Retour
 

2005 : le choc démographique, défi pour les professions, les branches et les territoires

Auteur(s) :

Editeur :

  • La Documentation française

Date de remise : Décembre 2002
159 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Quel sera l'impact sur le marché du travail du choc démographique attendu dans la décennie à venir et résultant du départ en retraite des générations nombreuses nées dans l'après-guerre ? Comment cette sortie massive d'actifs va-t-elle jouer sur le comportement de tous les acteurs du marché du travail ? Existe-t-il des degrés de liberté pour faire face à ce défi ? L' atelier "Effets démographiques sur l'offre de travail" du Commissariat général du plan s'est attaché à éclairer ces questions et présente ici ses analyses. Le rapport est complété par une série d'annexes.

Introduction
 
Première partie : Le contexte démographique et macro-économique
 
Quelles perspectives pour la population active à l'horizon 2010 ?
Quel cadre macro-économique pour ce choc démographique ?
 
Deuxième partie : Les taux d'activité et leurs déterminants
 
Le comportement des actifs
Le comportement des entreprises
Le comportement des pouvoirs publics
 
Troisième partie : Hétérogénéité et concurrence des métiers, des secteurs et des territoires
 
Métiers et niveaux de qualification touchés par l'emploi et les départs en retraite
Les concurrences entre secteurs
Une polarisation régionale
 
Quatrième partie : La mobilisation des acteurs
 
La mobilisation des entreprises
La mobilisation dans les régions
La mobilisation des pouvoirs publics
 
Conclusion
 
Annexes

Extrait
2005 : le choc démographique, défi pour les professions, les branches et les territoires
Michel Amar, Christine Afriat, Jean-Marc Grando, Robert Pierron, Lucile Richet-Mastain
COMMISSARIAT GENERAL DU PLAN
Décembre 2002

 
Introduction
 
Quel sera l'impact sur le marché du travail du choc démographique attendu dans la décennie à venir et résultant du départ en retraite des générations nombreuses nées dans l'après-guerre?
 
Comment cette sortie massive d'actifs va t-elle jouer sur le comportement de tous les acteurs du marché du travail ?
 
Existe-t-il des degrés de liberté pour faire face à ce défi ?
 
Ce sont toutes ces questions que le groupe de “Prospective des métiers et des qualifications” auprès du Commissariat général du Plan a demandé à l'atelier "Effets démographiques sur l'offre de travail" d'éclairer.
 
Les évolutions à moyen terme de la population française en âge de travailler, celle des 20-64 ans, sont connues. Les générations les plus nombreuses de l'après-guerre vont, dès 2005, passer le seuil des 60 ans et entrer massivement en retraite. Compte tenu du fait que les générations entrant simultanément sur le marché du travail sont d'effectifs moins nombreux, à terme, le volume de la population active devrait diminuer. Cette situation risque de devenir problématique au regard des besoins en main-d'œuvre du système productif et pose le problème de l'interaction entre l'évolution de la population active et les perspectives de croissance. D'une part, un ralentissement ou même une baisse de la population active contraint la croissance potentielle de l'économie et d'autre part, les tensions du marché du travail peuvent modifier les comportements d'activité et attirer sur le marché du travail plus de jeunes, plus de femmes ou plus de seniors. C'est pourquoi dans la première partie sont abordées les perspectives démographiques et macro-économiques de notre pays.
 
Ces perspectives démographiques amènent alors à poser la question des déterminants des comportements d'activité : peut-on envisager d'infléchir ces comportements, du côté des jeunes, des femmes ou des seniors ? Cette situation nouvelle aura-t-elle des effets sur les dispositifs de sortie anticipée du marché du travail ? Permettra-t-elle de répondre aux objectifs du niveau européen visant à augmenter le taux d'activité des travailleurs les plus âgés ? Ce nouveau contexte aura- t- il un impact sur les politiques de formation professionnelle, notamment celles visant les plus de 40 ans ?
Cela concerne certes la puissance publique mais aussi tous les autres acteurs du marché du travail, les entreprises, comme recruteurs, comme gestionnaires des ressources humaines et comme prescripteurs et financeurs de la formation professionnelle, mais aussi les salariés et leurs organisations.
 
L'ensemble de ces thèmes sera abordé dans la seconde partie. Cette problématique ne se pose pas de manière uniforme dans chaque marché du travail, dans toutes les professions, toutes les branches et dans tous les territoires. Certains métiers connaîtront une croissance forte en termes d'emploi, d'autres seront confrontés à des flux importants de départs en retraite, d'autres pourraient connaître les deux situations. Qui plus est, dans un contexte plus tendu, les concurrences entre métiers seront plus vives, à partir de l'attractivité que sauront

Enfin, dans la quatrième partie, on développera l'idée que les atouts, les leviers pour agir, pour réagir et s'adapter au nouveau contexte sont aussi variables, d'un métier à l'autre, d'un secteur à l'autre, d'un territoire à l'autre. On insistera tout particulièrement sur la dimension territoriale, essentielle quand on arrive à des propositions d'actions visant à répondre à ces tensions futures, en s'appuyant sur trois exemples de pratiques régionales. En effet, s'il nous est possible ici de cerner les principales évolutions par grands secteurs ou métiers, c'est ensuite au niveau local, au sens d'une zone géographique ou d'une branche bien spécifique, soumise à une situation difficile, pour des raisons démographiques ou économiques, qu'il conviendra ensuite d'affiner le diagnostic pour l'action.

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Emploi

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP