Le modèle anglais dit "beveridgien", issu du plan Beveridge de 1942, assure le principe de la gratuité des soins étendue à l'ensemble de la population dans le but de garantir une couverture universelle de maladie. Ainsi, le bénéfice de la couverture du risque maladie est attaché à un critère de résidence sur le territoire national. De cette protection universelle découle un financement assuré par l'impôt et une forte prédominance du secteur public.
Au delà du financement fiscalisé, l'organisation des structures de production des soins se caractérise par un système national de santé, dans lequel les hôpitaux appartiennent aux collectivités publiques et les médecins hospitaliers ont un statut de salariés. Quant aux médecins généralistes, ils sont soit sous contrat avec le National Health Service britannique soit employés directement par le centres de santé locaux comme en Suède et Finlande.
La plupart des études comparatives sur les systèmes de santé rattachent le Danemark, la Finlande, la Suède, l'Irlande au modèle anglais. Au sein de ce modèle, de fortes différences existent, notamment sur le degré de décentralisation dans la gestion des soins. Si en Grande-Bretagne, la responsabilité principale de la gestion des soins relève de l'Etat, elle incombe par contre aux municipalités dans les trois pays scandinaves (Danemark, Finlande, Suède).
Le financement public implique que la régulation du système de santé soit étatique. Si, dans les pays appartenant au modèle étatique la définition a priori du budget de santé alloué aux gestionnaires, a permis de limiter les dépenses publiques, elle a pour corollaire le rationnement quantitatif des soins. La principale faiblesse de ce modèle est la longueur des listes d'attente, du fait du manque d'investissement et de la lourdeur de l'organisation du système.
Pour répondre à ces difficultés, les réformes des années 1990 se caractérisent par l'introduction des mécanismes de marché : mise en concurrence entre les acteurs de santé, recours à des modes de rémunération plus incitatifs des médecins ou responsabilisation des gestionnaires de santé.

Mis à jour le 01/02/2007

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires