Retour
 
 

Le basculement de l’économie mondiale vers l’Asie

[Les ports maritimes au cœur de la mondialisation], pour plus d'information, consulter la description longue en dessous de cette illustration

Au port de Saint-Nazaire, France, 2010.
Photo : Gunda et Georges Lehovetzki

Agrandir l'image

L’Asie tire largement profit de la maritimisation de l’économie mondiale. En termes de tonnages totaux manutentionnés, huit des dix premiers ports du monde sont à présent localisés en Chine continentale.

Port d’Omishima, Japon, 2007.

Port d’Omishima, Japon, 2007.

Photo : Gunda et Georges Lehovetzki

Agrandir l'image

Dans un article consacré aux "Méga-ports et au basculement asiatique du commerce maritime mondial" publié dans "Les grands ports mondiaux" (dossier de la revue Questions internationales, n°70, novembre-décembre 2014, La Documentation française), Yann Alix et Frédéric Carluer démontrent, chiffres à l’appui, que plus des deux tiers des manutentions portuaires planétaires ont désormais lieu en Asie orientale et dans la zone Pacifique.

Rappelons, au préalable, que le monde portuaire se divise en deux, selon les modes de conditionnement des marchandises : celles que l’on met en boîtes, dans des conteneurs que l’on mesure en équivalents vingt pieds (EVP), et les autres que l’on quantifie en tonnes métriques.

« Le tableau ci-dessous met en exergue la boulimie énergétique et sidérurgique chinoise. Les treize premiers ports chinois du classement concentrent à eux seuls 60 % des tonnages métriques manutentionnés à l’échelle planétaire. (…) La demande continue en pétrole de la part de la Chine risque de consolider dans les prochaines années sa mainmise sur les produits pondéreux et stratégiques. Le pétrole et ses produits dérivés permettent encore à Rotterdam d’émerger dans le classement mondial comme la principale porte d’entrée ouest-européenne, en concurrence avec le port belge d’Anvers, classé 18e devant le seul port nord-américain encore présent dans le classement, South Louisiana. En Asie, Port Kelang, Busan et surtout Singapour tirent autant partie du commerce planétaire des matières premières que d’une très grande stimulation des échanges intra-asiatiques et intra-Pacifique. 

Les vingt premiers ports du monde (2013) en millions de tonnes métriques

Les vingt premiers ports du monde (2013) en millions de tonnes métriques

Port

Pays

Tonnes métriques

Ningbo-Zhoushan

Chine

809,8

Shanghaï

Chine

776;0

Singapour

Singapour

560,9

Tianjin

Chine

500,6

Guangzhou

Chine

454,7

Qingdao

Chine

450,0

Tangshan

Chine

446,2

Rotterdam

Pays-Bas

440,5

Dalian

Chine

408,4

Yingkou

Chine

330,0

Rizhao

Chine

309,2

Port Hedland

Australie

288,4

Hong-Kong

Chine

276,1

Qinhuangdao

Chine

272,6

Busan

Corée du Sud

270,9

Shenzhen

Chine

234,0

Xiamen

Chine

191,0

Anvers

Belgique

190,8

South-Lousiana

Etats-Unis

187,8

Port-Kelang

Malaisie

152,0

Source : Autorités portuaires & Autorité du port de Rotterdam, 2014

Port de Fremantle en Australie, 2013.

Port de Fremantle en Australie, 2013.

Photo : Gunda et Georges Lehovetzki

Agrandir l'image

Douze ports asiatiques se retrouvent dans le classement des 15 premières places portuaires conteneurisées en 2013. La conteneurisation est devenue la clef de voûte d’une mondialisation reposant sur des systèmes de production, de transformation et de distribution hyper concurrentiels. La carte des échanges planétaires se redessine au gré des choix stratégiques des armements maritimes qui servent eux-mêmes les desseins logistiques des grandes firmes manufacturières et industrielles transnationales.
En Chine, 150 millions de boîtes ont été manutentionnées sur les terminaux des cinq premiers ports. Rappelons que Shanghai est passée de 0,5 million d’EVP en 1990 à 6,3 millions en 2000, puis à 29,5 millions en 2010 et finalement à 33,6 millions d’EVP en 2013, soit l’équivalent du total actuel des cinq premiers ports européens. (…)

Le classement révèle qu’en dehors de l’attractivité économique croissante de la Chine et d’une polarisation stratégique sur la zone Asie-Pacifique, seuls Dubaï, et le triptyque hanséatique Anvers-Rotterdam-Hambourg sont présents. De facto l’Amérique latine, le continent africain, le sous-continent indien et le géant russe, soit plus de la moitié des habitants du monde, sont occultés du classement.(…)

Les vingt premiers ports à conteneurs du monde (2013) en milliers d’EVP

Les vingt premiers ports à conteneurs du monde (2013) en milliers d’EVP

Port

Pays

EVP

Shanghaï

Chine

36 617

Singapour

Singapour

32 600

Shenzhen

Chine

23 279

Hong-Kong

Chine

22 352

Busan

Corée du Sud

17 686

Ningbo-Zhoushan

Chine

17 351

Qingdao

Chine

15 520

Guangzhou

Chine

15 309

Jebel Ali - Dubaï

Dubaï

13 641

Tianjin

Chine

13 000

Rotterdam

Pays-Bas

11 621

Port Klang

Malaisie

10 350

Dalian

Chine

10 015

Kaohsiung

Taïwan

9 938

Hambourg

Allemagne

9 258

Anvers

Belgique

8 578

Xiamen

Chine

8 008

Tanjung Pelepas

Malaisie

7 628

Jakarta

Indonésie

6 171

Los Angeles

Etats-Unis

6 150

Source : Autorités portuaires & Autorité du port de Rotterdam, 2014

Le canal du Panama, nœud crucial du trafic mondial, s’adapte à l’accroissement du trafic maritime international et au nouveau gigantisme des c...

Le canal du Panama, nœud crucial du trafic mondial, s’adapte à l’accroissement du trafic maritime international et au nouveau gigantisme des cargos.

Photo : Gunda et Georges Lehovetzki

Agrandir l'image

Plus que les ports eux-mêmes, ce sont désormais les performances des terminaux et de leurs opérateurs qui sont prises en compte par les armateurs, chargeurs et intégrateurs logistiques. Des indicateurs précis mesurent le triptyque productivité-fiabilité-qualité des opérations sur chaque terminal pour optimiser toujours plus les prestations globales de la chaîne de valeur logistique intégrée.
De la performance du terminal à la performance du port en passant par la performance de la chaîne de services, une imbrication “alignée” des optimisations permet de mesurer la robustesse et la compétitivité de tous les maillons constituant une solution de transport. (…)

Les trois premières [entreprises privées de manutention] sont asiatiques – Hutchison Whampoa Limited de Hong Kong, Cosco Pacific Limited de Chine et PSA Terminals de Singapour –, suivies par l’émirien DP World qui étend ses compétences sur tous les continents dans 65 terminaux. APM Terminals appartient au groupe danois A.P. Møller  et opère 72 terminaux de 67 pays différents. »

Les 5 premières entreprises de manutention conteneurisée (2013) en millions d’EVP

Les 5 premières entreprises de manutention conteneurisée (2013) en millions d’EVP

Opérateur mondial de terminaux

Pays d’origine

Millions d’EVP

Hutchison Whampoa Limited

Hong-Kong

78,3

PSA Singapore Terminals

Singapour

61,8

Cosco Pacific Limited

Chine

61,3

Dubai Port World

Dubai

55

APM Terminals

Danemark

36,3

Source : Sites internet des compagnies. Compilation Fondation Sefacil 2014

Mis à jour le 06/02/2015

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires