De la Partition à la guerre de 1965

1947

14-15 août
Le retrait du Royaume-Uni, puissance coloniale depuis le XIXe siècle, aboutit à la division de l'Empire des Indes. Dans le cadre de la Partition, deux nouveaux États voient le jour : le 14, le Pakistan, destiné à accueillir les musulmans du sous-continent, composé du Pakistan occidental et du Pakistan oriental ; le 15, l'Inde. Les flux croisés de populations qu'entraîne la création de ces deux États suscitent des affrontements faisant plusieurs centaines de milliers de morts.

28 octobre
Le royaume himalayen du Cachemire (gouverné par un souverain hindou mais à majorité musulmane) a refusé de rejoindre l'un ou l'autre de ces deux nouveaux États, ce qu'avaient fait les autres États princiers appartenant à l'Empire des Indes disparu. Victime de raids de tribus pathanes venues du Pakistan et auxquelles se joint une partie de la population locale, cet État demande, afin de contrer ces attaques, à être rattaché à l'Inde dont l'armée combat dès lors celle du Pakistan, venue en renfort (les combats, qui se poursuivent en 1948, font plusieurs milliers de morts).

1948

20 janvier
Par la résolution 39, l'ONU établit la Commission des Nations unies pour l'Inde et le Pakistan afin d'enquêter et de servir d'intermédiaire dans le conflit opposant les deux pays.

21 avril
Par la résolution 47, l'ONU décide d'accroître le nombre de membres de cette Commission et recommande différentes mesures (dont le recours à des observateurs) pour arrêter les combats.

1949

1er janvier
Au Cachemire, un cessez-le-feu est proclamé sous l'égide de l'ONU. Une ligne de cessez-le-feu, qui deviendra plus tard une "Ligne de contrôle" (Lign of Control, LOC) est établie entre l'Inde (qui administre depuis l'État fédéré du Jammu-et-Cachemire, représentant 63 % de la région disputée) et le Pakistan. Par ailleurs, il est prévu que les habitants du Jammu-et-Cachemire se prononceront sur le rattachement de leur pays à l'un ou l'autre des deux États à l'occasion d'un référendum (jamais organisé par l'Inde).

1951

30 mars
Par la résolution 91, l'ONU demande au Groupe d'observateurs militaires des Nations unies (UNMOGIP, structure toujours en place fin 2003, de surveiller le cessez-le-feu dans le Jammu-et-Cachemire (cette mission avait été auparavant confiée à la Commission des Nations unies pour l'Inde et le Pakistan, créée par la résolution 39 du 20 janvier 1948).

1953
Fin du régime d'autonomie dont bénéficiait jusque-là le Jammu-et-Cachemire au sein de l'Union indienne.

1962
Le résultat des premières élections régionales organisées au Jammu-et-Cachemire apparaît peu fiable (urnes bourrées, électeurs intimidés, etc.).

1965

Avril-septembre
Deuxième guerre indo-pakistanaise à la suite d'incidents survenus dans la région frontalière du Rann de Kutch. Un cessez-le-feu est conclu sous l'égide de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS).

1967
Tenue d'élections générales au Jammu-et-Cachemire, entachées, comme le scrutin de 1962, par de nombreuses irrégularités.

De la guerre du Bangladesh aux essais nucléaires de 1998

1971
Les séparatistes du Pakistan oriental se rebellent contre l'autorité du Pakistan occidental dont les troupes sont défaites grâce à l'intervention déterminante de l'armée indienne. Le Pakistan oriental devient indépendant sous le nom de Bangladesh.

1972

2 juillet
Accords de Simla. L'Inde et le Pakistan s'engagent à régler leurs contentieux (y compris celui du Cachemire) en recourant à la négociation bilatérale.

1974
L'Inde procède à sa première expérimentation nucléaire.

1977
Au Jammu-et-Cachemire, ont lieu les premières élections régionales véritablement régulières.

1987
A l'issue de nouvelles élections au Jammu-et-Cachemire, les Cachemiris se détournent du gouvernement local, trop soumis selon eux à la tutelle de New Delhi.

1989-1990
Au Jammu-et-Cachemire, début d'un mouvement de lutte armée, animé par des séparatistes islamistes proches du Pakistan. En 1990, l'Inde et le Pakistan sont au bord d'un affrontement majeur.

1998

15 mars
Victoire des nationalistes hindous en Inde lors des élections législatives.

Mai
Du 11 au 13 mai, l'Inde procède à cinq essais nucléaires, auquel le Pakistan réplique par une série d'essais du 28 au 30 mai. Protestation de la communauté internationale.

Octobre 1999
En Inde, lors des élections générales, victoire de l'Alliance démocratique nationale, coalition menée par le Bharatiya Janata Party (BJP), hindouiste. Atal Bihari Vajpayee est reconduit au poste de Premier ministre.

Décembre
Les deux pays signent un accord instituant une interdiction d'attaquer leurs installations nucléaires respectives.

Des combats de 1999 à l'attentat contre le Parlement de New Delhi

1999

20-21 février
L'Inde et le Pakistan affirment à Lahore (Pakistan) leur volonté d'intensifier leurs efforts afin de régler le différend du Cachemire.

Avril
L'Inde teste un missile à capacité nucléaire Agni II (d'une portée de 2 500 km). En réponse, le Pakistan effectue des tirs de missiles (Ghauri II et Shaheen, dotés d'une portée respective de 1 500 et 800 km).

Mai-juillet
Le conflit de la région de Kargil, au Jammu-et-Cachemire, fait plus de 1 000 morts des deux côtés de la Ligne de contrôle. Selon l'Inde, ces combats auraient été la conséquence de l'infiltration massive, sur son territoire, de combattants islamistes venus du Pakistan.

12 octobre
Au Pakistan, coup d'État qui porte au pouvoir le général Pervez Musharraf ("chef de l'exécutif", il devient président le 20 juin 2001).

2000

Fébrier
Le Pakistan effectue un essai d'un missile à courte portée (100 km).

2001

15-16 juillet
Échec des négociations entre le président pakistanais P. Musharraf et le Premier ministre indien A. B. Vajpayee, à Agra (Inde), sur la question du Cachemire.

Septembre
Après les attentats du 11 septembre, le Pakistan rejoint la coalition antiterroriste mise sur pied par les États-Unis. Ceux-ci lèvent les sanctions (concernant notamment le domaine militaire) qu'ils appliquaient, depuis les essais nucléaires pratiqués par l'Inde et le Pakistan en 1998 à l'endroit de ces deux pays.

1er octobre
Attentat suicide contre le Parlement du Jammu-et-Cachemire à Srinagar (38 morts).

13 décembre
Attentat suicide contre le Parlement fédéral indien à New Delhi (14 morts). L'Inde reproche au Pakistan de ne pas respecter son engagement de lutter contre ce type de terrorisme qui, selon elle, trouve sa source au Pakistan. Le 26 décembre, les États-Unis ajoutent à la liste des organisations terroristes les deux groupes islamistes (le Lashkar-e-Taiba et le Jaish-e-Mohammad) suspectés par l'Inde d'être impliqués dans l'attentat de New Delhi.

2002-2005 : de la crise à la détente

2002

12 janvier
Le Pakistan annonce l'interdiction de plusieurs organisations islamistes actives sur son territoire, dont les deux groupes mis en cause par l'Inde.

25 janvier
L'Inde teste un missile Agni I de portée intermédiaire (700 km).

Avril
L'Inde tire un missile de croisière supersonique nommé Brahmos (capable de porter une charge conventionnelle et d'une portée de 300 km).

25-28 mai
Le Pakistan procède à des tirs de missiles HatfV/Ghauri, Hatf-III/ Ghaznavi, HATF-II/Abdali, de courte ou moyenne portée et à capacité nucléaire.

30 mai
Les deux États massent des troupes de part et d'autre de la Ligne de contrôle, plusieurs centaines de milliers d'hommes au total.

7 avril
P. Musharraf n'écarte pas de recourir "en tout dernier lieu" à l'arme nucléaire contre l'Inde.

30 avril
P. Musharraf remporte par 97,5 % des voix un référendum lui permettant de prolonger de cinq ans son mandat présidentiel.

22 mai
L'Inde déclare que le moment est venu de "gagner" la "guerre par procuration" imposée par le Pakistan. Celui-ci souhaite la "désescalade" mais est prêt à se battre en cas "d'agression".

3 juillet
L'Inde reproche au Pakistan (qui dément) de ne pas lutter contre les infiltrations de combattants islamistes au Cachemire.

13 juillet
Un attentat cause la mort de vingt-huit hindous au Jammu-et-Cachemire ; l'Inde en attribue la paternité au Pakistan.

15 août
Le 55e anniversaire de l'indépendance des deux États donne lieu à un nouvel échange d'accusations et de mises en garde réciproques.

25 septembre
Massacre de vingt-neuf hindous au Gujarat.

Septembre-octobre
Élections régionales au Jammu-et-Cachemire, accompagnées de nombreuses violences. Recul de la Conférence nationale et de son allié, le BJP, au profit du parti du Congrès et du Parti démocratique du peuple (PDP), autonomiste, qui forment une coalition gouvernementale.

4 octobre
Le Pakistan procède à un essai concernant un missile Hatf-IV-Shaheen, capable d'emporter une charge nucléaire sur une longue distance (il effectue un autre essai du même type le 8 octobre). Le même jour, l'Inde lance un missile Akash.

10 octobre
Au Pakistan, lors des premières élections législatives organisées par le régime militaire et qui témoignent d'un retour à la démocratie, succès de la Ligue musulmane pakistanaise Quaid (PML-Q), proche de P. Musharraf.

Octobre-novembre
La tension décroît après une certaine mobilisation de la communauté internationale, notamment l'intervention des États-Unis. Les deux États retirent une large partie des troupes déployées sur la Ligne de contrôle.

2003

9 janvier
Essai par l'Inde d'un missile balistique de portée intermédiaire (variante de l'Agni I) capable de transporter une charge nucléaire jusqu'à 800 km.

18-20 janvier
Essai, par l'Inde, de deux missiles Akash (moyenne portée).

Janvier-février
L'Inde procède à des expulsions de diplomates pakistanais (à qui elle reproche de mener des "activités incompatibles avec leur statut officiel"), auxquelles le Pakistan répond par des expulsions de diplomates indiens.

26 mars
L'Inde et le Pakistan procèdent à de nouveaux essais de tirs de missile.

18 avril
L'Inde affirme tendre "la main de l'amitié" au Pakistan qui, le lendemain, "accueille de tout cœur" cette "main de l'amitié".

2 mai
Annonce du rétablissement de relations diplomatiques complètes entre l'Inde et le Pakistan (elles avaient été rompues en 2001).

25 novembre
A la suite d'une proposition du Pakistan, les deux pays décident d'observer un cessez-le-feu le long de la Ligne de contrôle.

1er décembre
P. Musharraf propose à l'Inde d'opérer un retrait mutuel de leurs troupes stationnées sur la Ligne de contrôle.

4 décembre
En Inde, progression du BJP lors des élections régionales partielles.

2004

1er janvier
Reprise des vols commerciaux entre l'Inde et le Pakistan.

5-6 janvier
Entretiens entre le président P. Musharraf et le Premier ministre indien Atal Bihari Vajpayee en marge du 12e sommet de l'Association de l'Asie du Sud pour la coopération régionale (SAARC) organisé à Islamabad. Annonce de la reprise d'un "dialogue global" (incluant le différend du Cachemire) entre les deux pays.

15 janvier
Reprise des liaisons ferroviaires entre l'Inde et le Pakistan.

23 janvier
Entretien (le premier de cette nature), à Delhi, entre Atal Behari Vajpayee et des représentants de la principale alliance de partis séparatistes du Jammu-et-Cachemire.

16-18 février
Début des discussions indo-pakistanaises, à Islamabad, dans le cadre du "processus de dialogue global". Présentation d’un calendrier de rencontres. En mars-avril, examen de la situation militaire sur la LoC (Lign of Control). En mai-juin, entretiens sur la "paix et la sécurité", notamment au Jammu-et-Cachemire. En juillet-août, discussions sur divers problèmes territoriaux. Par ailleurs, des échanges sont prévus sur la lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue, la coopération économique et commerciale.

18 mai
A la suite du succès obtenu par le Parti du Congrès aux élections législatives tenues en Inde les 20 avril et 10 mai, l'économiste Manmohan Singh devient Premier ministre.

11 novembre
M. Singh annonce la réduction du nombre de militaires indiens déployés au Cachemire.

2005

7 avril
La réouverture de la liaison par autocar (suspendue depuis la Partition) entre l'Inde (Srinagar) et le Pakistan (Muzzafarabad) constitue la mesure la plus tangible, à la fois symbolique et concrète, du réchauffement survenu depuis janvier 2004 entre les deux États (en mai, ceux-ci envisagent l'ouverture d'une autre liaison entre Amritsar, en Inde, et Lahore, au Pakistan).

18 avril
Dans un communiqué commun, M. Singh et P. Musharraf, réunis à New Delhi, affirment que le processus de paix entre leurs pays respectifs est « irréversible ».

6-8 août
Le 6, l'Inde et le Pakistan s'accordent sur des mesures de confiance en matière nucléaire (chaque pays s'engageant à prévenir l'autre avant tout tir d'essai de missile balistique). Le 8, les deux États concluent un accord comprenant sept mesures destinées à réduire la tension armée, dont l'engagement réciproque à ne pas aménager de nouveaux postes militaires sur la LoC.

29 octobre
Un attentat cause la mort de 62 personnes à New Delhi. Le Premier ministre de l’Inde évoque la possibilité d’une implication du Pakistan, une hypothèse aussitôt rejetée par ce pays.

2006

11 juillet
Sept attentats, perpétrés dans des gares et des trains de Bombay, capitale économique de l’Inde, font 186 morts et plus de 800 blessés. Ce qui, de facto, donne un coup d’arrêt aux négociations de paix.

16 septembre
En marge d’un sommet des pays non alignés organisé à La Havane (Cuba), l’Inde et le Pakistan s’entendent pour réactiver les négociations bilatérales.

30 septembre
Dans le dossier des attentats du 11 juillet 2006, les autorités indiennes mettent en cause les services secrets du Pakistan ainsi qu’un mouvement islamiste radical cachemiri basé dans ce pays. Islamabad nie toute implication dans ces événements.

15 novembre
Au terme de deux jours de négociations portant notamment sur le Cachemire et la lutte antiterroriste, le Pakistan annonce la création d’un comité conjoint pour partager des renseignements en matière terroriste. Ce qui constitue une relance des pourparlers bilatéraux.

2007

19 février
Un attentat à l’explosif est commis contre le « train de l’amitié », l’Express New-Delhi-Lahore, alors que celui-ci se trouve au nord de la capitale de l’Inde. Bilan : 68 morts.

21 février
Cet acte terroriste ne remet cependant pas en cause le processus de paix entre les deux pays qui, à New Delhi, concluent un accord visant à réduire les risques d’accident liés à leurs arsenaux nucléaires respectifs.

13-14 mars
- le 13 mars, les négociateurs indiens et pakistanais entament un nouveau cycle de dialogue dans le cadre du « dialogue global », plus particulièrement consacré au Cachemire et à la limitation de leurs arsenaux conventionnel et nucléaire ;
- le 14, ils estiment que l’année 2007 pourrait marquer un « tournant décisif » dans la normalisation des relations bilatérales.

Mis à jour le 01/03/2007

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires