L’amiral Alain Béreau

L’amiral Alain Béreau

Agrandir l'image

L'amiral Alain Béreau (2e section), ancien inspecteur général des armées, est membre du Conseil d'analyse de la société (CAS).

Il est l’auteur de « Faut-il instituer un service civil obligatoire? » (Notes du CAS n° 3, La Documentation française, septembre 2006).

Entretien réalisé en mars 2007.

Présentation de l’étude

Cet ouvrage « Faut-il instituer un service civil obligatoire ? » a été produit dans le cadre des travaux du Conseil d’analyse de la société (CAS), conseil auprès du Premier ministre et qui travaille sur les grands problèmes de la société. Ce sujet d’un service civil obligatoire volontaire est revenu souvent dans les débats du Conseil ou chez les personnalités qui étaient auditionnées. Avec Luc Ferry, qui préside ce Conseil, il nous a semblé intéressant d’aller plus avant et d’essayer de réfléchir à cette problématique.

Quels objectifs ?

L’objectif est essentiellement de remettre un peu en avant les devoirs de tout citoyen, de tout jeune : un devoir de cohésion sociale, un devoir de solidarité au sein d’une génération ou entre générations différentes.

Qui le ferait ?

On ne voit pas sur quel motif on s’appuierait pour écarter les jeunes filles donc ce serait l’ensemble de notre jeunesse, garçons et filles. Compte tenu des dispenses ou autres, à peu près à 600 000 jeunes par an seraient astreints à un tel service.

Quelle durée ?

À la fois on pourrait imaginer une durée courte, mais qui probablement passerait plus pour une petite « mesurette » qu’un réel service ; une durée longue qui poserait quand même des problèmes d’emploi des jeunes, d’accueil de ce service-là par nos jeunes. Une durée comprise entre 3 et 6 mois semble être la bonne fourchette.

Quelles actions ? Quel contenu ?

Après une période de l’ordre de quinze jours pour « mettre tous nos jeunes ensemble », réfléchir à des grands problèmes de société, faire de l’information, faire de la sensibilisation, le cœur du service serait bien évidemment une période plus longue, de 3 à 6 mois donc, au profit de la communauté.

Quel coût ?

On peut retenir en gros un chiffre de l’ordre de 10 000 euros par jeune sur une année entière, ce qui amène, selon la durée bien sûr, à deux ordres de grandeur : un service à 3 mois reviendrait à 1,5 milliard d’euros et un service à 6 mois à un peu plus de 3 milliards d’euros. C’est un coût qui est non négligeable bien évidemment, mais c’est aussi un grand projet de société.

Conclusion

Grand projet de société qui, au jour d’aujourd’hui, est proposé par tous les principaux candidats à l’élection présidentielle. Simplement, on peut observer que les projets de loi, il y en a eu onze par le passé, que les programmes des candidats évoquent bien sûr cette question, mais que la complexité d’un tel projet, les questions qu’il appelle n’ont pas toujours été détaillées. C’était tout simplement la modeste ambition de cet ouvrage.

Mis à jour le 16/10/2006

 

Autres contenus apparentés

Ressources complémentaires