Retour
 

Rapport d'information déposé (...) par la commission des affaires économiques sur les objets connectés

Auteur(s) :

Editeur :

  • Assemblée nationale

Collection : Documents d'information de l'Assemblée nationale

Date de remise : Janvier 2017
147 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Selon l'Union internationale des télécommunications (UIT), l'internet des objets se définit comme « l'infrastructure mondiale pour la société de l'information, qui permet de disposer de services évolués en interconnectant des objets (physiques ou virtuels) grâce aux technologies de l'information et de la communication interopérables existantes ou en évolution ». La première partie du rapport est une analyse de portée générale sur le potentiel des objets connectés. Elle apporte d'abord une vision large, prospective, des changements qui vont être à l'oeuvre grâce aux objets connectés dans les modèles économiques de demain. En particulier, si l'internet des objets est générateur d'une importante création de valeur, il faut se demander où elle se situe précisément, et quels sont les acteurs économiques qui sont en mesure de la capter. La deuxième partie du rapport cherche à définir la place que va occuper la France dans la révolution de l'internet des objets. La conviction des rapporteures est que la France peut légitimement prétendre à une position d'avant-garde, en matière d'innovation, d'offre industrielle ou de solutions de télécommunications.

INTRODUCTION

PREMIÈRE PARTIE : L’INTERNET DES OBJETS : LE NUMÉRIQUE À L’ÈRE DE LA PRÉDICTION

I. LE POTENTIEL ÉCONOMIQUE DES OBJETS CONNECTÉS SEMBLE SANS LIMITES

A. UN CHANGEMENT DE PARADIGME ENCORE PEU APPRÉHENDÉ PAR LES POLITIQUES

1. Qu’est-ce qu’un objet connecté ?

a. Les objets connectés sont déjà ancrés dans nos modèles de production et de consommation

b. Une nouvelle vague d’objets connectés qui repousse l’horizon des possibles

2. La principale force de l’utilisation des objets connectés : créer de la prédiction

a. La plus-value des objets connectés est indissociable des données qu’ils produisent

b. La prédiction : le cas d’usage de la maintenance

c. Une analyse qui peut être généralisée

3. L’internet des objets rebat les cartes de la production de valeur économique

a. L’industrie doit achever sa transformation vers les services

b. Les plateformes numériques confortent leur rôle économique pivot

c. L’essor d’une économie de la donnée

B. DU PRODUCTEUR AU CONSOMMATEUR, L’INTERNET DES OBJETS À CHAQUE ÉTAPE

1. Un marché « B-to-B » déjà dynamique, mais avec d’importantes marges de progression

a. « L’alignement des planètes » de l’internet des objets

b. Le potentiel de l’internet des objets apparaît plus clairement aux entreprises

c. L’exemple d’une filière traditionnelle en transition vers l’internet des objets : l’agriculture

2. Un marché « B-to-C » qui peine à gagner en maturité

a. Un potentiel annoncé qui se heurte à une demande encore fragile

b. Comment lever les freins du marché des objets connectés B-to-C ?

c. Une confiance des Français dans l’internet des objets à renforcer

II. USAGES ET PRATIQUES SOCIALES DES OBJETS CONNECTÉS

A. LA RÉVOLUTION DU QUOTIDIEN ?

1. Les objets connectés ou l’avènement de l’informatique ubiquitaire

a. Une connexion du quotidien omniprésente et invisible

b. Les objets connectés ne modifient pas que notre environnement, mais également nos modes d’action et de pensée

2. La révolution du quotidien est-elle contrôlable ?

a. L’internet des objets est-il intelligible ?

b. L’internet des objets est-il contrôlable ?

c. L’internet des objets est-il éthique ?

d. Quelle est la responsabilité des usagers ?

B. QUEL EST L’IMPACT SOCIAL DE L’INTERNET DES OBJETS ?

1. Les objets connectés créent-ils de la liberté ou de la contrainte ?

a. Les excès potentiels de la quantification de soi

b. L’apparition de nouvelles normes : le paradoxe des objets connectés

c. Vers la déqualification des professionnels ?

2. Les objets connectés créent-ils du lien social ou créent-ils des inégalités ?

a. Les objets connectés ou le vivre-ensemble connecté

b. Les objets connectés sont également porteurs de risques d’exclusion

SECONDE PARTIE : L’INTERNET DES OBJETS, DES OPPORTUNITÉS À SAISIR POUR LA FRANCE

I. UN ÉCOSYSTÈME DE L’INNOVATION ENCORE PERFECTIBLE

A. DES COMPÉTENCES ET UN DYNAMISME ENTREPRENEURIAL RECONNUS

1. L’enseignement supérieur et la recherche se positionnent sur l’internet des objets

a. L’interface entre l’enseignement supérieur et la recherche et les entreprises s’améliore

b. INRIA, à la pointe sur les objets connectés

2. La France connaît toujours un véritable dynamisme entrepreneurial

a. La très bonne forme des startups françaises

b. Relever le défi du « scale-up »

B. LES SOUTIENS À L’INNOVATION SE SONT ORGANISÉS

1. La bannière French Tech a permis de structurer les soutiens publics

a. Les dispositifs existants sont adaptés au développement des objets connectés français

b. Le coup de fouet de la French Tech

c. Des écosystèmes locaux tournés vers l’internet des objets

2. L’accompagnement des startups rassemble des initiatives publiques et privées

a. De la naissance de l’idée à la commercialisation d’un produit

b. Le modèle israélien : comment s’inspirer de la « Startup Nation »

C. LE FINANCEMENT DE L’INNOVATION DEMEURE UN POINT D’ATTENTION

1. Le constat de la faiblesse du capital-risque en France reste d’actualité

a. Le capital-risque français reste en-deçà des performances de nos partenaires

b. Les business angels progressent, mais insuffisamment

2. Le financement participatif : nouveau levier de financement des jeunes entreprises

II. UNE RÉUSSITE À PORTÉE DE MAIN

A. L’INTERNET DES OBJETS NÉCESSITE DES INFRASTRUCTURES DE RÉSEAUX ADAPTÉES

1. La France a un savoir-faire reconnu en matière de connectivité

a. Le développement des technologies de connexion sans fil

b. La France tire son épingle du jeu dans les réseaux bas débit

2. Réussir la transition vers la 5G

B. LES DÉFIS QU’IL RESTE À RELEVER

1. Améliorer l’environnement fiscal et réglementaire de l’innovation

a. Développer le financement des entreprises innovantes par le levier fiscal

b. Protéger l’innovation

c. Reconnaître l’innovation

2. L’internet des objets, levier de la réindustrialisation française ?

3. Encourager la transition numérique des entreprises traditionnelles

a. Les usages du numérique par les PME-PMI françaises sont insuffisants

b. Le déploiement d’un écosystème français des objets connectés nécessite un effort de formation à cette transition numérique

TRAVAUX DE LA COMMISSION

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES PAR LES RAPPORTEURES