Retour
 

Développement de l'orientation professionnelle tout au long de la vie

Auteur(s) :

Editeur :

  • Premier ministre

Date de remise : Janvier 2010
98 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Le rapport propose un état des lieux de l'orientation en France et met en relief les difficultés actuelles liées à son organisation : éclatement et faible coordination des structures, du financement et du pouvoir de décision en matière d'orientation, hétérogénéité et méconnaissance des prestations d'information, de conseil et d'accompagnement, faiblesse de l'évaluation de l'orientation, etc. Sur la base de ces constats, l'auteur formule des propositions, dans le cadre de la loi du 24 novembre 2009 relative à l'orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie et des réformes prévues pour améliorer l'insertion des jeunes. A noter que cette loi reconnaît désormais à toute personne un droit à l'orientation. Trois priorités sont avancées pour conclure le rapport : veiller à ce qu'il existe une continuité des politiques publiques entre l'action en matière d'orientation, celle en matière de formation et celle en matière d'emploi ; mettre en place le service public de l'orientation défini par la loi du 24 novembre 2009 ; préparer les adaptations nécessaires et la mise en place de coordinations entre les différents intervenants dans le cadre de cette politique.

 
 
 

Introduction
 
 

1. Alors que son importance est de plus en plus grande pour le devenir social et professionnel des individus, l'organisation de l'orientation en France reste très fragmentée et peu compréhensible et son efficacité difficile à mesurer

1.1. L'orientation représente un enjeu économique, social et humain croissant, quels que soient les publics et les âges
 1.1.1. L’orientation professionnelle est à la croisée des chemins entre aspirations individuelles et besoins sociaux et nécessite donc, à tous les âges de la vie, la mise à disposition d’un service public
 1.1.2. De nombreuses évolutions de l’économie et de la société expliquent l’importance croissante des politiques d’orientation, tout au long de la vie
 
 1.2. Les structures, le financement et le pouvoir de décision en matière d’orientation sont très éclatés et faiblement coordonnés
 1.2.1. Le paysage institutionnel français en matière d’orientation est particulièrement éclaté et l’égalité d’accès à l’orientation sur les territoires reste perfectible
 1.2.2. … ce qui s’accompagne d’une faible visibilité des efforts de financement et d’une répartition complexe des pouvoirs de décision
 1.2.3. … et n’est qu’imparfaitement compensé par une coordination d’ensemble du système largement perfectible
 
 1.3. Les prestations d’information, de conseil et d’accompagnement qui constituent l’orientation sont peu homogènes et insuffisamment connues du public et des professionnels de l’orientation entre eux
 1.3.1. Les différents intervenants n’offrent pas des prestations d’orientation comparables et leurs liens avec l’économie restent variables
 1.3.2. Les spécificités des prestations offertes par chaque réseau sont peu connues du public et souvent, des autres professionnels de l’orientation
 
 1.4. L’évaluation de l’orientation et les démarches qualité sont encore balbutiantes
 1.4.1. L'évaluation de l’orientation est certes complexe à mettre en place
 1.4.2. … mais ces difficultés ne justifient pas entièrement la relative faiblesse de l’évaluation, alors que par ailleurs, la démarche qualité reste peu développée
 
 

2. Les avancées de la loi relative à l’orientation et à la formation professionnelle et les mesures annoncées à destination de la jeunesse s’inscrivent pleinement dans le cadre des réformes de l’orientation déjà mises en oeuvre à l’étranger

2.1. Les pays industrialisés ont entamé depuis une dizaine d’années un mouvement de réforme de l’orientation professionnelle
 2.1.1. Un mouvement initié par l’OCDE et l’Union européenne
 2.1.2. Des réformes qui visent à renforcer la qualité, le pilotage et la professionnalisation des services d’orientation
 
 2.2. La loi relative à l’orientation et à la formation professionnelle vise à surmonter la multiplicité des réseaux et la disparité des prestations en améliorant l’accès à l’information sur l’orientation, en incitant à la qualité et en renforçant les instances de coordination
 2.2.1. La création d’un droit à l’orientation quel que soit le statut du bénéficiaire, s’accompagne de la mise en place d’un service public de l’orientation à deux niveaux
 2.2.2. La labellisation des réseaux doit assurer le rapprochement de leur offre de service, une plus grande visibilité et une meilleure qualité des prestations
 2.2.3. Un renforcement de la coordination des intervenants grâce à la contractualisation et au renforcement des pouvoirs de coordination du Délégué à l'information et à l'orientation
 
 2.3. Les réformes annoncées à destination de la jeunesse (Livre Vert, réforme du lycée) mettent l’accent sur l’importance d’un renforcement de l’action publique en matière d’orientation scolaire et professionnelle
 
 

3. Propositions : assurer l’orientation tout au long de la vie exige de renforcer l’accès de tous à l’orientation, d’améliorer sa qualité et de mieux en coordonner les acteurs autour d’une véritable politique publique

3.1 Assurer l’indispensable continuité entre l’orientation, la formation et l’emploi, depuis l’Ecole jusqu’aux différentes étapes de la vie professionnelle
 3.1.1. Poursuivre l’effort de rapprochement entre l’Ecole et le monde du travail
 3.1.2. Créer un droit à l’information sur les débouchés, pour améliorer la transparence et l’efficacité de la relation formation-emploi
 3.1.3. Evaluation des formations, données prospectives des branches et territoires : construire une méthodologie partagée pour mieux mutualiser l’information
 
 3.2. Définir un langage commun aux différents orienteurs, préalable à un renforcement partagé de leur professionnalisation
 3.2.1. Mettre en place aux niveaux national, régional et local des lieux d’échange et d’animation communs aux professionnels de l’orientation
 3.2.2. Etablir une cartographie des pratiques et actions des réseaux d’orientation
 3.2.3. Renforcer la professionnalisation des orienteurs selon une logique partagée
 
 3.3. Mettre en place le service public de l’orientation : faciliter le premier accès à l’orientation grâce à une information dématérialisée et des outils accessibles par Internet et par téléphone
 3.3.1. Permettre à tous de s’orienter parmi la masse d’informations : construire rapidement un site Internet qui soit un véritable outil d’aide à la décision
 3.3.2. Assurer une première réponse par téléphone aux besoins d’information et d’orientation
 
 3.4. Mettre en place le service public de l’orientation : garantir quels que soient les publics et les statuts un premier niveau de conseil personnalisé de qualité au sein d’organismes labellisés
 3.4.1. Définir des critères communs à tous les participants au label et garantissant qualité et visibilité du service public de l’orientation
 3.4.2. Inciter les réseaux en place à participer à l’orientation labellisée
 
 3.5. Faire émerger une véritable politique d’orientation en renforçant la coordination des orienteurs au sein de l’Etat et avec ses partenaires
 3.5.1. Au sein de l’Etat, créer une véritable stratégie publique de l’orientation grâce à une volonté politique forte, appuyée sur un calendrier progressif mais exigeant
 3.5.2. Avec les partenaires sociaux et les collectivités territoriales, coordonner l’action publique en matière d’orientation à tous les niveaux territoriaux
 
 

Conclusion
 
 Synthèse
 
 Annexes