La Banque internationale pour la reconstruction et le développement, communément appelée Banque mondiale, est, avec le FMI, le second pilier des institutions financières internationales. Elle a été créée en juillet 1944 lors de la conférence monétaire et financière de Bretton Woods.
Depuis, elle a été complétée par quatre institutions :
- la Société financière internationale créée en 1956,
- l'Association internationale de développement, en 1960,
- le Centre international de règlement des différends créé en 1966,
- l'Agence multilatérale de garantie des investissements fondée en 1988,
Ces cinq institutions forment désormais le groupe de la Banque mondiale.
Initialement composée de 44 pays membres, la Banque mondiale en compte désormais 185.

L'appellation courante de Banque mondiale désigne l'ensemble BIRD et AID.

LA BANQUE EN CHIFFRES

  • Nombre de pays membres : 188 pays [en 2012]
  • Directeur général : Robert Zoellick (depuis le 1er juillet 2007). L'Américain Jim Yong Kim doit le remplacer le 1er juillet 2012
  • Nombre de salariés : 10 000 environ (dont 3 000 dans les pays en développement) [2010]
  • Budget administratif : 1 230 millions €
  • Prêts : la BIRD a consenti des prêts d’un montant total de 13,8 milliards de dollars pour appuyer 99 projets dans 34 pays (exercice 2008)
  • Aide : l'Association internationale de développement (AID) a fourni 11,2 milliards de dollars de financement au titre de 99 opérations dans 72 pays à faible revenu (exercice 2008)
  • La Société financière internationale (SFI) a engagé 11,4 milliards de dollars (exercice 2008) pour 372 projets dans 85 pays.

Rôle de la Banque

Ses interventions, à l'origine conduites en Europe, le sont aujourd'hui vers l'ensemble des pays en développement. La lutte contre la pauvreté est le mandat principal de la Banque mondiale, décliné en trois objectifs, aux termes de l’article 1er de ses statuts :

  • aider à la reconstruction et au développement des États membres,
  • développer les investissements privés à l’étranger au moyen de garanties ou de participations aux prêts et autres investissements effectués par les fournisseurs privés de capitaux,
  • promouvoir l’expansion harmonieuse, sur une longue période, des échanges internationaux et l’équilibre des balances des paiements, en encourageant les investissements internationaux.

Au fil des années, cette mission s’est élargie à la promotion de la gouvernance et la lutte contre la corruption, à la promotion du développement durable et à la lutte contre le changement climatique .

Par ailleurs, la Banque est engagée dans les Objectifs de développement du millénaire décidées en septembre 2000 :

  • éliminer l’extrême pauvreté et la faim,
  • assurer l’éducation primaire pour tous,
  • promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes,
  • réduire la mortalité infantile,
  • améliorer la santé maternelle,
  • combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres maladies,
  • assurer un environnement viable,
  • mettre en place un partenariat mondial pour le développement.

Dans quels pays ?

PRINCIPAUX PAYS BÉNÉFICIAIRES DE L'AIDE CUMULÉE DE LA BANQUE MONDIALE (BIRD et AID)
De la création de la Banque jusqu'au 30 juin 2000 (en millions de dollars)

PRINCIPAUX PAYS BÉNÉFICIAIRES DE L'AIDE CUMULÉE DE LA BANQUE MONDIALE (BIRD et AID)

Pays

Aide en millions de dollars

Inde

53790

Chine

34726

Mexique

31179

Brésil

28703

Indonésie

28245

Argentine

17772

Corée

15759

Turquie

15719

Pakistan

12082

Russie

11812

Philippines

11288

Total

261075

Total cumulé des projets AID et BIRD

469802

Source : Ministère français de l'économie, des finances et de l'industrie, Direction du Trésor, 2000

Pour quels continents ?

Les activités et le contrôle du FMI et de la Banque mondial" Tavernier, Yves , 2000

Source :Rapport Assemblée nationale n° 2801 "Les activités et le contrôle du FMI et de la Banque mondial" Tavernier, Yves , 2000.

Agrandir l'image

La BIRD (Banque internationale pour la reconstruction et le développement)

> Site : http://www.worldbank.org/

Organisation

Le Conseil des gouverneurs dispose de tous les pouvoirs : admettre de nouveaux Etats, augmenter ou réduire le capital social de l'institution, suspendre un Etat membre, conclure des accords avec d'autres organismes internationaux, suspendre les opérations de la Banque, fixer la répartition de son bénéfice...
Il se réunit au moins une fois par an et peut déléguer ses pouvoirs -autres que ceux mentionnés ci-dessus- aux administrateurs, qui sont chargés de la politique générale et opérationnelle quotidienne de la Banque.
Les administrateurs sont au nombre de 24. Les 5 plus grands pays peuvent désigner leurs représentants (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni) alors que les 19 autres doivent être élus par les gouverneurs des pays qu'ils représentent et qui, dans la majorité des cas, se regroupent en circonscriptions. Le Président est formellement choisi par les administrateurs. Depuis le 1er juillet 2007, Robert Zoellick est le 11ème Président de la Banque. Il préside aux réunions du Conseil d'administration sans prendre part aux votes, sauf partage égal des voix. Il assure la direction de l'ensemble des services de la Banque mondiale et gère l'ensemble de ses activités sur instruction et sous contrôle des administrateurs.

Ressources

L'essentiel des ressources de la BIRD provient d'emprunts sur les marchés financiers, le reste provenant des souscriptions des Etats membres (quotes-parts).
N'ayant pas pour objectif de faire des profits, ni de reverser ses dividendes à ses actionnaires, ses bénéfices sont redistribués chaque année, notamment au bénéfice des pays les plus pauvres. La Banque a ainsi contribué au financement de l'AID et à l'initiative sur les pays pauvres très endettés (PPTE).

Instruments d'intervention

Projet agricole de la BIRD, Thaïlande

Projet agricole de la BIRD, Thaïlande.

© UN/DPI/P. Teuscher

Agrandir l'image

Ils sont de deux sortes, prêts et garanties :
les prêts
Ils comportent d'une part des prêts octroyés pour financer des projets d'investissement (infrastructures notamment) et, d'autre part, des prêts d'ajustement qui visent à accompagner les Etats membres dans la mise en oeuvre de réformes économiques, financières, structurelles. Les conditions financières des prêts sont liées aux situations des pays concernés;
les garanties
Elles comportent d'une part des garanties destinées à couvrir le risque de défaut de paiement du service de la dette de l'Etat, et, d'autre part, des garanties destinées à couvrir le risque de crédit du secteur privé.
Les concours de la BIRD sont à taux de marché. Les principaux emprunteurs de la BIRD sont les grands pays émergents ou en transition.
Pendant l’exercice 2008, la BIRD a consenti des prêts d’un montant total de 13,8 milliards de dollars pour appuyer 99 projets dans 34 pays.  

L'AID (Association internationale de développement) : des crédits pour les plus pauvres

> Site : http://www.worldbank.org/ida

L'AID a été créée pour permettre aux pays les plus pauvres, qui n'ont accès à aucun marché de capitaux, de bénéficier d'un financement très concessionnel (sous forme de prêts à taux quasi-nul sur une durée de 35 à 40 ans, ce qui représente un don équivalent à 85 % du montant du prêt).
Ses ressources sont essentiellement apportées par les pays développés et font l'objet de reconstitutions tous les trois ans. La BIRD, via son revenu net, contribue aussi aux ressources de l'AID.
Seuls les pays dont le revenu par habitant n'excède pas un seuil donné (925 dollars/habitant en 1999) sont éligibles à ces ressources. 
40 % des ressources de l'AID bénéficient aujourd'hui à l'Afrique subsaharienne
Quelques pays bénéficient de financements BIRD et AID (Inde par exemple).
Les opérations de l'AID répondent aux mêmes principes que celles de la BIRD. Elles sont conduites par les mêmes équipes.
Pendant l’exercice 2008, l’AID a fourni a fourni 11,2 milliards de dollars de financement au titre de 99 opérations dans 72 pays à faible revenu.

La SFI (Société financière internationale) : le financement du secteur privé

> Site : http://www.ifc.org/

Elle est chargée de favoriser le développement de l'investissement privé dans les pays en développement et de promouvoir dans ces pays un environnement favorable à la croissance. Elle dispose de services autonomes qui travaillent en relation avec les entreprises désireuses d'investir dans les PED. 
Elle est juridiquement indépendante de la BIRD (avec laquelle elle collabore, par ailleurs, étroitement). 
Elle dispose de son capital propre versé en totalité par ses actionnaires.
Ses interventions prennent la forme de participations en capital ou de prêts à des entreprises pour le financement de projets en partenariat avec des investisseurs privés. Elle a également une activité de conseil aux gouvernements pour créer les conditions favorables à l'épargne et à l'investissement.
Les concours de la SFI bénéficient en premier lieu au secteur financier et aux projets d'infrastructures
La SFI intervient surtout en Amérique latine et, dans une moindre mesure, en Asie et en Europe de l'Est, c'est-à-dire dans des pays où l'investissement privé représente un risque mesuré.
La Société financière internationale (SFI) a engagé 11,4 milliards de dollars (exercice 2008) pour 372 projets dans 85 pays.

Le CIRDI (Centre international de règlement des différends)

> Site : http://www.worldbank.org/icsid

Bien qu'étant indépendant de la Banque mondiale, le CIRDI a des liens privilégiés avec elle. Sa création résulte de la volonté de la Banque mondiale de disposer d'uneinstance d'arbitrage indépendante dans les litiges entre gouvernements et investisseurs privés.
Comme les autres institutions du groupe de la Banque mondiale, le CIRDI a été institué par un traité multilatéral, entré en vigueur en octobre 1966. 144 Etats [en novembre 2010] sont désormais signataires de cette convention.
Le CIRDI comprend un Secrétariat et un Conseil administratif. Le Conseil administratif, instance dirigeante, est présidé par le Président de la Banque mondiale. Ses membres sont, sauf disposition contraire d'un Etat, les gouverneurs de la Banque mondiale. Le CIRDI élit tous les six ans un Secrétaire général, qui est aussi Vice-Président de la Banque mondiale.

L'AMGI (Agence multilatérale de garantie des investissements)

Site : http://www.miga.org

Les objectifs de l'AMGI sont à la fois de faciliter des investissements privés productifs en assurant la couverture des risques par des émissions de garanties ou d'assurances contre les risques non commerciaux, et de fournir à ses membres, comme le font la BIRD ou la SFI, des conseils et de l'assistance technique pour améliorer l'environnement économique et financier des projets d'investissement.
Les membres de l'AMGI sont tous des membres de la Banque mondiale. 172 pays ont ratifié la convention établissant l'AMGI et 149 ont effectivement souscrit à son capital.
L'AMGI est notamment engagée dans 5 pays : Brésil, Argentine, Pérou, Turquie, Russie. Elle devrait progressivement augmenter le nombre et le volume de ses opérations dans les pays les plus pauvres, en Afrique en particulier.
En 1999 est entrée en vigueur l'augmentation de capital d'1 milliard de dollars décidée lors du Comité de développement de Hong Kong en septembre 1997.
Le montant cumulé des garanties émises par l’AMGI s’élève à 19,5 milliards de dollars, dont 2,1 milliards de dollars de garanties émises pendant l’exercice 2008.

D'après : Ministère des affaires étrangères, Présentation des institutions du groupe Banque mondiale, 2010

Pour en savoir plus

> A propos de la Banque mondiale

Liste des 188 Etats membres

Le statut de la BIRD, en anglais

Mis à jour le 22/04/2012

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires