Retour
 

Pour un écosystème de la croissance : rapport au Premier ministre

Auteur(s) :

Editeur :

  • Premier ministre

Date de remise : Mai 2004
81 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Constatant que la France souffre de handicaps économiques et sociaux qui ne lui permettent pas d'avoir un niveau de croissance économique suffisant, le rapport présenté par le député Christian Blanc donne la priorité à la compétitivité des territoires. Le rapport analyse tout d'abord l'évolution de l'organisation économique de la France depuis 1945 (mutations économiques, mondialisation...), les conséquences engendrées par cette organisation puis présente les réformes nécessaires au retour de la croissance. Il suggère à cet effet de redonner une dynamique à la croissance autour des trois acteurs que sont l'universitaire, l'entrepreneur et le chercheur et émet des propositions telles que la dévolution aux conseils régionaux d'un certain nombre de compétences (gestion de la totalité des aides aux PME, soutien à l'innovation et à la recherche...), la refondation des universités ou encore le financement accru du système de recherche.


AVANT-PROPOS


PREMIERE PARTIE : D'UNE ECONOMIE D'IMITATION ET DE PLANIFICATION A UNE ECONOMIE D'INNOVATION EN RESEAU

I – L'ORGANISATION DES ENTREPRISES, DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE S'EST CONSTRUITE POUR UNE ECONOMIE SEMI-PROTEGEE EN PHASE DE RATTRAPAGE

II – DANS UN MODELE ECONOMIQUE MONDIALISE ET CONSTRUIT SUR L'INNOVATION, LA COMPETITIVITE SE CONSTRUIT DESORMAIS A L'ECHELLE REGIONALE
II.1 – La mondialisation remet en cause l'organisation sur une base nationale des systèmes économiques et scientifiques
II.2 – La compétitivité française repose aujourd'hui sur l'innovation
II.3 – L'attractivité durable s'ancrera dans la connaissance
II.4 – Des signaux inquiétants et convergents mettent en cause la compétitivité française

III – LE PERIMETRE DE LA REGION ET DE L'AGGLOMERATION DEVIENT L'ESPACE NATUREL DE CONSTRUCTION DE POLES DE COMPETITIVITE
III.1 – L'organisation en réseaux du territoire est un facteur décisif de compétitivité
III.2 – L'organisation verticale de l'action publique fait obstacle à l'émergence des pôles


DEUXIEME PARTIE : TISSER LES POLES AUTOUR D'ACTEURS LOCAUX FORTS ET RESPONSABLES

I – CONFIER AUX CONSEILS REGIONAUX LES LEVIERS DE L'ECONOMIE DE LA CONNAISSANCE
I.1 – Pour catalyser les coopérations, les conseils régionaux doivent rassembler des compétences dans les domaines de l'économie et de la connaissance
I.2 – Inscrire les chambres de commerce et d'industrie dans une optique de coopération avec les conseils régionaux
I.3 – Organiser au sein de l'État un ministère de l'innovation pour offrir un partenariat transversal aux régions

II – DES UNIVERSITES FORTES POUR DES CAMPUS FERTILES
II.1 – L'université est un maillon essentiel dans la construction d'un pôle de compétitivité
II.2 – Renforcer la gouvernance et accorder l'autonomie
II.3 - Encourager et favoriser les regroupements
II.4 – Réformer la gestion des hommes et des femmes de la recherche
II.5 – Offrir à la recherche partenariale et à la valorisation des résultats un nouveau modèle économique et juridique
II.6 - Développer les échanges entre l'université et l'entreprise

III – REDEFINIR L'ACTION DE L'ÉTAT DANS LA RECHERCHE
III.1 – Une évolution graduelle des EPST vers de grandes agences de moyens pour la recherche fondamentale
III.2 – Une agence nationale d'évaluation scientifique pour évaluer les projets, les équipes et les résultats
III.3 – Accroître les moyens consacrés à l'enseignement supérieur et à la recherche

IV – FAVORISER LE DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES ET DES RESEAUX
IV.1 – Renforcer l'environnement financier de l'innovation
IV.2 – Encourager la coopération transversale : méthodes et exemples


CONCLUSION : NOUS SOMMES DANS UN ETAT D'URGENCE ECONOMIQUE ET SOCIALE