Retour
 

Rapport d'information déposé par la commission des affaires étrangères en conclusion des travaux d'une mission d'information constituée le 11 décembre 2013 sur « La stabilité et le développement de l'Afrique francophone »

Auteur(s) :

Editeur :

  • Assemblée nationale

Collection : Documents d'information de l'Assemblée nationale

Date de remise : Mai 2015
212 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

La mission d'information analyse la situation actuelle et les perspectives de l'Afrique francophone, qui compte 21 pays. Le rapport revient sur le dynamisme économique de ces pays, pointant cependant les limites de leurs modèles économiques qui influent négativement sur leur développement (économies peu diversifiées reposant grandement sur l'extraction des ressources naturelles, manque d'industrialisation). S'ajoutent à ces éléments d'autres facteurs qui freinent leur développement : insuffisance des infrastructures, instabilité politique, corruption, guerres, etc. Le rapport aborde ensuite différents scénarios qui se dessinent pour l'Afrique francophone, sous deux angles : la forte croissance démographique ; les incertitudes sur le futur de certains des pays de la zone francophone avec les exemples du Niger et du Cameroun. Compte tenu de ces bilans et constats, la mission fait le bilan de la politique française d'aide au développement (APD). Elle préconise notamment une réforme de l'APD, dans le sens d'une réorientation et d'un accroissement des crédits en faveur de la santé et de l'éducation.

INTRODUCTION

I. UN REGARD SANS COMPLAISANCE SUR L’AFRIQUE FRANCOPHONE

A. LES REALITES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES INVITENT À TEMPERER L’AFRO-OPTIMISME

1. Des économies encore trop fragiles pour mettre les pays d’Afrique francophone sur des trajectoires de développement consolidées

a. Des fondamentaux qui n’évoluent que marginalement

i. Les conséquences d’un secteur primaire toujours largement dominant

ii. Quelques pays d’Afrique francophone comme exemples

b. Les mêmes obstacles, à peu près partout

i. Des infrastructures insuffisantes

ii. La question du déficit des investissements industriels indispensables

iii. Quelques autres facteurs

c. Un continent qui reste marginal sur le plan économique

i. L’Afrique, acteur encore modeste de l’économie mondiale

ii. Les pays d’Afrique francophone

d. Une croissance économique qui ne permet pas de réduire la pauvreté

2. La persistance d’une très grande pauvreté

a. Des indicateurs sociaux toujours préoccupants, quelles que soient les régions

i. Une pauvreté monétaire extrême

ii. Des indices sociaux très mauvais

b. La question sanitaire, enjeu majeur

i. Des données préoccupantes, résultats d’efforts insuffisants

ii. L’impact de la faiblesse des systèmes de santé

iii. Ce que l’épidémie Ébola a contribué à révéler

c. La crise du système éducatif

3. Les pays d’Afrique francophone sont parmi les moins développés

a. Pour l’essentiel, des pays relevant de la catégorie des Pays les moins avancés…

b. … Qui stagnent ou régressent

B. L’AFRIQUE FRANCOPHONE, ZONE DE TEMPÊTES

1. L’Afrique, continent troublé depuis les indépendances

2. Les pays d’Afrique francophone dans la tourmente depuis plus de quarante ans

a. Des crises innombrables

b. Ni l’Afrique de l’ouest ni l’Afrique centrale ne furent épargnées

3. L’Afrique francophone plus que jamais au cœur des préoccupations

a. L’Afrique centrale dans la tourmente…

i. Le cas emblématique de la République centrafricaine

ii. L’interminable tragédie congolaise

iii. La situation inquiétante d’autres pays

b. De difficiles sorties de crise en Afrique de l’ouest

i. Le processus chaotique de la Côte d’Ivoire

ii. Le cas préoccupant de la Guinée

c. Le Mali et l’arc sahélien

4. Les facteurs de crises aujourd’hui à l’œuvre : un empilement d’héritages aux effets divers et cumulatifs

a. L’impact de la colonisation

b. Les effets délétères des ajustements structurels se font encore sentir

c. Causalités internes et externes se conjuguent étroitement pour fragiliser les pays d’Afrique francophone

d. Problématiques de la légitimité

II. LE SCÉNARIO DES CRISES DE DEMAIN S’ÉCRIT AUJOURD’HUI

A. LA DÉMOGRAPHIE

1. Un défi sans précédent dans l’histoire de l’humanité

a. À l’échelle continentale

b. Un enjeu surtout de l’Afrique francophone et notamment sahélienne

2. Démographie et non-développement

a. L’impératif de la baisse de la natalité pour le développement

b. Enjeu démographique et structure économique et sociale en Afrique

c. Ce que cette démographie représente de défis sociaux

3. En conséquence, les fragilités à attendre pèseront lourdement sur le développement

B. DEUX CAS PRÉOCCUPANTS, PARMI D’AUTRES

1. L’islamisation de la société nigérienne

a. Le courant izala au Niger

b. L’islamisation d’un système éducatif en perdition

c. Des craintes pour la stabilité du Niger ?

2. Les craintes qui pèsent sur le Cameroun

i. Les incertitudes politiques

ii. Le lent glissement du Nord Cameroun vers l’insécurité faute de développement

III. POUR UNE RÉVISION DE LA POLITIQUE AFRICAINE DE LA FRANCE

A. TOUT D’ABORD, UN REGARD CRITIQUE

1. Le bilan mitigé des politiques d’aide au développement

a. Le cadre et l’ambition de la politique française d’aide au développement

i. Les documents d’orientation qui fondent la politique d’aide au développement

ii. Le contrat d’objectifs et de moyens de l’AFD

b. Des moyens, des instruments et… des effets d’affichage

i. Des montants considérables mais pour partie artificiels

ii. Des instruments diversifiés mais déséquilibrés, aux effets contradictoires

c. Deux exemples pour étayer la démonstration

i. L’action de la France en matière d’éducation

 ii. La politique d’aide au développement en matière de santé

d. Dans la région sahélienne, le cas du Mali

i. Une aide conséquente depuis longtemps

ii. Les orientations prises dans le cadre de la reconstruction tiennent-elles compte du passé ?

2. Une politique africaine qui réagit plus qu’elle n’anticipe

a. Le paradoxe français

i. À quoi sert donc la connaissance que l’on a de l’Afrique ?

ii. Des réactions au coup par coup

b. Une politique africaine de la France par trop militarisée ?

i. Le ministre de la défense, ministre de l’Afrique ?

ii. Les risques de cette évolution

3. Qu’en est-il des intérêts de la France ? Une politique africaine qui ne permet pas à notre pays d’améliorer ses positions

a. Le positionnement économique de la France en Afrique

b. Un sans-faute diplomatique…

c. … Qui n’empêche pas l’image de notre pays de se ternir dans le regard des populations

i. La France aujourd’hui mal vue en Afrique

ii. Problématique de la jeunesse

B. REFORMULER LA RELATION FRANCO-AFRICAINE ET REFONDER SES INSTRUMENTS

1. Le projet ? Redéfinir une politique africaine ayant le développement pour axe central

a. Mettre les problématiques de développement au cœur de notre politique africaine

i. La nécessité d’une vision stratégique de long terme pour l’Afrique

ii. Concentrer la politique d’aide au développement de notre pays

iii. Et revenir aux fondamentaux

b. Mener une politique d’influence

i. La prise en compte de nos intérêts

ii. Le vecteur francophone

iii. Une perspective de désengagement militaire progressif et anticipé

c. Resserrer les liens : Regarder l’Afrique de demain sans oublier celle d’aujourd’hui

2. Les axes ? Se recentrer sur l’essentiel

a. Soutenir des processus endogènes de construction de légitimité

b. Le difficile impératif du renforcement des institutions

i. Pour des États stratèges

ii. Les problématiques sécuritaires

iii. La gouvernance démocratique

c. Des populations à aider

i. La santé

ii. L’éducation

iii. L’impératif de l’emploi

3. Les moyens ? Des instruments réformés

a. En premier lieu, un ministère de plein exercice aux côtés du MAEDI…

b. … disposant de marges de manœuvre retrouvées

i. Les arguments politiques

ii. Les aspects financiers

iii. Les nécessités : abonder le bilatéral et réactiver le FSP

c. Comment trouver les ressources nécessaires ? Quelques pistes à explorer

i. La question de la dotation excessive au Fonds mondial sida

ii. Les financements innovants

iii. Quelle pourrait être la contribution des entreprises au financement du développement ?

iv. La problématique des orientations sectorielle et géographique du FED

CONCLUSION

SYNTHÈSE DES PRINCIPALES RECOMMANDATIONS

TRAVAUX DE LA COMMISSION

ANNEXE : LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES PAR LES RAPPORTEURS

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Afrique , Francophonie , Langue francaise

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP