Les Portugais découvrent l'île de Timor au XVIème siècle et en occupent la partie orientale. L'occupation portugaise dure quatre siècles.
Le Timor occidental, colonie hollandaise, est pour sa part récupéré par l'Indonésie nouvellement indépendante au terme d'un accord en 1949.

Timbre émis par l'administration portugaise au Timor oriental en 1952, à l'occasion du 400e anniversaire de la mort de Saint François Xavier

Timbre émis par l'administration portugaise au Timor oriental en 1952, à l'occasion du 400e anniversaire de la mort de Saint François Xavier, jésuite qui évangélisa l'Asie orientale.

© D.R

Agrandir l'image

En 1974, le nouveau gouvernement portugais issu d'un coup d'état militaire accepte le principe de l'indépendance de ses colonies d'Asie et d'Afrique. En août 1975, l'administration portugaise se retire de Dili.

Mais en novembre 1975, la guerre civile éclate entre les deux factions politiques timoraises, l'Union démocratique de Timor (UDT) et le Front révolutionnaire de Timor indépendant (FRETILIN). Ce dernier parti déclare unilatéralement l'indépendance de Timor oriental.

En décembre 1975, l'Indonésie envahit le territoire qui devient en juillet 1976, la 27ème province de la République indonésienne. L'annexion n'est pas reconnue par l'ONU.

Le 21 mai 1998, le président indonésien, le général Suharto démissionne. Son successeur Yusuf Habibie ordonne la libération de prisonniers politiques. Les étudiants réclament l'indépendance. En janvier 1999, le gouvernement indonésien accepte l'idée que la population de Timor oriental puisse être consultée sur son sort.

En plus de vingt ans, la politique d'assimilation forcée de la population, la répression de l'insurrection armée et les famines ont fait quelque 200 000 morts, soit le quart de la population du territoire, selon les estimations de sources humanitaires et religieuses.

Mis à jour le 07/06/2003

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires