Retour
 

Les dispositifs passerelles : de la famille et du lieu de garde à l'école maternelle

Auteur(s) :

    • FRANCE. Inspection générale des affaires sociales; FRANCE. Inspection générale de l'éducation nationale

Editeur :

  • Ministère de l'emploi et de la solidarité : Ministère de la famille et de l'enfance : Ministère de l'éducation nationale

Date de remise : Novembre 2000
69 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

L'éducation des jeunes enfants se réalise la plupart du temps dans le cadre de modes de garde individuels ; seuls 9 % des enfants de moins de trois ans sont gardés en crèche ou halte garderie. Cette éducation se poursuit à l'école maternelle où sont accueillis 35 % des enfants de deux ans et la quasi-totalité des enfants à trois ans. Les premiers pas à l'école maternelle se font dans un environnement collectif et sont marqués par une rupture forte, dans la mesure où les enfants n'ont pas été préparés à une expérience de vie en grand groupe. Afin de faciliter l'adaptation des enfants à l'école maternelle, des expériences ont été développées, notamment dans certains quartiers défavorisés, autour de "classes passerelles" dont la vocation est de créer les conditions d'une première socialisation, de favoriser une séparation progressive avec la famille et de soutenir les parents dans l'exercice de la fonction parentale. La ministre de l'emploi et de la solidarité, le ministre de l'éducation nationale et la ministre de la famille et de l'enfance ont confié à l'inspection générale des affaires sociales et à l'inspection générale de l'éducation nationale une mission conjointe portant sur un état des lieux des initiatives existantes dans ce domaine et sur les obstacles rencontrés au développement de telles actions.

Résumé

Introduction

Le champ de l’étude

La méthodologie

I – LES DONNÉES ACTUELLES RELATIVES AUX DISPOSITIFS PASSERELLES

I-1 Les données issues des travaux et publications
I-1-1 Les dispositifs passerelles émergent d’un ensemble d’actions en faveur de la petite enfance
I-1-2 Les dispositifs passerelles prennent corps dans une problématique de scolarisation précoce
I-1-2-1 Des rapports esquissent le cadre des dispositifs passerelles
I-1-2-2 Des études plaident, avec quelques nuances, en faveur de la scolarisation précoce
I-1-2-3 L’école maternelle s’ouvre, non sans difficulté, à la scolarisation précoce

I-2 Les enseignements apportés par l’enquête exhaustive de la direction de l’Enseignement scolaire
I-2-1 Les compétences professionnelles sont très diverses et complémentaires
I-2-2 Les partenaires institutionnels sont souvent secondés par des associations
I-2-3 Les financements proviennent de diverses origines, mais sont d’abord municipaux
I-2-4 Une grande hétérogénéité caractérise les modes de fonctionnement
I-2-5 La participation des parents connaît des formes très variées

I-3 L’environnement juridique des dispositifs passerelles
I-3-1 Les éléments juridiques de protection de la famille et de l’enfant
I-3-2 L’importance accordée à la scolarisation précoce des enfants
I-3-3 Les incitations à une politique concertée en faveur de la petite enfance
I-3-3-1 La loi d’orientation sur l’Éducation du 10 juillet 1989
I-3-3-2 Le protocole d’accord du 20 septembre 1990
I-3-3-3 Les lois du 25 juillet 1994 et du 29 juillet 1998
I-3-3-4 L’intervention importante de la branche famille sous l’impulsion de la CNAF

II – EXPLOITATION DES DONNÉES RECUEILLIES PAR LA MISSION

II-1 Synthèse des consultations menées par la mission : émergence des obstacles au développement des dispositifs passerelles
II-1-1 Le protocole du 20 septembre 1990 relatif à la petite enfance est rarement connu
II-1-2 Les objectifs donnés aux dispositifs passerelles sont parfois discutés
II-1-3 Les dispositifs passerelles : domaine de la “ Petite enfance ” ou de l’Éducation nationale ? La scolarisation à deux ans, objet d’interrogations
II-1-4 Un flou dans l’initiative et le pilotage des dispositifs passerelles
II-1-5 Un partenariat toujours évoqué, parfois difficilement réalisé
II-1-6 Des formations souvent modestes concernant l’accueil des enfants de deux ans
II-1-7 Un déficit d’évaluation qui ne permet pas de construire des certitudes sur la validité des dispositifs
II-1-8 Des questions majeures en suspens
II-1-8-1: Quel dispositif en milieu rural ?
II-1-8-2: Les enfants handicapés ou malades ne sont-ils pas oubliés ?
II-1-8-3: L’extension du dispositif sur l’ensemble de territoire est-elle envisageable ?

II-2 Enseignements retirés de l’observation des sites visités
II-2-1 Les classes passerelles
II-2-1-1 La classe passerelle répond à un besoin territorial identifié
II-2-1-2 L’identification du besoin et le projet en résultant sont partenariaux
II-2-1-3 La classe passerelle assume l’intégralité de la fonction passerelle
II-2-1-4 Les classes passerelles sont de véritables classes 51
II-2-1-5 On y pratique néanmoins une pédagogie adaptée au très jeune âge
II-2-2 Les formes riveraines de l’école
II-2-2-1 Les lieux passerelles en lien étroit avec l’école maternelle
II-2-2-2 Les lieux d’appui réalisent des actions passerelles régulières
II-2-2-3 Les lieux d’actions passerelles ponctuelles
II-2-3 Les actions convergentes

III – LA QUESTION DU SOUTIEN, DU DÉVELOPPEMENT OU DE LA GÉNÉRALISATION DES DISPOSITIFS PASSERELLES

III-1 La mission estime que la généralisation n’est pas envisageable
III-1-1 La scolarisation à deux ans reste un objet de débat sinon de controverse
III-1-2 La démarche des pouvoirs publics n’est pas suffisamment claire
III-1-3 Les actions reposent sur un partenariat qui ne se décrète pas
III-1-4 Les moyens de la généralisation demeurent hors de portée
III-1-5 Tous les avis concordent sur l’impossibilité de généraliser

III-2 La mission estime souhaitable de soutenir et développer les dispositifs passerelles
III-2-1 Plusieurs motifs justifient le soutien et le développement souhaités
III-2-2 Mais le soutien doit être encadré
III-2-3 La mission recommande que ce soutien revête des modalités concrètes
III-2-3-1 Des modalités concrètes sont nécessaires au niveau ministériel
III-2-3-2 Des modalités concrètes sont nécessaires au niveau local en faveur des différentes formes de dispositifs passerelles
III-2-4 L’expérimentation des dispositifs passerelles doit être mieux suivie
III-2-5 L’étude et la réflexion doivent s’ouvrir à d’autres domaines

Conclusion

Annexes

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Enseignement prescolaire

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP