Retour
 
Entreprise, industrie

La réindustrialisation en marche

Problèmes économiques
N°3003 - 29 septembre 2010

Auteur(s) :

Editeur :

Année d'édition : 2010
Réf. : 3303332030033
48 pages, 21 x 27 cm

4,70

 

Problèmes économiques
No 3003
29 septembre 2010

La réindustrialisation en marche

La politique industrielle est de retour
Alternatives économiques
Marc Chevallier
Les menaces qui pèsent sur l'avenir de l'industrie française ne datent pas de la crise récente. Ce secteur est malmené depuis une dizaine d'années déjà. Les autorités publiques s'inquiètent des conséquences d'une telle évolution, car au-delà même des emplois directement concernés, un affaiblissement durable de l'industrie serait source de graves problèmes pour l'ensemble de la société et de l'économie. L'intervention de l'Etat s'est donc avérée nécessaire et des politiques pour stabiliser, voire relancer l'industrie française se sont succédé ces dernières années, sans toujours être très efficaces. Cet article fait un tour d'horizon des principaux moyens d'action utilisés, de leurs contenus et de leurs résultats : les grands programmes, les pôles de compétitivité, le Fonds stratégique d'investissement, etc.

Diagnostic de l'industrie française
Rapport public du ministère en charge de l'Industrie
Jean-François Dehecq
Au cours de la dernière décennie, l'industrie française a enregistré un double repli : l'emploi industriel a diminué (de 16 à 13 % depuis 2000) et la position de l'industrie française, rapportée aux performances des principaux partenaires économiques, s'est dégradée. La baisse de l'emploi industriel affecte tous les secteurs - et ce bien que certains d'entre eux éprouvent des difficultés de recrutement. En termes comparatifs, le secteur manufacturier français pèse moins dans la valeur ajoutée que ce n'est le cas dans la plupart des pays européens. La balance commerciale de l'industrie française se dégrade. Ces tendances contrastent notamment avec celles observées en Allemagne. Par ailleurs, si, dans les branches les plus intensives en recherche et développement (R&D), l'effort à ce titre est comparativement plus important en France qu'en Allemagne, l'Hexagone accuse un retard notable en termes de dépenses totales de R&D rapportées au produit intérieur brut (PIB). La faiblesse du nombre de grandes PME en est une explication.

Les trois déterminants de la désindustrialisation
Les Cahiers de la DG Trésor
Lilas Demmou
Le phénomène de recul de l'industrie dans l'économie, parallèlement à une forte croissance du secteur des services, est qualifié de " désindustrialisation ". Celle-ci est, à des degrés variables, commune à l'ensemble des pays développés et s'explique par trois facteurs : le transfert de certaines tâches (et d'emplois) au secteur des services afin d'améliorer l'efficacité de l'action entrepreneuriale, la déformation de la structure de la demande au cours du temps (en raison notamment des gains de productivité dans les différents secteurs de l'économie) et, enfin, l'essor du commerce mondial et l'effet de la concurrence étrangère sur les performances du secteur industriel. Le rôle de ces trois facteurs évolue de manière contrastée : ainsi, l'effet " externalisation " a joué davantage avant 2000, tandis que l'effet " déformation " a davantage pesé ces dernières années.

Quand les délocalisations deviennent des erreurs stratégiques
Futuribles
André-Yves Portnoff
La pratique des délocalisations, très fréquente en Europe et aux Etats-Unis, peut s'avérer une stratégie risquée, notamment quand il s'agit d'activités de production. Telle est l'hypothèse avancée par l'auteur qui dénonce l'illusion selon laquelle les pays industrialisés croient pouvoir conserver les tâches les plus " nobles " de recherche et d'innovation et se décharger des fonctions plus frustes de fabrication. Cette politique représenterait donc un danger réel pour l'Occident, car celui qui se sépare à moyen ou long terme de son appareil productif risque de perdre sa capacité d'innovation. Pour que cette dernière se développe pleinement, elle doit rester physiquement proche de la production. Après cette vigoureuse mise en garde, l'auteur se penche sur les conditions susceptibles de donner un nouvel élan à l'industrie.

Désindustrialisation et choix politiques
Sociétal
André Gauron
La désindustrialisation est un phénomène complexe qui n'a pas seulement comme facteur d'explication les délocalisations ou la concurrence internationale, mais touche également l'environnement social, fiscal et éducatif. Une telle approche va à l'encontre du discours fondé sur des slogans du type " l'entreprise sans usine " et " le développement d'une économie tournée vers l'essor de services autour des biens manufacturiers ". Dès lors, l'auteur critique notamment la politique d'exonérations de cotisations sociales sur les activités peu qualifiées qui aurait accéléré le déclin de l'emploi dans l'industrie en faveur notamment du tourisme, des transports et de la distribution. Cette politique aurait également réduit les incitations à la formation et ainsi renforcé la déformation de la structure salariale au profit des peu ou des non-qualifiés. Il faudrait donc réaffirmer le leadership de l'industrie par rapport aux services, comme cela se fait avec succès en Allemagne.

Egalement dans ce numéro

ECONOMIES ETRANGERES
La locomotive asiatique grince
Topic
HEC Eurasia Institute
Les économies asiatiques figurent parmi celles qui sont sorties le plus rapidement de la crise économique. Un certain nombre d'incertitudes persistent toutefois dans la région. Le Japon tente de contenir une dette publique considérable, la croissance du secteur agricole, en Inde, stagne désespérément. Mais c'est la Chine - affichant 11,9 % de croissance au premier trimestre 2010 - qui attire toutes les attentions. Si la reprise des exportations a permis à la balance commerciale d'être de nouveau excédentaire, l'optimisme des entreprises étrangères installées dans ce pays se dégrade. Le plan de relance a en outre provoqué, via un desserrement du carcan bancaire, une explosion du nombre des créances douteuses. A cela s'ajoute une crise sociale. En effet, après trente années de forte croissance économique, les Chinois réclament désormais leur part du gâteau.

EUROPE
La zone euro en crise
La Lettre du CEPII
Agnès Bénassy-Quéré et Laurence Boone
Si la crise mondiale a provoqué un gonflement des dettes publiques, celles-ci ont révélé des problèmes structurels auxquels la zone euro doit désormais faire face : une union monétaire dépourvue de fédéralisme budgétaire et où la coordination gouvernementale est faible. L'ajustement budgétaire entre les Etats membres est ainsi devenu une priorité mais il ne doit pas entraver la reprise économique. La marge de manœuvre est toutefois étroite : les taux d'intérêt sont à un niveau particulièrement bas et la dévaluation de l'euro, impossible.

ECONOMIES ETRANGERES
Le véhicule électrique se fait toujours attendre
Le Journal de l´Ecole de Paris
Patrick Pélata et al.
Le véhicule électrique est encore loin de détrôner le moteur à explosion. Pour l'instant, seul le Japon a réellement réussi à mettre au point cette technologie, mais le prix des voitures hybrides ou électriques reste élevé. Celui-ci représente ainsi un des facteurs freinant la croissance du secteur. Aujourd'hui, en raison notamment du coût de l'énergie et de la limitation des émissions de CO2, le véhicule électrique revient incontestablement à la mode. Pourtant, et malgré des années de recherches, des obstacles à son développement demeurent. Au-delà des aspects techniques - comme notamment la faible densité énergétique des batteries et la durée de chargement de celles-ci -, d'autres aspects doivent également évoluer : les usages de la voiture, les modèles d'affaires, les relations entre les différents acteurs de l'automobile….







Auteur(s) moral(aux)

La Documentation française

La Documentation française

Tous les titres de l’éditeur

Problèmes économiques

Gagner du temps
Problèmes économiques extrait les articles les plus pertinents de la presse française et internationale pour donner une analyse distanciée de l'actualité économique

Rester informé
Grâce à la veille effectuée par la rédaction de la revue, aucune question économique importante n'échappe aux lecteurs.

 

La revue Problèmes économiques est née le 7 janvier 1948 de la fusion du Bulletin hebdomadaire d'informations économiques édité par la Documentation française et de la Revue hebdomadaire de la presse économique française publiée par le Centre national d'information économique (CNIE) de l'INSEE.

Elle a pour vocation, et ce dès son origine :

  • de rendre accessible au plus grand nombre l'information économique et sociale ;
  • d'être un outil de travail et de réflexion ;
  • de refléter ce que les revues françaises et étrangères, les instituts de conjoncture, les organisations internationales, les centres de recherche publient.

La revue est structurée autour d'un thème illustré par quatre ou cinq articles issus de revues françaises ou étrangères. Des articles indépendants viennent compléter le dossier.


Chaque année, deux numéros hors-série approfondissent, à partir d'articles inédits, des questions centrales de la science économique.

L'ensemble de ces numéros constitue une véritable collection, indispensable pour comprendre les grandes questions économiques.

Parution bimensuelle

 

Découvrez le n° spécial journées de l'économie - Lyon 2014  : Crise, croissance et modèle social [PDF, 4,2 Mo]

 

Autres contenus apparentés