Retour
 

Réseaux à hauts débits : nouveaux contenus, nouveaux usages, nouveaux services : rapport présenté à M. le secrétaire d'Etat à l'industrie

Auteur(s) :

Editeur :

  • Secrétariat d'Etat à l'industrie

Date de remise : Septembre 2000
153 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

L'analyse du développement des réseaux et services à hauts débits, en particulier en terme d'usages et de services offerts pour les particuliers comme pour les entreprises et le secteur non marchand révèle à la fois leur importance pour la croissance et l'emploi mais également les difficultés de mise en place tant pour l'adaptation des différents acteurs (fournisseurs de contenus, PME, télécommunication, acteurs publics) que pour la définition de modèles économiques en pleine évolution. Afin d'éviter les risques de disparités d'accès à ces technologies et les difficultés liées aux différentes réglementations, il convient à l'Etat de montrer l'exemple en tant qu'acteur et entrepreneur. Une action conjuguée des pouvoirs publics sur le dévoppement des contenus et services et sur les infrastructures de coeur de réseau et de distribution des hauts débits permettra de répondre à ces défis. En favorisant l'implantation des hauts débits dans les collectivités locales l'Etat répondra également au risque de fossé numérique en assurant la cohésion sociale sur l'ensemble du térritoire.



Sommaire :


 










LES TELECOMMUNICATIONS


 


Réseaux à hauts débits :
nouveaux contenus, nouveaux usages, nouveaux services


RAPPORT PRESENTE A MONSIEUR CHRISTIAN PIERRET,
SECRETAIRE D'ETAT A L'INDUSTRIE


Mission menée sous la présidence de Jean-Charles Bourdier


Rapporteur général : J.P. Arnaud




Lettre de mission




République Française


Le Secrétaire d'État à l'Industrie


Paris, le 23 septembre 1999


Monsieur,
Le devenir des technologies de l'information et de la communication repose pour une large part sur le développement des réseaux à hauts débits et sur les usages qu'ils permettront.
Les réseaux concernés sont multiples : réseaux filaires en technologie DSL, réseaux câblés, réseaux hertziens terrestres ou satellitaires. Ils ont en commun le fonctionnement en mode numérique et la possibilité de transmettre des données à des débits croissants.
Au-delà des aspects techniques, le débat essentiel porte sur les usages. A hauts débits, les limites actuelles d'Internet sont repoussées et de nouveaux usages peuvent apparaître : véritable visiophone, vidéo interactive, télémédecine, commerce électronique etc.
C'est à partir de cette logique d'usage que le Réseau National de Recherche en Télécommunications (RNRT) a lancé en juin 1999 un groupe de travail « Internet du futur » avec la collaboration du Conseil Général des Technologies de l'Information (CGTI).
Cette nouvelle approche paraît aujourd'hui indispensable pour éviter de reconduire des expériences purement technologiques sans visibilité sur leurs applications.
Comme pour les réseaux de télécommunications en général, les nouveaux usages ont toutes chances de bénéficier d'abord aux entreprises de grande taille, ayant la capacité économique de dialoguer avec les opérateurs d'infrastructures, tant en termes techniques que commerciaux. Mais les PME doivent également pouvoir accéder à ces réseaux à hauts débits et il est souhaitable qu'elles puissent se préparer sans délais à tirer parti des nouveaux usages qu'ils permettent. Enfin, le grand public est, lui aussi, concerné, la convergence de ses usages avec ceux des professionnels ayant tendance à s'accélérer.
Pour l'État, la mise en place des réseaux à hauts débits et la multiplication des accès pour les utilisateurs appellent une réflexion sur plusieurs plans :


La régulation de la concurrence et de ses effets, car les solutions de réseaux à hauts débits, proposées par différents opérateurs, seront en concurrence (câble ou ADSL, numérique hertzien ou satellitaire) y compris sur la boucle locale. Il est à cet égard souhaitable que tous les utilisateurs puissent avoir accès, à des tarifs raisonnables, aux hauts débits ;


Les actions susceptibles de favoriser la mise en place de réseaux à très hauts débits du type d'Internet 2 aux États-Unis ou de RÉNATER 2 en France ;


La sensibilisation de certains agents économiques, notamment des PME, aux enjeux des hauts débits ;


Le soutien au développement de nouveaux contenus et de services innovants, sans se substituer aux initiatives privées ;


Le soutien aux développements technologiques accompagnant l'évolution vers les hauts débits, cet aspect étant largement pris en compte par le Réseau National de Recherche en Télécommunications.



Dans ce contexte, je vous demande de conduire une mission qui devra notamment :


Dresser un bilan des réalisations déjà effectuées et notamment des applications et usages développés ainsi que des perspectives de déploiement de nouveaux usages sur les réseaux à hauts débits ;


Effectuer une typologie prospective des nouvelles applications et des nouveaux usages sur ces réseaux ;


Identifier les obstacles qui peuvent freiner le développement de ces usages et proposer les mesures qui pourraient être prises pour favoriser le déploiement des nouveaux réseaux, développer des nouveaux usages et encourager la création de nouveaux services et des contenus correspondants.



Cette mission doit examiner la situation française en s'appuyant sur l'étude des développements en cours dans quelques pays ayant pris des initiatives marquantes dans ce domaine.
Votre rapport sera également l'occasion de faire un point sur la préparation des principaux opérateurs français, tant publics que privés, à l'arrivée des hauts débits.
Pour mener à bien votre mission, vous pourrez vous appuyer sur les services de la Direction Générale de l'Industrie, des Technologies de l'Information et de la Poste, ainsi que sur ceux du Conseil Général des Technologies de l'Information.
J'apprécierais de pouvoir disposer de vos conclusions pour le 31 mars 2000.
Je vous prie de croire, Monsieur, à l'expression de mes sentiments les meilleurs.


Christian PIERRET