Retour
 
 

Quelle est la place de l’Union européenne dans le monde ?

[L’Union européenne fait débat !], pour plus d'information, consulter la description longue en dessous de cette illustration

"Europa unita per il progresso e per la pace" (L’unité de l’Europe pour le progrès et pour la paix. Affiche italienne à l’occasion de la signature du traité de Rome, le 25 mars 1957.
© Union européenne

Agrandir l'image

L’Union européenne dispose de nombreux attributs de la puissance (économie, commerce, technologie, culture, monnaie), d’un éventail de politiques qui recouvre les enjeux les plus importants de la politique internationale contemporaine, y compris les aspects militaires et stratégiques, et d’un large réseau de relations aussi bien avec tous les pays du monde qu’avec des organisations régionales ou internationales. Dès lors, la question est de savoir si ces atouts, stratégiques et relationnels lui permettent de se projeter dans le monde, d’y exercer un rôle de poids, d’être reconnue comme un acteur à part entière et, partant, d’avoir prise sur cet environnement.

Roberto Azevêdo, directeur général de l’Organisation mondiale du Commerce et  Michel Barnier, 2017

Roberto Azevêdo, directeur général de l’Organisation mondiale du Commerce et  Michel Barnier, négociateur en chef de l’Union européenne sur le Brexit, 10 mars 2017.

© Organisation mondiale du commerce

Agrandir l'image

Accaparée au cours de ces dernières années par la crise de la dette, la fragilité de ses institutions financières, le combat pour la croissance et contre le chômage, la montée des populismes, l’Union européenne n’a pas réussi à consolider, encore moins à accroître son influence et son rôle sur la scène internationale. Les Européens sont-ils capables de faire de l’Union européenne un véritable acteur stratégique ?  Ou bien affaiblie par ses divisions internes, sa dépendance envers les États-Unis et son aversion au risque,  L’Union européenne ne peut-elle aspirer qu'à être une « petite puissance » ?

Il faut savoir que « pendant plus de soixante ans, la construction européenne (…) a procédé de la volonté de ne plus jamais faire de la guerre un mode de relations entre Européens, ou entre l’Europe et le reste du monde, » rappelle Nicole Gnesotto. (« Faut-il enterrer la défense européenne ? » collection Réflexe Europe, série Débats, La Documentation française, 2014). « La Communauté économique européenne puis l’Union européenne ont été conçues et développées comme une entreprise volontaire de dilution des puissances nationales au sein d’un projet d’intégration européenne, le tout à l’ombre du protecteur américain. (…) Face à la crise économique mondiale, face à la révolution stratégique américaine, les Européens n’ont pas d’autre choix que de reprendre en main leur destin. »

Alors, « l’Union européenne peut-elle retrouver collectivement la puissance qu’ont perdue ses principaux États membres face aux nouvelles puissances mondiales ? », s’interroge  Maxime Lefebvre ("L’Union européenne peut-elle devenir une grande puissance ?  "collection Réflexe Europe, série Débats, La Documentation française, 2012. « Tout le défi, intellectuel et pratique, consiste donc à "réinventer la puissance"  pour un ensemble politique (l’Union européenne) qui cherche à transcender les lois de la puissance. »

Il est incontestable que l’Union en tant que telle possède de nombreux atouts pour exercer un rôle dans les affaires du monde. La première considération est qu’elle existe et pèse sur la scène internationale lorsqu’elle est unie à travers notamment sa politique commerciale, sa politique de concurrence et les normes qu’elle définit pour le plus grand marché unique du monde. Première puissance économique, elle dispose de la deuxième monnaie au niveau mondial et d’un espace où plus de 500 millions de citoyens détiennent globalement un niveau de vie élevé et un modèle social envié dans le monde entier. Sur le plan démographique, si la population européenne stagne et vieillit, elle n’est pas la seule. En 2050, l’Union sera toujours plus peuplée que les États-Unis, se situant, comme aujourd’hui, au troisième rang mondial derrière l’Inde et la Chine.

Force est de constater que l’Union européenne attire d’importants flux migratoires et qu’elle fournit et accueille les principaux flux touristiques de la planète. Mention doit aussi être faite des dimensions externes des politiques de l’environnement, de l’agriculture et de la pêche, des transports, de l’énergie, de la recherche et développement. L’Union européenne est un acteur incontournable en matière de changement climatique. Comme le souligne Sylvie Matelly et Bastien Nivet, « La mondialisation augmente et intensifie le niveau d’interdépendance entre tous les États et acteurs internationaux. Ce faisant, elle multiplie les sujets pour lesquels les États, organisations internationales, ONG, entreprises, doivent mettre en place une « gouvernance internationale », entendue comme la capacité et la façon de gérer par la négociation et le compromis les enjeux transnationaux. Dans ce jeu incontournable (…), l’Union européenne (UE) a une responsabilité et un rôle particuliers à jouer comme l’illustrent ses positions et son activisme diplomatique sur les questions climatiques : acteur économique et commercial de premier plan, elle devient de fait incontournable sur les questions d’environnement. Rompue à l’exercice du compromis et à la coopération internationale, elle détient un rôle et un savoir-faire particuliers qui peuvent être utiles à l’aboutissement de négociations internationales complexes.(…)  les États membres s’appuient sur elle, par vertu comme par nécessité. » (Sylvie Matelly, Bastien Nivet, "COP21. L’Union européenne, acteur pionnier", P@ges Europe, 6 janvier 2016, La Documentation française © DILA )

Le 1er mai 2014, l’Union européenne accueille dix pays

Le 1er mai 2014, l’Union européenne accueille dix pays (Chypre, République tchèque, Estonie, Hongrie, Lithuanie, Lettonie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie)

© Union européenne

Agrandir l'image

Par ailleurs, membre du G8 et du G20, elle est le premier pourvoyeur d’aide sur le plan mondial et s’impose comme un acteur clé du développement dans les pays du sud dans la mesure où en matière de coopération les États membres s’engagent sur un socle de valeurs et de principes communs. Elle dispose avec l'Office Humanitaire des Communautés Européennes (ECHO) d’un des plus efficaces instruments de secours humanitaire à l’échelle planétaire L’Union européenne s’est ainsi engagée à secourir les victimes de catastrophes naturelles ou d’origine humaine dans le monde entier. Elle vient en aide à plus de 120 millions de personnes chaque année. Collectivement, l'Union et ses États membres se classent au premier rang des donateurs au monde. Pourtant, cette aide représente moins de 1 % de son budget annuel total, soit juste un peu plus de 2 euros par citoyen européen.

L’Union s’est dotée d’une boîte à outils pour intervenir sur la scène mondiale qui ne demande qu’à être mieux utilisée. Grâce à des centaines d’accords internationaux, elle a développé une multitude de liens économiques.  En matière commerciale, « l’Union a été en position de peser de tout son poids sur les négociations du cycle de l’Uruguay du GATT qui ont abouti à la création de l’Organisation mondiale du commerce en 1995.(…) La Commission consolida de manière explicite et irréversible dans les statuts de l’OMC son rôle de porte-parole unique de l’Union européenne et de ses États membres », rappelle Philippe Huberdeau ("La Construction européenne est-elle irréversible ? ", collection Réflexe Europe, série débats, La Documentation française, 2017.  Présente au travers de quelque 140 délégations dans les capitales du monde entier et auprès des principales organisations internationales, l’Union européenne  assure une présence certaine à travers ses diverses politiques communes.

La potentialité de tous ces outils à disposition a été jusqu’à présent peu exploitée. Les raisons en sont essentiellement politiques.  Si l’Union européenne apparaît comme un modèle possible dans la mondialisation elle ne sera sans doute jamais une puissance classique. La puissance européenne ne repose pas uniquement sur la contrainte mais aussi sur la persuasion, méthode qui fait appel à des capacités de communication et à la légitimité internationale. Elle est par nature destinée à agir sur le moyen et long terme, à induire des modifications profondes dans les pays intéressés. Ensuite elle est, à l’instar de toute la construction européenne, une expérience originale, progressant pas à pas, et qui, à cet égard, ne peut se comparer à aucune autre initiative.

Mis à jour le 17/03/2017

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires