Retour
 

La santé et l'accès aux soins : une urgence pour les femmes en situation de précarité

Auteur(s) :

Editeur :

  • Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes

Date de remise : Juillet 2017
124 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Dans son rapport EGAliTER (2014), le Haut conseil à l'égalité (HCE) mettait en évidence le renforcement des inégalités femmes-hommes lorsqu'elles sont cumulées à des inégalités sociales et territoriales, dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville et dans les territoires très ruraux. Ce rapport faisait état : d'une moins bonne santé des femmes et de difficultés d'accès aux soins dans ces territoires dues à des situations de précarité économique et sociale ; de l'existence de territoires où l'offre de soins est insuffisante ; d'un plus fort renoncement aux soins et du poids des stéréotypes de sexe. Dans la continuité de ce travail, les membres de la Commission « Santé, droits sexuels et reproductifs » du HCE ont souhaité approfondir les connaissances sur la santé des femmes en situation de précarité, ses spécificités et ses déterminants, afin d'identifier des leviers pour garantir un accès effectif aux soins et une meilleure santé des femmes en situation de précarité.

SYNTHESE
RECOMMANDATIONS
INTRODUCTION

SECTION 1 – QUATRE INDICATEURS D’UNE SANTÉ DÉTÉRIORÉE DES FEMMES : LA PRÉCARITÉ EN QUESTION

1. Les femmes en situation de précarité sont de plus en plus concernées par les maladies dites professionnelles et les accidents
a. Depuis 2001, une augmentation de 155 % des maladies professionnelles reconnues chez les femmes, en particulier les plus précaires
b. Les troubles musculo-squelettiques (TMS), une maladie des femmes en situation de précarité
c. Les accidents du travail et de trajet en augmentation chez les femmes, en particulier pour les branches et les catégories socio-professionnelles touchées par la précarité

2. Les femmes en situation de précarité sont davantage touchées par certains troubles psychologiques et affections psychiatriques
a. Des troubles aggravés en situation de précarité…
b. …qui s’expliquent notamment par des situations d’isolement social

3. Un moindre suivi gynécologique et une plus forte exposition aux cancers spécifiques aux femmes
a. Les femmes en situation de précarité sont moins suivies en gynécologie et utilisent moins souvent un moyen de contraception que la moyenne
b. Les grossesses sont peu suivies et présentent plus souvent des risques
c. Elles participent moins aux dépistages des cancers spécifiques des femmes et y survivent moins souvent
Le cancer du sein
Le travail de nuit : un facteur de risque bien établi
Le cancer du col de l’utérus
Vaccin contre le HPV
Frottis cervico-utérin

4. Les femmes en situation de précarité présentent des risques accrus de maladies cardio-cérébro -vasculaires
a. Des risques accrus liés à la précarité… .
Le tabac
L’alcool
L’obésité
b. …et un dépistage moins fréquent et plus tardif
Chez les femmes, de manière générale
Chez les femmes en situation de précarité, en particulier

SECTION 2 – LES FEMMES EN SITUATION DE PRÉCARITÉ FONT FACE À DES DÉTERMINANTS SOCIAUX DE SANTÉ PARTICULIÈREMENT DÉGRADÉS

1. Des conditions de travail plus usantes, plus stressantes et insuffisamment considérées comme telles
a. Temps partiels, contrats instables et emplois non qualifiés : quand le travail alimente la précarité et dégrade les conditions de vie, dont la santé
b. Des dispositifs de prévention, d’accompagnement et de compensation qui intègrent trop peu les spécificités des emplois et des conditions de travail des femmes précaires
Les risques
Les risques psychosociaux concernent majoritairement les femmes et ont un impact sur leur santé
Une prévention et une compensation des risques psychosociaux insuffisantes
La pénibilité
Une définition indifférente aux conditions de travail des femmes en situation de précarité
La nécessité de mieux prendre en compte la pénibilité du travail des femmes en situation de précarité
Les négociations annuelles obligatoires sur la qualité de vie au travail
La médecine du travail
Un levier essentiel pour l’accès à la santé et la prévention des risques au travail
Un contexte global de remise en question, qui impacte particulièrement les femmes en situation de précarité
c. Le cas particulier des grossesses
Des possibilités d’aménagement des conditions de travail limitées dans les faits
Les discriminations liées à la grossesse peuvent constituer un facteur aggravant de précarité

2. Une insécurité sociale et économique qui influe sur le mode de vie, le rapport à son corps et au temps
a. Impacts directs de la précarité sur la santé des femmes : mauvaise alimentation, logement dégradé, absence de loisirs et de pratiques sportives liés aux contraintes financières
L’insuffisance des moyens financiers entraîne une plus faible qualité, quantité et diversité de l’alimentation et impacte la santé
Les difficultés économiques impactent l’accès à un logement digne, aux loisirs, au sport et à la culture qui sont des facteurs de bonne santé
Le logement
Les vacances, les loisirs et la culture
La pratique sportive
b. Impacts indirects de la précarité sur la santé : rapport déprécié à son corps et à l’estime de soi et difficulté à se projeter et à planifier son temps
Le bien-être relégué au second plan
Une faible estime d’elles-mêmes : quand la précarité rend les diktats qui pèsent sur les corps des femmes d’autant plus violents.

3. La précarité rend les femmes plus vulnérables face aux violences de genre et entrave l’accès à un accompagnement adéquat
a. Les violences faites aux femmes ont un fort impact sur leur santé
b. La précarité expose à des violences spécifiques
La prostitution face au manque de ressources financières
La violence et le sexisme au travail
Les violences au sein du couple
c. L’éloignement du système de soins entrave la sortie des violences

SECTION 3 – AMÉLIORER LE SYSTÈME DE SOINS POUR AMÉLIORER LA SANTÉ DES FEMMES EN SITUATION DE PRÉCARITÉ

1. Lever les freins financiers et améliorer le recours aux droits
a. Lever les derniers freins financiers
Prendre en charge à 100 % des soins supplémentaires
Élargir l’accès aux dispositifs d’aide financière
b. Améliorer le recours aux droits pour permettre le plein bénéfice des aides financières existantes
Simplifier les dispositifs et les démarches d’ouverture des droits
Faire connaître les dispositifs et les démarches d’ouverture des droits par un accompagnement personnalisé et une communication renforcée
c. Garantir un accueil adapté par les professionnel.le.s de santé
Lutter contre la stigmatisation et les pratiques discriminatoires
Stigmatisation et moins bonne prise en charge basées sur des stéréotypes
Un refus de soin discriminatoire
Former et outiller les professionnel.le.s pour un accueil adapté
Former les professionnel.le.s
Outiller les professionnel.le.s

2. Agir sur l’organisation de l’offre de soins, « aller vers » les populations les plus éloignées du système de santé et développer une approche en santé communautaire
a. Garantir l’accessibilité des soins (proximité géographique et accès pour les femmes en situation de handicap)
Réduire les inégalités d’offre de soins sur le territoire
Aider à la mobilité des patient.e.s
Garantir l’accessibilité pour les femmes en situation de handicap
Développer la démarche d’« aller vers » les femmes les plus éloignées du système de soins
b. Développer une approche en santé globale et communautaire
Partir des besoins identifiés par les usagères elles-mêmes
Prendre en charge les patient.e.s de façon globale
Approche pluri-professionnelle et échanges sur les pratiques
Promotion de l’accès aux droits
Consultations médicales volontairement plus longues
Partenariats locaux et actions de sensibilisation hors les murs
Réduire les freins symboliques et culturels
La médiation en santé : un pont entre médecins et patient.e.s à développer
L’interprétariat linguistique : comprendre et se faire comprendre pour une meilleure efficience en santé
Adapter les horaires aux contraintes des femmes en situation de précarité

3. Adopter une perspective de genre dans les politiques de réduction des inégalités sociales de santé
a. dans les Permanences d’accès aux soins de santé (PASS)
b. dans l’évaluation des contrats de ville et des contrats de ruralité
c. dans les Programmes régionaux d’accès à la prévention et aux soins (P.R.A.P.S.)

GLOSSAIRE

REMERCIEMENTS

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Femme , Discrimination sexuelle

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP