Retour
 

Cartographie de l'enseignement professionnel

Auteur(s) :

Editeur :

  • Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

Date de remise : Septembre 2016
95 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Dans ce rapport conjoint de l'IGAENR et de l'IGEN, les inspections générales se sont attachées à dresser une cartographie de l'offre de formations professionnelles et à souligner quelques tendances lourdes qui ont caractérisé l'enseignement professionnel au cours des dernières années. Les observations recueillies interrogent l'hyper spécialisation, par ailleurs genrée, qui le caractérise. Elles montrent également que la cartographie de l'enseignement professionnel se trouve très largement contrainte par des dimensions structurelles et qu'elle s'inscrit avant tout dans la perspective d'une régulation des flux induite par un mouvement généralisé d'élévation du niveau de qualification. Ces contraintes, parce qu'elles tendent à faire converger les cartes régionales des formations, posent la question du caractère opérant du CPRDFP (contrat de plan régional de développement des formations professionnelles). De ce point de vue, le contexte créé par les grandes régions doit être l'occasion de revisiter les principes et les processus qui président à l'élaboration de la carte des formations professionnelles.

Introduction

1. Le processus de décentralisation ou la fin d’une situation de « tout État »

2. À la recherche d’une coordination en matière de politiques de formation professionnelle

2.1. 1993, le PRDFPJ : une nouvelle approche de la réflexion concernant la structuration de l’offre de formation

2.2. 2002, du PRDFPJ au PRDF : extension du plan aux adultes

2.3. 2004, du PRDF au PRDFP : extension du plan aux demandeurs d’emploi

2.4. 2009, du PRDFP au CPRDFP : une volonté de prescription

2.5. 2014 : Intégration de la dimension orientation, du CPRDF au CPRDFOP

2.6. Les instances de concertation et d’aide à la décision

2.6.1. Le CNEFOP

2.6.2. Le CREFOP

3. De la prospective à la stratégie

3.1. Les acteurs et les sources de la prospective au niveau national

3.1.1. Le commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP)

3.1.2. La direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance

3.2. Les acteurs et les sources de la prospective au niveau régional

3.2.1. Les CARIF - OREF

3.2.2. Le CÉREQ

3.2.3. La DARES

3.2.4. Les DIRECCTE

3.2.5. Les rectorats

3.3. La prospective sectorielle des métiers et des qualifications

3.3.1. Les observatoires de branches

3.3.2. L’approche par secteurs et par filières

3.4. Enjeux et limites des exercices de prospective

3.4.1. Un exercice délicat

3.4.2. Une grande diversité d’outils avec des objectifs multiples

4. LES CPRDFP de 2009

4.1. Un travail de concertation

4.1.1. La phase préparatoire du CPRDF : de nombreux travaux entre acteurs

4.1.2. Une grande diversité de signataires

4.1.3. Des architectures de CPRDF assez proches

4.1.4. Le CPRDFP : une occasion de relancer une dynamique conventionnelle avec les comités de coordination

4.2. Une concertation peu en prise sur avec le réel

4.2.1. Une analyse approfondie

4.2.2. Une réflexion fondée sur une perspective adéquationniste

4.2.3. Des objectifs peu opérationnels

4.2.4. Une formalisation peu opérationnelle

5. Construction de l’offre de formation

5.1. Un contexte démographique propre à chaque région

5.2. Une organisation de l’appareil de formation propre à chacune des filières de formation

5.3. Une logique prépondérante de régulation des flux déconnectée des réalités économiques régionales

5.4. Une répartition des élèves au sein des multiples spécialités qui témoigne du caractère insuffisamment opérationnel du CPRDFP

5.5. De fortes contraintes pour les acteurs en région dans une logique d’élévation du niveau de formation

5.6. Une offre existante in fine qui évolue peu

Conclusion

Résumé des préconisations

Annexes

Introduction

Étroitement dépendants de la politique académique en matière d’orientation, la nature et le volume des flux des jeunes orientés vers l’enseignement professionnel sont tout à la fois la cause et le résultat d’approches singulières quant aux priorités définies à un échelon  décentralisé. Bien que les configurations des appareils régionaux de formation professionnelle soient différentes d’une région à l’autre, les politiques régionales tendent à produire une certaine convergence dans les situations que l’on observe. Une tendance assez générale se dessine pour que les deux grands acteurs que sont le rectorat et le conseil régional inscrivent leur action dans la perspective d’une élévation générale du niveau de formation. Ce principe semble avoir gagné toutes les filières et toutes les spécialités de l’enseignement professionnel.

Afin de mieux appréhender les enjeux qui entourent la cartographie actuelle de  l’enseignement professionnel, la mission a souhaité mettre en perspective les décisions récemment prises par le législateur en vue de conforter l’une des caractéristique de l’enseignement professionnel, à savoir le régime de compétences partagées instauré, en matière d’offre de formations, par les premières lois de décentralisation.

La mission s’est ainsi attachée, dans cette première partie, à rappeler le rôle et les  responsabilités formels des différents acteurs. Ces derniers sont engagés à des niveaux de régulation et des degrés divers dans le cadre de procédures juridiquement définies qui seront quant à elles étudiées à l’aune des textes officiels qui régissent la nature des relations que doivent entretenir l’État et les collectivités territoriales en matière de structuration de l’offre de formations professionnelles initiales.

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Enseignement professionnel

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP