Retour
 
Communication, médias

L'image des femmes dans les médias

Auteur(s) :

Editeur :

  • Secrétariat d'Etat à la solidarité

Date de remise : Septembre 2008
95 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Selon les conclusions du rapport, malgré des avancées, les femmes restent trop souvent "invisibles" ou "secondaires" dans nombre de médias français (radio, télévision, presse, internet). Le rapport met en lumière le décalage toujours important entre la vie des femmes aujourd'hui et leur place et image dans les médias, ainsi que la persistance de stéréotypes. Les femmes représentent en effet aujourd'hui plus de 43% des journalistes, une proportion qui devrait croître puisque 60% des élèves en écoles en journalisme sont des filles. Pourtant, la commission, qui s'est appuyée notamment sur une analyse de médias par des chercheuses en sémiolinguistique, constate que les femmes sont toujours moins présentes dans le contenu et dans l'expression ou le temps de parole. Les femmes présentes dans les médias "sont plus anonymes, moins expertes, davantage victimes que les hommes" souligne le rapport. La commission propose notamment la création d'une mission pérenne de suivi des stéréotypes féminins dans les médias.



PREFACE DE MICHELE REISER, Présidente de la commission de réflexion sur l’image des femmes dans les médias

INTRODUCTION

 
PREMIERE PARTIE : ROLE ET RESPONSABILITE DES MEDIAS
 

I. MEDIAS ET IMAGE DES FEMMES : UNE RESPONSABILITE ET UNE OPPORTUNITE
1.1.. Médias et construction des rapports sociaux
1.1.1. Les médias ou la moitié de notre vie
1.1.2. Les médias sont des passeurs
1.1.3. La menace du stéréotype
1.2. Les nouvelles frontières des représentations
1.2.1. De profondes mutations mais des aspirations non homogènes
1.2.2. Une légitimité à agir
1.3. L’opportunité d’un tournant économique
1.3.1. Une mutation profonde du paysage médiatique
1.3.2. Ennuyer ou choquer les prescriptrices des achats est le vrai risque économique

II. LES QUATRE PILIERS DE LA REGULATION : UN JEU D’ACTEURS
2.1. Les pouvoirs publics : une absence de soutien au droit de communication des femmes
2.1.1. Un cadre juridique développé mais non utilisé
2.1.2. Une politique de prévention insuffisante
2.2. Les instances de régulation
2.2.1. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel : présence des outils de régulation, absence des
femmes
2.2.2. L’Autorité de régulation professionnelle de la publicité : des avancées mais la persistance
de points noirs
2.2.3. Le Forum des droits sur l’internet : une jeune instance confrontée à de très lourds enjeux
2.3. Les acteurs économiques
2.3.1. Une incontestable présence d’outils de régulation interne
2.3.2. Une absence d’accroche de la question spécifique de l’image des femmes
2.4. La société civile : une faible mobilisation hormis les minorités actives
2.4.1. Les actions sociétales
2.4.2. Les actions en justice

 
DEUXIEME PARTIE : UN BILAN EN DEMI-TEINTES
 

I. DE CONSIDERABLES AVANCEES : « Les femmes sont bien là… »
1.1. Dans les organisations des médias : une présence qui ne cesse de croître
1.1.1. Une progression continue de la place des femmes
1.1.2. une volonté managériale affichée
1.2. Dans le contenu et usage des médias : une évolution de l’image des femmes et des pratiques
1.2.1. La publicité : de la ménagère à la manager de sa vie
1.2.2. La télévision : images multiples, temps équivalents
1.2.3. La révolution de l’expression directe : la libre antenne à la radio ou le lieu de liberté des
adolescents
1.2.4. La presse féminine ou l’accompagnement ciblé des lectrices
1.2.5. Internet libère la femme

II. MAIS UNE PLETHORE D’ARCHAISMES ET D’ATTEINTES A LA VALEUR DES
FEMMES : « Les femmes demeurent souvent invisibles ou secondaires. »
2.1. L’approche quantitative ou la vérité sans fard des chiffres : une infériorité numérique tous
médias confondus
2.1.1. Le projet mondial de monitorage des médias
2.1.2. L’enquête spécifique de la France
2.1.3. Le document provisoire de l’enquête sur la diversité du CSA
2.1.4. L’analyse des trois corpus, radio, presse, télévision (le corpus GMM)
2.2. L’approche qualitative : un statut secondaire et une invisibilité des thèmes de la modernité
des femmes
2.2.1. Un statut de seconde zone : passantes ou ombres chinoises
2.2.2. L’invisibilité des sujets de la modernité des femmes : accès au travail, au savoir et à la
conciliation de la vie familiale et professionnelle

2.3. L’assignation à un modèle unique: une normalité du corps et du sexe qui joue comme
normativité
2.3.1. Un corps unique
2.3.2. La dictature du sexe
2.4 : Une mixité en trompe l’œil : un conformisme général qui perpétue les stéréotypes de genre.
2.4.1. La presse : une construction insidieuse des identités sexuées et des rapports sociaux de sexe
2.4.2. Internet : une invitation massive au conformisme de genre
2.4.3. La double allure de la publicité : à la fois en avance et en retard
2.4.4. La libre antenne : des héroïnes très secondaires
2.4.5. La télévision : l’uniformité par recherche à tout prix du consensus et l’assèchement de la
créativité des auteurs
2.5. Les femmes dans les médias : une majorité peu visible
2.6. La grande absence/présence des femmes dans les organisations
2.6.1. Une part limitée dans la fabrication de l’information
2.6.2. Une absence des postes stratégiques

 
TROISIEME PARTIE : LES PROPOSITIONS
 

3.1. Les mesures de lancement de la démarche
3.2. L’inscription de cette démarche dans la durée

 

ANNEXES

 

· Le corpus GMM : les trois corpus radio, presse et télévision
· Compte rendu des auditions par le Service des droits des femmes et de l’égalité
· Notes sur les enjeux de la régulation des médias
Note du CSA
Note de la DDM
Note du Forum des droits sur l’internet