Retour
 

Evaluation de l'enseignement dans l'académie de Poitiers

Auteur(s) :

    • FRANCE. Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche; FRANCE. Inspection générale de l'éducation nationale

Editeur :

  • Ministère de l'éducation nationale

Date de remise : Novembre 2001
124 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

La présente étude, conduite au cours de l'année scolaire 2000-2001, s'inscrit dans le cadre de la deuxième vague d'évaluation de l'enseignement dans les académies, menée conjointement par les deux inspections générales. La réflexion s'est structurée en deux temps. Tout d'abord, un constat a été dressé du fonctionnement du système éducatif picto-charentais, sans le séparer de la situation économique et démographique. Ensuite, ont été examinés les différentes politiques publiques et les leviers sur lesquels elles s'appuient. Après une première phase de description de l'état du système, ce sont les processus développés sur le plan de la pédagogie, de l'organisation de l'offre de formation et de la gestion du système, ainsi que les outils auxquels ils font appel, qui ont été étudiés. L'objectif était d'évaluer leur pertinence par rapport aux situations académiques et d'apprécier sur le terrain la réalité des effets attendus.

Première partie. État des lieux

Introduction

Chapitre 1. Une école ajustée à son environnement
1. La forte ruralité influe sur les conditions de scolarisation
La région la plus rurale de France après le Limousin
Les effets de la ruralité sur les conditions de l’accueil scolaire
Les collèges ruraux ont des taux d’accès en classe de seconde générale et technologique plutôt faibles
Des taux de sortie élevés dans les collèges ruraux
Une offre de formation polyvalente dans les lycées

2. Une conséquence du ralentissement de la croissance démographique : la décrue de la population en âge d’être scolarisée
Une croissance démographique inférieure à la moyenne nationale
Une population vieillissante
La faible dynamique démographique favorise l’augmentation de la scolarisation à deux ans

3. Des trajectoires scolaires en bonne adéquation avec les caractéristiques du tissu économique
Un poids élevé des professions indépendantes dans la population active
Des trajectoires scolaires plutôt bien adaptées à la structure économique
 
Chapitre 2. Les niveaux de difficultés sociales et les parcours scolaires
1. Une population plus défavorisée qu’au niveau national
Un faible niveau de richesse et de revenus
Une disparité sociale plus forte qu’au niveau national
Une proportion faible de diplômés parmi les plus de 25 ans
Les indicateurs de précarité sociale : des écarts significatifs entre les départements

2. Les publics scolarisés : des niveaux de difficultés sociales contrastés selon les départements
Moins d’élèves défavorisés qu’au niveau national mais un taux de disparité sociale plus élevé en collège
Une faible concentration des difficultés sociales mais les écarts entre départements s’accroissent

3. La sélection sociale de la classe de sixième à la classe de seconde générale et technologique : des évolutions divergentes selon les départements

Chapitre 3. Un appareil de formation dont la structuration présente des déséquilibres
1. Une dotation en moyens contrastée entre le premier et le second degré
Le premier degré : un accroissement du potentiel mobilisé en faveur du préélémentaire et de l’enseignement spécialisé
 Le second degré : des arbitrages successifs rendus en faveur des collèges et des lycées professionnels  

2. Une offre académique de formation bien déployée mais non exempte de déficiences
Le premier degré : un maillage serré du territoire académique par des écoles petites et moyennes
Les collèges : dans le public un réseau dense d’établissements de taille moyenne, dans le privé une concentration de petits établissements au nord de l’académie
La voie générale et technologique : plus littéraire et moins économique qu’en métropole et un déficit dans les séries industrielles
La voie professionnelle : un niveau IV insuffisamment développé et une présence encore forte des classes technologiques
Les sections de techniciens supérieurs : une bonne couverture du territoire académique
Les classes préparatoires aux grandes écoles : le pôle de Poitiers

3. L’apprentissage : concurrence ou complémentarité ?
Une tradition régionale
Les formations : majoritairement de niveau V sur des créneaux bien caractérisés

Chapitre 4. Un système éducatif plutôt performant
1. Des résultats aux évaluations et aux examens supérieurs à la moyenne nationale et aux taux attendus
Des évaluations en CE2 et en sixième révélatrices de l’efficacité de l’école primaire
Une réussite au diplôme national du brevet qui dépasse nettement la moyenne nationale
Des résultats au baccalauréat légèrement supérieurs à la moyenne nationale
De bons résultats aux BTS

2. De faibles taux d’accès en second cycle
Un taux d’accès sans redoublement sixième/seconde générale et technologique inférieur à la moyenne nationale
Un taux d’accès en second cycle professionnel plus faible que la moyenne nationale

3. Les bonnes performances des lycées
Des taux d’accès de la seconde au baccalauréat général et technologique plus élevés qu’au niveau national
De bons taux d’accès dans l’enseignement professionnel mais une faible propension à la poursuite d’étude après le BEP

4. Une bonne efficacité d’ensemble du système éducatif mais des différences sensibles entre départements

Chapitre 5. Une insertion professionnelle plus difficile que dans d'autres régions
1. Les effets de la prolongation de la scolarité
Les taux de scolarisation : plus de jeunes poitevins en lycées mais moins dans les filières universitaires longues
Un taux d’activité des jeunes en décroissance

2. Des contrastes géographiques et des disparités selon la formation
 La part des jeunes de moins de 25 ans parmi les demandeurs d’emploi : variable selon les zones
Les conditions d’insertion dépendent du niveau de formation et de la spécialité
Les sorties sans qualification : une académie en bonne position  

3. Une adéquation formation/emploi perfectible
L’opinion des lycéens : globalement positive
L’opinion des milieux professionnels : une transition problématique entre le lycée et l’entreprise  

Seconde partie. Les stratégies académiques

Chapitre 1. Les politiques académiques
1. Un projet académique bien adapté aux enjeux locaux mais encore trop souvent méconnu

2. La politique régionale et le projet académique : un large consensus sur les objectifs et les méthodes
« Emplois 2010 » : trois leviers pour développer l’emploi en Poitou-Charentes
Le projet régional : poursuivre et diversifier l’effort éducatif
Le lycée 2010 : solidarité, création et partenariat
De larges convergences entre l’Académie et le Région

Chapitre 2. Le pilotage académique
1. Les outils : limites techniques et défaillances institutionnelles
Les limites de l’appareil statistique
Un manque de coordination entre les services
Des réorientations nécessaires  

2. Le pilotage pédagogique
Une initiative originale : la création d’un pôle pédagogique au sein des services académiques
L’animation pédagogique : un engagement des corps d’inspection limité par la faiblesse des effectifs et le maintien de cloisonnements
L’action culturelle, «une nouvelle chance» pour les élèves de l’académie  

3. Le pilotage de l’offre de formation : une volonté politique forte qui n’est pas encore partout partagée
Le schéma post-bac : un document qui constitue l'une des pièces d'un puzzle
La carte des formations : un outil de programmation qui n’a pas encore donné toute sa portée
Le mode de management : un pari sur la responsabilité des acteurs qui n’est pas totalement gagné  

Chapitre 3. Les leviers
1. Le particularisme des projets de circonscription et le formalisme des projets d’écoles

2. Les projets d’établissements : une mobilisation inégale des acteurs
La quasi-totalité des établissements a élaboré un projet formellement conforme aux demandes rectorales
Une majorité d’établissements ont demandé à contractualiser avec le rectorat
…mais la mobilisation des équipes éducatives reste faible  
 Les axes prioritaires du projet sont généralement déconnectés du diagnostic
L’élaboration du projet a été soumise à une série de tensions qui n’ont pas toujours été surmontées  

3. Les bassins d’activité : lieux d’application de la politique académique
La mission première des bassins : l’élaboration de la carte locale des formations
Les activités des bassins : des situations contrastées tenant à l’imprécision sur les fonctions et à l’implication inégale des acteurs concernés  

4. La gestion des ressources humaines : une approche ambitieuse
Le profil du corps enseignant : une proportion plus élevée que la moyenne de PEGC et de professeurs en fin de carrière
La priorité académique : vers une gestion qualitative de proximité
La politique académique : de l’administration du personnel à l’élaboration d’un projet social
Le bilan: des résultats partiels mais avec de vraies réussites  

5. Les technologies nouvelles : un pari régional pour le futur
Une action volontariste des collectivités territoriales
En contrepoint à l’action des collectivités territoriales, l’académie a fait du développement des nouvelles technologies un axe fort de sa politique  

Conclusion

Propositions

1. Le pilotage  

2. Les politiques

3. Les leviers  

 Annexe  

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Politique de l'enseignement , Systeme scolaire

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP