Retour
 

Evaluation de l'enseignement dans l'académie d'Amiens

Auteur(s) :

Editeur :

  • Ministère de l'éducation nationale

Date de remise : Novembre 2001
116 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

L'évaluation de l'enseignement dans l'académie d'Amiens a été conduite au cours de l'année scolaire 2000-2001, elle s'inscrit dans le processus d'évaluation commencé en 1998, qui a déjà donné lieu à la remise de rapports d'évaluation. Le rapport présente les caractéristiques principales de l'enseignement dans l'académie d'Amiens (démographie et population) et dresse un diagnostic du système éducatif. Enfin il formule des propositions pour une amélioration du pilotage académique.

INTRODUCTION

PREMIÈRE PARTIE : DES PESANTEURS PERSISTANTES

1. ACADÉMIE D’AMIENS : L’ÉCOLE EN RETARD ; UN SYSTEME EDUCATIF ASSURANT ENCORE MAL L’EGALITE DES CHANCES DES JEUNES, MALGRE DES EVOLUTIONS NON NEGLIGEABLES A LONG TERME
 1.1. Les indicateurs scolaires tracent le portrait d’une école aux résultats médiocres et ne donnant pas toutes leurs chances à ses élèves
1.1.1. Les évaluations du niveau des élèves sont préoccupantes et les résultats aux examens faibles en général
1.1.2. Retards, redoublements et sorties du système scolaire limitent les chances des élèves de poursuivre leurs études et d’accéder à la qualification et à l’insertion
1.1.3. L’offre d’enseignement dessine un paysage traditionnel peu propice au développement des études et à l’élévation des qualifications
1.1.4. Les attitudes des différents acteurs de l’orientation des élèves, parents compris, sont conformes au maintien d’un schéma malthusien

1.2. L’académie a su profiter de moyens mis à sa disposition pour avancer à un pas proche de celui de l’ensemble du pays
1.2.1. L’académie d’Amiens participe aux grandes évolutions nationales du système éducatif.
1.2.2. L’État met à la disposition de l’académie des moyens qui tiennent partiellement compte des difficultés spécifiques de l’enseignement

2. PICARDIE : LES CONTRAINTES LOURDES ; UNE REGION INCERTAINE, AUX TRADITIONS SCOLAIRES MODESTES ET QUI, MALGRE UNE SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE SINISTREE DEPUIS DEUX DECENNIES, TARDE A FAIRE DE L’EDUCATION -FORMATION UNE ARDENTE OBLIGATION
2.1. Un contexte économique et social difficile et disparate
2.1.1. La population, jeune et pauvre, peine à émerger d’une crise économique qui l’a durement frappée
2.1.2. L’explication des difficultés de l’école par le contexte économique ne doit pas dispenser de distinguer des situations fort différente

2.2. Une région à l’identité mal assurée et aux traditions scolaires faibles et dépassées
2.2.1. Les interrogations identitaires de la Picardie pèsent sur le contexte scolaire
2.2.2. Il existe un modèle scolaire picard traditionnel qui n’a pas connu d’authentique aggiornamento
 

DEUXIÈME PARTIE : L’ACTION DE L’ÉCOLE DANS CE CONTEXTE

1. UN PILOTAGE DIFFICILE ; LES MODALITES DU PILOTAGE DES SERVICES DE L’EDUCATION NATIONALE SONT-ELLES ADAPTEES A L’URGENCE DE LA SITUATION ?
1.1. Le projet académique n’apparaît pas encore comme un instrument de mobilisation des énergies
1.1.1. L’élaboration du projet académique n’a pas jusqu’ici impliqué la majorité des acteurs
1.1.2. Le projet académique tarde de ce fait à devenir une référence pour amener des changements de fond dans l’académie

1.2. Un pilotage discret des fonctions pédagogiques : les limites constatées sur le terrain sont dues pour partie à l’insuffisance des conditions et des moyens au service du pilotage
1.2.1. Les acteurs ne sont pas suffisamment mobilisés autour d’axes pédagogiques structurants
1.2.2. Les conditions du pilotage pédagogique sont difficiles, ses instruments insuffisants

2. L’ÉCOLE A CAPELLA : LES QUESTIONS D’EDUCATION ET DE FORMATION SONT ACTUELLEMENT ABORDEES SANS UNE SUFFISANTE CONCERTATION ENTRE L’EDUCATION NATIONALE ET LES DIFFERENTS OPERATEURS A L’OEUVRE
2.1. Les différents opérateurs d’éducation et de formation n’agissent pas de façon suffisamment concertée
2.1.1. L’enseignement privé change peu à peu de fonction dans le système sans que cette évolution donne lieu à un examen conjoint des problèmes avec les responsables de l’enseignement public
2.1.2. Les enseignements agricoles jouent un rôle de fait bien au-delà de la formation des compétences requises par ce secteur d’activité
2.1.3. Les formations par l’apprentissage se développent sans concertation suffisante des différents acteurs impliqués dans le développement des compétences professionnelles en Picardie

2.2. L’implication de l’école auprès des partenaires qui agissent en direction de l’enfance et de la jeunesse est insuffisante
2.2.1. Les échanges avec les collectivités territoriales ne sont pas ceux qu’impliquerait une véritable responsabilité éducative partagée
2.2.2. L’éducation nationale ne joue pas une partie assez sonore dans l’orchestration de l’action des services de l’État
 

TROISIÈME PARTIE : ENJEUX SCOLAIRES EN PICARDIE

 1. L’AMÉLIORATION DU FONCTIONNEMENT DU SYSTÈME ÉDUCATIF IMPLIQUE DE POSER DES QUESTIONS DONT CERTAINES NE TROUVERONT DE RÉPONSE QU’AVEC L’AIDE DE L’ÉCHELON NATIONAL
1.1. L’enjeu de l’encadrement pédagogique

1.2. Ressources enseignantes : de l’importation forcée aux viviers vertueux

2. L’ÉLABORATION AVEC LES PICARDS D’UN MODÈLE ÉDUCATIF POUR NOTRE TEMPS DOIT DEVENIR UNE PRIORITÉ POUR L’ÉDUCATION NATIONALE
2.1. L’éducation nationale doit partager la double conviction qu’elle ne détient pas le monopole de l’éducation mais qu’elle exerce en ce domaine la responsabilité du chef d’orchestre
2.1.1. L’éducation nationale et les autres services de l’État doivent privilégier la cohérence de leur action vis-à-vis de l’enfance et de la jeunesse
2.1.2. La question est de construire, de façon partagée, sur le territoire comme au long de la vie, les continuités éducatives

2.2. L’école et ses usagers : l’irremplaçable adhésion des Picards à un sursaut nécessaire
2.2.1. De la classe à l’échelon académique, les progrès de l’école en Picardie seront à la mesure de sa capacité à devenir une école communicante
2.2.2. L’éducation nationale a la responsabilité d’amener les Picards à construire l’école de l’ambition

ANNEXES
LISTE DES ENTRETIENS RÉALISÉS
LISTE DES SIGLES

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Politique de l'enseignement , Systeme scolaire

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP