DGSE, DRM, DCRI... Les services de renseignement, s’ils restent évidemment discrets sur leur activité, ont vu l’intérêt qui leur est porté croître avec le renforcement des menaces terroristes après 2001. Enjeu majeur de sécurité, la lutte anti-terroriste est en effet aujourd'hui au cœur de l’action du renseignement français.

L’accent est d’abord mis sur le repérage des menaces, par exemple par le contrôle des communications électroniques. Trois questions clés se dégagent : la coordination des services de renseignement, qui relèvent des ministères de la Défense, de l’Intérieur et des Finances, le renforcement des moyens qui leur sont alloués et la coopération avec les partenaires étrangers. Le développement de leur action en matière anti-terroriste pose en outre avec plus d’acuité la question de leur contrôle, notamment par le Parlement.

Mis à jour le 01/08/2008

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires