Retour
 

Rapport du groupe de travail sur les relations entre les radios et la filière musicale

Auteur(s) :

    • FRANCE. Ministère de la culture et de la communication

Editeur :

  • Ministère de la culture et de la communication

Date de remise : Février 2002
30 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Le groupe de travail mis en place en mai 2001 par Mme la ministre de la culture et de la communication a travaillé sur des questions faisant débat entre les représentants des radios et ceux de la filière musicale. Ces sujets, identifiés à l'occasion des discussions qui ont précédé la modification du dispositif des quotas de chanson d'expression française opérée par la loi du 1er août 2000, étaient les suivants : l'exposition de la musique sur les radios. Au delà d'un premier bilan de la mise en oeuvre du nouveau dispositif des quotas chansons françaises tel qu'il résulte de la loi du 1er août 2000, étudier comment la diversité musicale pourrait être préservée face à un certain resserrement des listes jouées ; l'évolution des relations entre radios et maisons de disques et particulièrement la place radios locales, notamment associatives, et des producteurs indépendants dans les accords commerciaux qui se substituent des plus en plus aux partenariats artistiques ; la diversification des activités des radios et des maisons de disques notamment sur l'internet.


Introduction

1. Un constat partagé dans les grandes lignes mais dont la portée et les
déterminants ne sont pas consensuels
1.1. Des évolutions qui ne satisfont personne
1.1.1. Un resserrement certain des playlists mais des effets complexes sur
l'exposition des « nouveautés »
1.1.2. Des pratiques commerciales et promotionnelles contestées des deux côtés
1.2. Le danger d'un engrenage nuisible à l'ensemble de la filière musicale
1.2.1. La tentation de la concentration
1.2.2. Un déficit de communication généralisé

2. Des mesures correctives possibles, fondées principalement sur la
pérennisation de la concertation et l'autorégulation organisée
2.1. Organiser la concertation
2.1.1. Ne pas oublier Musiques France Plus
2.1.2. Institutionnaliser des rencontres régulières entre le CSA et la filière
musicale
2.2. S'obliger mutuellement à la transparence
2.2.1. Des accords interprofessionnels vérifiables et applicables
2.2.2. Le rôle central d'un observatoire de la musique renforcé
2.3. Favoriser les initiatives de décloisonnement
2.3.1. Pour une politique incitative : la contribution à la diversité musicale
récompensée par l'octroi de fréquences ?
2.3.2. Le prochain renouvellement général des conventions des radios peut être
l'occasion d'obligations plus précises en matière de diversité musicale
2.3.3 Relancer le label "radios de découverte"
Conclusion : pour une vraie et durable logique de filière

ANNEXE I : Liste des participants

ANNEXE 2 Sous groupe de travail sur les outils et critères d'observation