Retour
 

Les nouvelles contributions financières internationales

Auteur(s) :

Editeur :

  • La Documentation française

Collection : Collection des rapports officiels

Date de remise : Septembre 2004
147 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Plus de 1,2 milliard de personnes dans le monde vivent encore aujourd'hui dans la grande pauvreté avec moins d'un dollar par jour et près de la moitié de l'humanité avec moins de deux dollars. A l'heure de la mondialisation et d'une croissance inégalée dans l'histoire de l'humanité, la communauté internationale s'est fixée pour objectif de réduire ce nombre de moitié avant 2015 et, simultanément, de progresser fortement sur plusieurs indicateurs sociaux et humains (éducation, accès à l'eau, mortalité infantile...). Ce sont les " Objectifs de développement du millénaire ", adoptés à l'unanimité par l'ONU en 2000. Mais les ressources financières sont insuffisantes : un doublement au minimum est jugé indispensable par les experts. A l'initiative du Président de la République, des chefs d'entreprise, des économistes, des hauts fonctionnaires, des représentants d'ONG et d'institutions internationales se sont réunis pour réfléchir à la possibilité d'affecter une fraction des richesses créées par la mondialisation au financement de la lutte contre la pauvreté et du développement humain. Ce rapport résume les réflexions et conclusions préliminaires du groupe de travail. Il montre pourquoi et comment de nouvelles contributions sont nécessaires, au-delà et à côté des formes actuelles d'aide au développement. Il examine autour de quelles approches -économiques, juridiques, financières- pourrait se développer une fiscalité internationale pour le développement. Enfin, il détaille les options de contributions, volontaires ou obligatoires (taxes à vocation environnementale, taxes sur les transactions financières, loterie mondiale etc.) pouvant permettre de plus et mieux financer le développement au XXIème siècle.