvenus. L’élimination de ces fléaux reste donc un objectif central des ODD. Mettre en place, d’ici à 2030, un système alimentaire mondial qui permette de nourrir l’humanité tout en préservant la planète représente toutefois un immense défi.

La surproduction alimentaire affame le monde
Foreign Policy

Olivier De Schutter
Depuis les années 1970, le nombre de personnes souffrant de la faim est resté quasiment le même, se situant autour de 800 millions. L’augmentation de la production agricole au cours des cinquante dernières années n’a donc  pas permis de résoudre le problème de la faim. Le système de la grande industrie alimentaire favorise la surproduction et ne parvient pas à nourrir  l’humanité. Il y a une vingtaine d’années, un mouvement de contestation du système a été lancé par de petits exploitants agricoles des pays en développement. Ce mouvement en faveur de la souveraineté alimentaire ne se limite plus désormais à ses origines rurales mais touche aussi bien les consommateurs que les producteurs de toutes les régions du monde. Ces derniers appellent à réinventer le système alimentaire à partir de l’expérience des agricultures locales.

Afrique : des agricultures pour le développement
Carto

Aurore Bénassy
Les émeutes de la faim qui éclatèrent dans plusieurs pays africains en 2008, ont, à l’époque, placée sous les feux de l’actualité et des débats internationaux la question agricole. Avec le retour des bonnes récoltes, la crise financière, les menaces terroristes, etc,  le développement de l’agriculture africaine  a toutefois rapidement cessé de faire la une des médias. Or les problèmes de malnutrition, de sous-alimentation, de pauvreté rurale, de sous-investissement n’ont pas disparu. L’Afrique, qui compte de multiples zones agro-écologiques, a pourtant un potentiel agricole immense. L’agriculture représente  en moyenne 60 % du produit intérieur brut (PIB) du continent. Ce secteur qui est particulièrement dépendant des investissements étrangers est néanmoins  extrêmement fragile et doit faire face à de nombreux défis.

La fertilité des sols en danger
Les Échos

Paul Molga
Dans un rapport publié en décembre 2015, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO – Food and Agriculture Organization of the United States) dresse un constat alarmant de l’état des sols de la planète. En un siècle, un milliard d’hectares de terres fertiles ont en effet été détruites. Les mauvaises pratiques agricoles, l’urbanisation galopante et la pression climatique expliquent en grande partie ce phénomène d’érosion. Moins productives et moins nombreuses, les terres arables pourraient bientôt - si rien n’est fait pour enrayer ce processus de destruction - ne plus suffire à nourrir l’humanité.

Innover pour réduire le gaspillage alimentaire
Analyse – Centre d’études et de prospective
Olivier Chartier, Hélène Bourgade, Élodie Cluzel et Madeleine Lesage
L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO - Food and Agriculture Organization of the United States) estimait, dans un rapport paru, en 2011, qu’à l’échelle de la planète plus de 30 % de la production alimentaire était perdue ou gaspillée. Ce constat alarmant a conduit, ces dernières années, de nombreux gouvernements à faire de la lutte contre le gaspillage une préoccupation publique majeure. En France, les ministères en charge de l’agriculture et de l’économie ont lancé une étude afin d’identifier les innovations technologiques qui permettraient de limiter le gaspillage aux niveaux de la distribution, de la restauration et de la consommation finale par les ménages.

 Également dans ce numéro

La fiscalité et la finance au secours du climat
La Gazette de la société et des techniques
Claude Henry
L’Accord de Paris sur le climat, conclu en décembre dernier, a pour  objectif premier de parvenir à une réduction  de l’émission des gaz à effet de serre. Bien que cet accord soit considéré comme un succès diplomatique, d’aucuns craignent, qu’une fois encore, il ne débouche  que sur des déclarations d’intention guère suivies d’effet. Certains pays, comme la Suède, qui ont fait de la lutte contre le réchauffement climatique une priorité de politique publique, ont pourtant réussi, depuis de nombreuses années, à travers la mise en œuvre d’une taxe carbone, à réduire significativement  les émissions de CO2 (dioxyde de carbone).  Le secteur de la finance commence également à prendre la mesure des enjeux du changement climatique. Les investisseurs réaménagent progressivement leurs actifs en se séparant des actifs carbonés au profit d’actifs en phase avec les objectifs de la transition énergétique et écologique. Ce qui devrait bientôt conduire les entreprises à réclamer, de leur côté,  l’instauration d’une taxe carbone d’un niveau significatif.

Plus vieux, moins nombreux
Finances et développement

Benedict Clements, Kamil Dybczak et Mauricio Soto
On associe souvent la croissance démographique à l’épuisement des ressources. Mais la crainte que la planète ne puisse plus parvenir à nourrir une population en expansion – comme le prédisait Thomas Maltus – n’est qu’un des problèmes liés à la croissance démographique. Le vieillissement de la population, les migrations, l’urbanisation et l’allongement de la vie sont les autres visages du panorama démographique mondial particulièrement complexe.  Si certains pays sont sous-peuplés ou surpeuplés, d’autres voient le nombre des adultes en âge de travailler exploser.

Allemagne : la nouvelle politique familiale
Chronique internationale de l’IRES

Marcus Kahnmann
La politique familiale allemande a connu une mutation profonde au cours des dernières années. Longtemps, l’Allemagne se distinguait par une nette prédominance de l’intervention économique sur d’autres formes d’actions publiques. Ce choix avait cependant comme conséquence une moindre conciliation entre vie professionnelle et familiale, notamment pour les mères. Depuis que les pouvoirs publics souhaitent augmenter le taux d’emploi féminin afin de pallier la baisse de la natalité, la nécessité de mieux concilier vie professionnelle et familiale est devenue une priorité. D’importantes réformes institutionnelles et légales s’appuient depuis sur le triptyque congés parentale/mesures de conciliation dans les entreprises/extension de l’offre de garde.

 

 

 

 

Auteur(s) moral(aux)

La Documentation française

La Documentation française

Tous les titres de l’éditeur

Problèmes économiques

La revue cessera de paraître fin septembre 2016. Le dernier numéro servi sera le n° 3139.

Il n'est plus possible de s’abonner.

 

 

Gagner du temps
Problèmes économiques extrait les articles les plus pertinents de la presse française et internationale pour donner une analyse distanciée de l'actualité économique

Rester informé
Grâce à la veille effectuée par la rédaction de la revue, aucune question économique importante n'échappe aux lecteurs.

 

S'abonner à la revue
Poster un commentaire
* Champs obligatoires


Conformément à la loi Informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès , de rectification et d’opposition relatif aux informations vous concernant Pour exercer ce droit, nous vous invitons à cliquer ici pour nous contacter.

 

Autres contenus apparentés