Retour
 

Les jeunes et la lecture de la presse quotidienne d'information politique et générale

Auteur(s) :

    • FRANCE. Ministère de la culture et de la communication

Editeur :

  • Ministère de la culture et de la communication

Date de remise : Octobre 2004
19 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Selon le rapport de Bernard Spitz, la lecture par les jeunes de la presse quotidienne d'information politique et générale se heurte en France à un triple problème de prix (trop élevé pour une clientèle souvent dépourvue d'autonomie financière), de distribution (éloignée des lieux de passage des jeunes dans leur vie réelle) et de contenu (souvent peu adapté à cette population). Cette presse est par ailleurs concurrencée par les magazines, l'audiovisuel, la montée en puissance de l'Internet ainsi que l'avènement de la culture du gratuit. L'auteur présente huit propositions afin de promouvoir la lecture de la presse auprès des 15-25 ans. Il s'agit notamment de proposer à chaque jeune atteignant 18 ans un abonnement gratuit de deux mois à un quotidien, d'utiliser gratuitement la presse comme support pédagogique, de vendre la presse dans les lycées ou encore d'ouvrir gratuitement les archives Internet des quotidiens à tous les étudiants se connectant à partir de leur université, en contrepartie d'un dédommagement des éditeurs versé par l'Etat et la région.


Synthèse
Les
jeunes et la lecture de la presse quotidienne d'information politique et générale
Bernard
SPITZ
Ministère de la culture et de la communication
6
octobre 2004
La
lecture par les jeunes de la presse quotidienne d'information politique
et générale se heurte en France à un triple problème
de prix (trop élevé pour une clientèle souvent dépourvue
d'autonomie financière), de distribution (éloignée
des lieux de passage des jeunes dans leur vie réelle) et de contenu (souvent
peu adapté à cette population). C'est sur fond de ces faiblesses
structurelles que la presse quotidienne doit affronter la concurrence des magazines
mais aussi celle de l'audiovisuel, la montée en puissance de l'Internet
et l'avènement de la culture du gratuit. Il en résulte que
si nos concitoyens sont déjà de faibles lecteurs de presse quotidienne,
les jeunes Français en sont de moins fidèles encore, en regard
des autres pays. Ce phénomène est préoccupant en ce qu'il
reflète le rapport plus distant des jeunes avec l'engagement et
la participation au débat public. D'un point de vue économique,
il constitue à l'évidence une menace pour la presse quotidienne
qui voit amputé son lectorat actuel et surtout son lectorat potentiel
de demain.

Sans inférer directement sur les contenus, et dans le respect des principes
fondamentaux de pluralisme, d'égalité de traitement, de neutralité
et de liberté du commerce et de l'industrie, les propositions qui
suivent visent à agir sur la demande en privilégiant les leviers
du prix et de la distribution et, plus généralement, à
offrir aux jeunes une expérience personnelle de la presse quotidienne,
en tenant compte, par une palette variée de dispositifs, de la grande
hétérogénéité de la population des 15 à
25 ans. Leurs objectifs sont les suivants:

- renforcer la familiarité des jeunes vis-à-vis du journal en
tant que produit quotidien ;
- offrir une expérience durable d'appropriation du journal par son
lecteur ;
- faciliter l'accès du support papier aux jeunes par une distribution
de proximité ;
- aider l'accès aux services électroniques complémentaires,
notamment les archives ;
- soutenir des formules payantes, grâce à des prix incitatifs pour
le public des jeunes ;
- positiver très tôt l'image de la presse quotidienne dans
l'imaginaire des jeunes ;
- encourager des évolutions éditoriales mieux dédiées
aux jeunes.

Il s'agit donc d'amorcer une dynamique consistant à élever
le nombre de jeunes lisant la presse quotidienne et à inciter les éditeurs
qui le souhaiteraient, à renouveler leurs contenus éditoriaux.

Les propositions suivantes couvrent un large éventail de situations
à l'intention du public des 15-25 ans. Elles ne sont pas fondées
sur une logique de subvention mais sur une dynamique de marché et de
concurrence. Elles reposent sur une démarche volontaire des acteurs concernés,
gage de leur motivation, tant du côté de l'offre que de la
demande, et sur une double logique « gagnant-gagnant » et «
donnant-donnant » Elles préconisent des actions opérationnelles
limitant les coûts de logistique et d'administration au profit de
l'efficacité. L'évaluation du dispositif est prévue
après un an et un comité de suivi est constitué à
cet effet.

Proposition 1 : abonnement gratuit à 18 ans
Au moment de l'accession à la majorité civique, seront offerts
via une procédure simple, souple et sécurisée utilisant
Internet, deux mois d'abonnement gratuit au quotidien d'information
politique et générale choisi par le bénéficiaire.
La population ciblée est celle de la classe d'âge qui aura
18 ans dans le courant de l'année (780 000 personnes par classe
d'âge). L'Etat prendrait en charge une partie des frais postaux,
pour un coût compris entre 0,4 et 1,8 M€ selon les hypothèses
retenues, les exemplaires concernés étant inclus dans la catégorie
« France payés » de l'OJD. Cette action sera engagée
dans la durée afin de toucher à terme l'ensemble d'une
génération. Dans un premier temps,cette proposition pourrait n'être
engagée qu'avec un groupe pionnier de titres motivés, dans
la logique de démarche volontaire des acteurs concernés.

Proposition 2 : la presse support pédagogique
Chaque classe de collège et de lycée se voit offrir la possibilité,
par une procédure du même type que celle retenue pour la proposition
1, d'utiliser gratuitement la presse comme support pédagogique,
à tout moment dans l'année scolaire, et à hauteur
de 40 € par an en valeur faciale. La population ciblée est celle
de l'ensemble des élèves scolarisés dans les collèges
et lycées (5,6 millions de personnes dans 250 000 classes). L'Etat
prendrait en charge les frais de transport des quotidiens mis à disposition
gracieusement par les éditeurs. Après évaluation, le montant
forfaitaire attribué à chaque classe pourrait être revu
à la hausse, notamment pour les lycées, via un financement complémentaire
du ministère de l'éducation nationale et/ou des régions.

Proposition 3 : vente de la presse dans les lycées
On renforcera la « capillarité » du système de distribution
en permettant aux jeunes d'acheter des quotidiens à l'intérieur
des établissements, à un tarif éventuellement réduit
par les éditeurs pouvant aller jusqu'à la moitié du
prix facial, dans des conditions dûment validées auprès
des distributeurs de presse. L'ensemble des élèves de lycée
(2,2 millions) est concerné. Cette proposition ferait l'objet d'une
expérimentation dans un nombre limité d'établissements
volontaires. Une circulaire aux chefs d'établissement en précisera
ultérieurement les modalités d'extension.

Proposition 4 : incitation à l'application de la loi mécénat
aux initiatives en faveur de la lecture de la presse chez les jeunes
L'objectif est de permettre à des entreprises de bénéficier
des dispositions de la loi sur le mécénat (réduction d'impôt
à hauteur de 60% des versements) pour les initiatives visant la lecture
de la presse chez les jeunes. Cette proposition suppose la promotion d'une
interprétation rénovée de la loi ; la constitution d'une
fondation spécialement consacrée à la lecture de la presse
chez les jeunes pourrait également être envisagée.

Proposition 5 : utilisation du fonds de modernisation pour des investissements
consacrés à la lecture de la presse par les jeunes
La proposition vise à orienter une partie des ressources du fonds vers
le financement des investissements réalisés par des éditeurs
et visant spécifiquement les jeunes (exemple : édition d'un
supplément ou d'un cahier spécial destiné à
ce lectorat).

Proposition 6 : promotion de la lecture de la presse dans l'audiovisuel
public
Elle pourrait prendre la forme de revues de presse spécifiques ou de
programmes télévisés éducatifs ou de divertissement
autour de la thématique du journalisme, dans tous les genres télévisuels,
y compris la télé-réalité. Le contrat d'objectifs
et de moyens de France Télévisions pourrait être précisé
en ce sens, notamment pour France 5. Il est également proposé
de faire de la lecture de la presse chez les jeunes la « grande cause
nationale » 2005.

Proposition 7 : Favoriser l'accès aux quotidiens et aux archives
sur Internet
L'objectif est d'ouvrir gratuitement les archives Internet des quotidiens
à tous les étudiants se connectant à partir de leur université,
en contrepartie d'un dédommagement des éditeurs versé
par l'Etat et la région. Cette proposition s'insérerait
dans le projet « Espace numérique des savoirs » du ministère
de l'éducation nationale ; elle serait financée dans le cadre
des contrats de plan Etat-région. Par ailleurs, il est proposé
d'insérer une offre d'accès Internet aux archives des
quotidiens dans l'offre plus globale d'ordinateurs portables compatibles
wi-fi à prix réduit lancée en septembre 2004. L'ensemble
de ces actions pourra être éligible aux dispositions prévues
dans la proposition 4.

Proposition 8 : Constitution d'un comité du suivi et d'évaluation