De la fondation d'Israël à la guerre du Golfe : 1947 à 1990

1947-1949

18 février 1947
La Grande-Bretagne, à qui a été confié un mandat sur la Palestine depuis 1922, décide de porter la question de la Palestine devant les Nations unies.

29 novembre 1947
L'Assemblée générale de l'ONU adopte, par la résolution 181, un plan de partage de la Palestine, qui prévoit la création d'un Etat juif et d'un Etat arabe et un statut international pour Jérusalem. Accepté par les autorités juives, il est rejeté par la Ligue arabe.

14 mai 1948
Alors que le mandat britannique prend fin, David Ben Gourion proclame l'indépendance de l'Etat d'Israël.

15 mai 1948
Les armées des Etats arabes limitrophes attaquent Israël. La première guerre israélo-arabe marque la victoire de l'Etat hébreu sur les armées égyptienne, syrienne, transjordanienne et irakienne.

11 décembre 1948
L'Assemblée générale de l'ONU, avec la résolution 194, proclame le droit des réfugiés palestiniens de rentrer dans leurs foyers. Les accords d'armistice de Rhodes entérinent les résultats de la guerre : Israël a agrandi son territoire d'un tiers, Jérusalem est divisé, 700 000 à 800 000 Palestiniens sont évacués ou expulsés, leurs villages détruits ou aménagés en colonies juives.

11 mai 1949
Israël devient membre de l'ONU.

1956-1974

29 octobre - 6 novembre 1956
Seconde guerre israélo-arabe : après la nationalisation du canal de Suez le 26 juillet, par le président égyptien Nasser, les Israéliens, avec l'appui des forces franco-britanniques, envahissent le Sinaï et la zone du canal. Les armées israéliennes se retirent du territoire égyptien en janvier 1957.

29 mai 1964
Lors du premier Conseil national palestinien à Jérusalem, création de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Son premier président est Ahmed Choukeiri.

5-10 juin 1967
Troisième guerre israélo-arabe (Guerre des six jours) : Israël occupe la Cisjordanie, Jérusalem-Est, la bande de Gaza, le Sinaï, et le Golan.

22 novembre 1967
Le Conseil de sécurité des Nations unies adopte la résolution 242 prévoyant l'évacuation par Israël "des" ou "de" territoires occupés ("from occupied territories" d'après le texte anglais, et non pas from the occupied territories) en échange de son droit à la paix dans des frontières sûres.

1-4 février 1969
Lors du cinquième Conseil national palestinien, Yasser Arafat prend la direction de l'OLP.

1-27 septembre 1970
"Septembre noir" en Jordanie fait des milliers de morts parmi les Palestiniens à la suite d'affrontements avec l'armée jordanienne. L'OLP quitte la Jordanie pour le Liban.

6-26 octobre 1973
Quatrième guerre israélo-arabe (Guerre du Kippour). Echec de l'offensive des troupes égyptiennes et syriennes pour reconquérir les territoires occupés par Israël.

22 octobre 1973
La résolution 338  du Conseil de sécurité de l'ONU appelle au cessez-le-feu et reprend les termes de la résolution 242.

22 novembre 1974
La résolution 3236 de l'Assemblée générale de l'ONU reconnaît le droit des Palestiniens à l'autodétermination, la souveraineté et l'indépendance nationale. L'OLP obtient le statut d'observateur auprès de l'Organisation des Nations unies.

1977-1981

17 mai 1977
La droite nationaliste remporte les élections législatives israéliennes, Menahem Begin devient Premier ministre. Accélération des implantations juives dans les territoires occupés.

19 novembre 1977
Visite du président égyptien Anouar el Sadate à Jérusalem.

17 septembre 1978
Signature des Accords de Camp David entre l'Egypte et Israël, sous l'égide du président américain Jimmy Carter. Les Israéliens acceptent de restituer le Sinaï à l'Egypte. L'Egypte se voit condamnée lors du sommet arabe de Bagdad, en novembre, et elle est exclue de la Ligue arabe.

26 mars 1979
Signature, à Washington, du Traité de paix entre l'Egypte et Israël.

6 octobre 1981
Assassinat, au Caire, du Président égyptien Anouar el Sadate, par un commando islamiste.

1982-1985

6 juin-août 1982
Invasion israélienne du Liban (cinquième guerre israélo-arabe). L'opération "Paix en Galilée" vise à chasser l'OLP de Beyrouth. Les Israéliens établissent le blocus total de Beyrouth ouest.

1er septembre 1982
Le Plan Reagan proposé par le président américain prévoit l'autonomie pour les Palestiniens des territoires occupés "en association" avec la Jordanie.

6-9 septembre 1982
Le sommet arabe de Fès propose un plan de paix qui admet implicitement l'existence de l'Etat d'Israël et appelle à la création d'un Etat palestinien indépendant.

14-18 septembre 1982
Des milices libanaises phalangistes massacrent les réfugiés palestiniens des camps de Sabra et Chatila dans la banlieue sud de Beyrouth. Ariel Sharon, ministre israélien de la Défense, est mis en cause. Une commission d'enquête israélienne, au terme de quatre mois de travaux, estimera que "le ministre de la défense porte une responsabilité personnelle". Ariel Sharon démissionne.

20 septembre 1982
Le roi Hussein de Jordanie propose la création d'une Confédération jordano-palestinienne.

20 décembre 1983
Yasser Arafat et 4000 de ses combattants, assiégés à Tripoli, au nord du Liban, par les forces syriennes et des milices palestiniennes dissidentes, sont évacués par la mer, sous protection française. L'OLP s'installe à Tunis.

11 février 1985
Amman, un accord jordano-palestinien entre Yasser Arafat et le roi Hussein, prévoit une délégation commune lors d'éventuelles négociations de paix avec Israël.

Juin 1985
Israël achève de se retirer du Liban, à l'exception d'une "zone de sécurité" au sud, contrôlée par une milice pro-israélienne, l'Armée du Liban sud (ALS).

19 février 1986
Le roi Hussein "gèle" l'accord jordano-palestinien du 11 février 1985.

Juillet 1986
Fermeture des bureaux du Fath à Amman et expulsion de nombreux responsables palestiniens.

1987-1990

9 décembre 1987
L'Intifada ("guerre des pierres") éclate à Gaza et s'étend en Cisjordanie.

31 juillet 1988
Le roi Hussein de Jordanie renonce à sa souveraineté sur la Cisjordanie en faveur de l'OLP.

12-15 novembre 1988
Le 19ème Conseil national palestinien (Parlement en exil), réuni à Alger, proclame l'indépendance de l'Etat de Palestine, réaffirme sa condamnation du terrorisme et accepte les résolutions 181, 242 et 338 des Nations unies, ce qui équivaut à une reconnaissance implicite d'Israël.

2 août 1990
Invasion du Koweit par l'Irak (Guerre du Golfe). Yasser Arafat apporte son soutien au président irakien Saddam Hussein.

Le difficile processus de paix : 1991 à 2001

1991-1995

30 octobre-3 novembre 1991
La Conférence de Madrid, qui réunit Israël, la Syrie, la Jordanie et les représentants palestiniens, sous l'égide des Etats Unis et de l'URSS, marque le début des négociations bilatérales entre Israël et ses voisins arabes.

23 juin 1992
La victoire des travaillistes aux élections législatives israéliennes met fin à quinze ans de présence du Likoud au gouvernement. Itzhak Rabin devient Premier ministre.

13 septembre 1993
A la suite des pourparlers secrets d'Oslo, Yasser Arafat et Itzhak Rabin signent à Washington une Déclaration de principes sur des arrangements intérimaires d'autonomie.

13 octobre 1993
Israël et l'OLP entament à Taba, en Egypte, des négociations sur le retrait de l'armée israélienne de la bande de Gaza et de l'enclave de Jéricho.

9 février 1994
Signature au Caire d'un accord de sécurité entre Palestiniens et Israéliens.

25 février 1994
Un colon juif extrémiste tue vingt-neuf Palestiniens en prière à la mosquée d'Hébron en Cisjordanie. Vague d'émeutes dans les territoires occupés et sévère repression.

29 avril 1994
Israël et l'OLP concluent, à Paris, un Protocole sur les relations économiques.

4 mai 1994
Yasser Arafat et Itzhak Rabin signent, au Caire, le premier Accord intérimaire dit "Gaza-Jéricho" qui établit les bases de l'autonomie palestinienne et marque le début de la période intérimaire fixée à 5 ans.

13-18 mai 1994
L'armée israélienne évacue Gaza et Jéricho, l'Autorité palestinienne s'installe dans les zones devenues autonomes.

29 août 1994
Israël accepte, par les accords d'Erez, de transférer à l'Autorité palestinienne la gestion de l'éducation, de la culture, de la santé, de la fiscalité, du tourisme et des affaires sociales.

14 octobre 1994
Yasser Arafat, Shimon Pérès et Itzhak Rabin reçoivent conjointement le prix Nobel de la paix.

26 octobre 1994
Signature du Traité de paix israélo-jordanien à Amman.

28 septembre 1995
Israël et l'OLP signent à Washington, en présence des présidents américain et égyptien Bill Clinton et Hosni Moubarak, ainsi que du roi Hussein de Jordanie, un second Accord intérimaire israélo-palestinien sur la Cisjordanie et la bande de Gaza (Accord de Taba ou Oslo II). Le texte prévoit l'extension de l'autonomie en Cisjordanie et le retrait israélien par étapes. La Cisjordanie est découpée en trois zones : les zones A sous contrôle palestinien, B sous autorité palestinienne, Israël conservant la responsabilité de la sécurité, et C sous contrôle exclusif israélien, l'Autorité palestinienne n'ayant dans le domaine civil que des pouvoirs qui ne seront pas liés au territoire.

4 novembre 1995
Assassinat du Premier ministre israélien Itzhak Rabin par un juif religieux partisan du Grand Israël.

1996-1999

20 janvier 1996
Les premières élections directes du Conseil de l'autonomie palestinienne et du président de l'exécutif donnent à Yasser Arafat la présidence de l'Autorité palestinienne avec 87 % des suffrages.

Février-avril 1996
Série d'attentats islamistes contre les civils israéliens à Tel-Aviv et à Jérusalem.

29 mai 1996
Benyamin Nétanyahou, chef du Likoud (droite nationaliste) opposé aux accords d'Oslo, est élu Premier ministre.

24 septembre 1996
L'ouverture par Israël d'un tunnel sous l'Esplanade des Mosquées (Mont du Temple) provoque des affrontements entre l'armée israélienne et des manifestants palestiniens (plus de 70 morts).

17 janvier 1997
Benyamin Nétanyahou et Yasser Arafat signent l'Accord d'Hébron sur un retrait israélien des 4/5ème de la ville d'Hébron, la colonie de Kyriat Arba restant en territoire israélien.

23 octobre 1998
Après deux semaines de négociations, signature du Mémorandum de Wye River à Wye Plantation, aux Etats-Unis. Il prévoit la restitution de 13% supplémentaires de la Cisjordanie en échange d'un engagement de l'Autorité palestinienne à réprimer les mouvements terroristes.

25 mars 1999
Le Conseil européen de Berlin réaffirme "que les Palestiniens conservent un droit sans réserve à l'autodétermination, y compris le droit de créer un Etat".

19 mai 1999
Le travailliste Ehoud Barak est élu Premier ministre d'Israël.

4 septembre 1999
Les Accords de Charm el-Cheikh, en Egypte, redéfinissent le calendrier des retraits israéliens prévus à Wye River, mais non appliqués. Israël libère 400 prisonniers palestiniens.

2000-2001

21 mars 2000
Après un nouveau retrait de l'armée israélienne de 6,1 % de la Cisjordanie, l'Autorité palestinienne exerce un contrôle total sur 17,2% de la Cisjordanie et Israël conserve le contrôle total de 59 % de la Cisjordanie et de 30 % de Gaza.

15-17 mai 2000
De violents affrontements éclatent entre Palestiniens et soldats israéliens, en Cisjordanie, à l'occasion de la "nakba" ("catastrophe", en référence à la création d'Israël), faisant plusieurs morts et des centaines de blessés.

23-24 mai 2000
Après 22 ans d'occupation, l'armée israélienne se retire du Sud-Liban, plus tôt que prévu, l'Armée du Liban sud (ALS) s'effondre. Ce retrait a un retentissement important en Cisjordanie et à Gaza, l'opinion publique palestinienne y voyant une victoire remportée sur Tsahal.

juin-juillet 2000
Crise politique en Israël : pour marquer leur désaccord avec les négociations de paix, six ministres quittent la coalition gouvernementale, Ehoud Barak n'a plus de majorité parlementaire.

15-25 juillet 2000
Le sommet israélo-palestinien de Camp David II, organisé aux Etats-Unis par le président américain Bill Clinton, s'achève sans qu'un accord puisse être conclu.

28 septembre 2000
Ariel Sharon, chef du Likoud, visite sous forte escorte policière, l'Esplanade des Mosquées (ou Mont du Temple ) à Jérusalem-Est. La police israélienne réprime brutalement, le lendemain, les manifestants palestiniens venus protester, plusieurs Palestiniens sont tués et des dizaines d'autres blessés. C'est le début d'un soulèvement dans les territoires palestiniens, la "nouvelle Intifada". Les affrontements israélo-palestiniens vont se radicaliser, durant les mois suivants, faisant près de 400 morts et des milliers de blessés dont une majorité de Palestiniens.

4 octobre 2000
Une réunion à Paris entre la secrétaire d'Etat américaine Madeleine Albright, Ehoud Barak et Yasser Arafat ne permet pas le retour au calme.

16-17 octobre 2000
Israéliens et Palestiniens se retrouvent à Charm el-Cheikh, en Egypte, pour débattre de l'arrêt des affrontements, de la constitution d'une commission d'enquête sur les violences et de la reprise des négociations.

21-22 octobre 2000
Un sommet extraordinaire de la Ligue arabe réuni au Caire condamne Israël.

12-14 novembre 2000
Le sommet de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) à Doha (Qatar) s'associe à la demande palestinienne d'une force d'interposition internationale dans les territoires occupés.

9 décembre 2000
Ehoud Barak démissionne du poste de Premier ministre, des élections anticipées sont fixées au 6 février 2001.

19-23 décembre 2000
Le président américain Bill Clinton fait des propositions pour la reprise des pourparlers de paix aux délégations israélienne et palestinienne venues à Washington. Les réserves des négociateurs portent, en particulier, sur le statut de Jérusalem, la continuité territoriale et le droit au retour des réfugiés.

11-12 janvier 2001
Les discussions israélo-palestiniennes, à Erez (Israël), sur les propositions du président américain ne permettent pas d'avancées.

21-28 janvier 2001
Les négociations de Taba (Egypte), dans la ligne des propositions du président Clinton s'achèvent sans règlement de paix.

6 février 2001
Ariel Sharon, chef du Likoud, est élu Premier ministre d'Israël avec 62,5 % des suffrages.

Mis à jour le 28/02/2001

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires