Retour
 

Adolescence : projet personnel, engagements collectifs : Rapport préparatoire à la conférence de la famille 2004

Auteur(s) :

    • FRANCE. Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées; FRANCE. Ministère de la famille

Editeur :

  • Ministère de la famille

Date de remise : Mars 2004
106 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Le thème de l'engagement des adolescents a été choisi comme sujet de réflexion pour la conférence de la famille de 2004, qu'il s'agisse d'un projet personnel orienté vers le monde du travail ou de l'engagement individuel au service d'une cause collective. Le groupe de travail présidée par Gérard Longuet étudie les obstacles à l'insertion professionnelle des adolescents (sortie de l'école sans qualification, manque de lisibilité de la réalité et de la diversité du monde du travail et des métiers...) et formule des propositions de manière à rapprocher les adolescents du monde du travail (stages de découverte, jobs de vacances, alternance). Pour encourager chez l'adolescent ses prises de responsabilité et son sens de l'engagement, le groupe propose de favoriser la vie associative et ainsi d'améliorer le droit d'association des mineurs. Il recommande par ailleurs de stimuler la participation civique des adolescents en solennisant la remise de la carte électorale ou encore en créant une simulation parlementaire favorisant chez les adolescents l'apprentissage de la démocratie.


Sommaire
Adolescence
: projet personnel, engagements collectifs : Rapport préparatoire à
la Conférence de la famille 2004
Gérard
LONGUET
Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées
Ministère délégué à la famille
Mars
2004
Lettre
de mission

Avant-propos du Président Gérard LONGUET

Préambule du Rapporteur Alain DELEU

Introduction Générale


A. Etat des lieux

Permettre aux adolescents de devenir acteurs de leur parcours professionnel

Introduction

Constat

1. Les limites de l'insertion professionnelle des jeunes
a- Les jeunes sortant sans qualification
b- L'insertion professionnelle des diplômés
c- Durée des études et activités professionnelles des adolescents
et des jeunes

2. De la recherche du diplôme à la préparation de la vie
active
a- La voie professionnelle est trop souvent choisie par défaut
b- Les objectifs et missions de l'enseignement scolaire relatifs à
la préparation des jeunes à la vie active, gagneraient à
être mieux précisés dans les textes de loi

3. Un rapport complexe au travail de la société française,
dans le cadre d'un droit du travail bien adapté aux mineurs
a- Les vertus du travail et de l'exercice d'un métier dans
le développement personnel et la réalisation de soi sont insuffisamment
accessibles aux adolescents
b- Le droit du travail français protège efficacement les mineurs
tout en leur permettant la découverte du travail et des métiers

4.Un processus d'orientation scolaire et professionnelle fondé sur
la « valeur scolaire » des élèves

Suggestions

Propositions


Encourager chez l'adolescent son sens de l'engagement

Introduction

DONNER AUX ADOLESCENTS LA CAPACITE JURIDIQUE DE S'ENGAGER

Constat

1. Les attentes des adolescents

2. L'accompagnement des adultes

3. L'imbroglio juridique
3.1. Le mineur est-il un « incapable » juridique ?
3.2. Existe-t-il un droit d'association du mineur ?
3.3. Faut-il pour autant établir une véritable pré-majorité
?

Propositions

Annexe 1 : L'incapacité civile du mineur
Annexe 2 : Le droit d'association du mineur

FACILITER LA PARTICIPATION CIVIQUE DES ADOLESCENTS ET LEURS ACTIONS DE SOLIDARITE

Constat

1. L'absence de solennisation du passage à la majorité
Proposition
Constat

2. La volonté exprimée par les adolescents de participer aux débats
publics
Propositions
Constat

3. Faciliter les projets de solidarité des jeunes
Proposition
Constat

4. Accompagner la prise d'initiatives des adolescents
Suggestion

VALORISER LE PARCOURS DES ADOLESCENTS

Constat
Proposition


B. Examen des propositions

N° 1 :
« Accroître les stages de découverte du monde du travail
pour les adolescents »
N° 2 :
« Faciliter les expériences de travail pour les adolescents : les
jobs de vacances »
N°3 :
« Transcrire en droit interne le droit d'association des mineurs
»
N° 4 :
« Solenniser la remise de la carte électorale »
N° 5 : Associer les adolescents aux débats publics
5-1 « L'appel à propositions pour la Conférence de
la famille »
5-2 « Le Parlement des adolescents »
N° 6 :
« Organiser une bourse des projets de solidarité des adolescents
»
N° 7 :
« Créer le livret de l'expérience de l'adolescent
»
N° 8
« Valoriser les adolescents en alternance »

LEXIQUE


C. Synthèse et rappel des propositions
 



Synthèse
Adolescence
: projet personnel, engagements collectifs : Rapport préparatoire à
la Conférence de la famille 2004

Gérard
LONGUET
Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapés
Ministère délégué à la famille
Mars
2004
L'adolescence,
période de transition vers l'âge adulte, reste aussi une phase
de construction pendant laquelle les expériences vécues se révèlent
souvent fondamentales pour les choix futurs, professionnels ou plus largement
personnels.

A ce titre, il est de la responsabilité des familles d'accompagner
leurs enfants à se déterminer et à effectuer les choix
correspondant le plus à l'ensemble de leurs potentialités.
Cependant, nombre d'obstacles perdurent. Ainsi, le poids des mentalités
fausse trop souvent le jugement porté sur les attentes et les possibilités
des adolescents. En outre, les capacités d'adaptation restent insuffisamment
prises en compte, alors même que le savoir « classique » n'est
désormais plus un gage certain de réussite. Les capacités
pratiques, quant à elles, demeurent encore injustement dépréciées
en comparaison des facultés cognitives et intellectuelles.

Pourtant, la vie d'un adolescent ne se limite pas à l'école,
ni ses acquisitions à son savoir scolaire. L'horizon de l'adolescent
ne se cantonne pas exclusivement à sa famille et à l'école.
Il découvre aussi le monde qui l'entoure avec ses pairs. Son besoin
d'appartenance l'amène à s'engager dans des projets
communs. De plus, les spécialistes s'accordent à souligner
que c'est à 15 ans que les engagements se révèlent
les plus déterminants pour l'avenir du jeune.

Face à ce constat, il s'agit d'aider les adolescents à
mieux construire leur avenir en leur donnant le moyen de devenir acteurs de
leur parcours personnel, professionnel et social, et en encourageant leurs prises
de responsabilité, mais aussi leur sens de l'engagement.


1. Permettre aux adolescents de devenir acteurs de leur parcours professionnel

En France, la préparation à la vie active et à l'insertion
professionnelle des adolescents et des jeunes n'est pas aussi efficace qu'elle
le devrait. Chaque année, près de 60 000 élèves,
soit 8% d'une génération, quittent encore l'école
sans aucun niveau de qualification reconnu.

Qui plus est, cet état de fait correspond pour une large part à
une forme de reproduction intergénérationnelle du chômage
et du sous-emploi. En effet, plus fréquemment que les autres, les adolescents
héritiers de ces situations ne parviennent pas à terminer leur
formation professionnelle initiale. Ils rencontrent ensuite de graves difficultés
d'insertion professionnelle et sociale.
Il est donc de première importance de développer une pédagogie
du travail qui soit une pédagogie de la réussite, c'est-à-dire
de permettre à chaque jeune d'aller à la rencontre de la
réussite professionnelle.

Les familles ont le droit et le devoir d'aider les adolescents à
développer leur autonomie et à prendre leur essor, notamment professionnel.
Les adolescents avec leur famille doivent être plus systématiquement
acteurs de la bonne réalisation de leur parcours scolaire.

Ainsi, il apparaît souhaitable de faire en sorte que la réalité
et la diversité du monde du travail et des métiers soient effectivement
lisibles pour l'ensemble des adolescents. Cet objectif doit être
compris et partagé par tous. De plus, l'ensemble des adolescents
devrait pouvoir bénéficier effectivement d'une formation
à la prise de décision car, s'il est nécessaire de
percevoir plus largement le champs des possibles, il faut également savoir
choisir et décider en connaissance de cause.
Enfin, les adolescents qui choisissent une formation par alternance, (sous statut
scolaire ou en
apprentissage) devraient être davantage valorisés.

Pour répondre à ces objectifs, le groupe a formulé trois
propositions (n° 1, 2 et 8).


2. Encourager chez l'adolescent ses prises de responsabilité
et son sens de l'engagement

La volonté « d'agir ensemble », qui est inhérente
à l'adolescent, lui permet d'expérimenter la vie de
groupe et de découvrir des compétences souvent peu exploitées
ou mises en valeur dans le cursus scolaire. Les adolescents, de façon
plus ou moins formelle et organisée, s'engagent par étapes,
en commençant souvent par des projets ludiques pour s'orienter,
par la suite, vers des actions de volontariat ou de bénévolat.

La vie associative, caractérisée par sa richesse humaine, l'étendue
de ses activités et son implantation généralisée,
constitue un formidable levier pour développer l'engagement des
adolescents et leur permettre de s'épanouir. Ainsi, de nombreux
champs d'exploration leur sont ouverts : sport, mouvements de jeunesse,
culture, environnement, solidarité humanitaire ou de proximité,
participation citoyenne.

Toutefois, l'ambiguïté juridique qui entoure le droit d'association
des mineurs constitue un obstacle réel en raison de l'incapacité
juridique inhérente à la minorité. De fait, l'accès
aux fonctions de président ou de trésorier d'association est refusé
aux mineurs, tout comme la possibilité de s'associer entre eux.
Promouvoir le sens de l'engagement chez les adolescents implique donc d'abord
de reconnaître aux mineurs un véritable droit d'association,
lequel est déjà inscrit dans la Convention internationale des
droits de l'enfant.

En effet, il y aurait quelque paradoxe à souhaiter que les adolescents
s'investissent dans le fonctionnement des associations et, en même
temps, à leur refuser l'accès aux fonctions de responsabilité
ou le droit de s'associer entre eux.

La participation civique des adolescents mérite, elle aussi, d'être
développée puisque, là encore, ce sont les expériences
menées avant la majorité qui favorisent la prise de conscience
des droits et devoirs du citoyen. Si le mineur est considéré,
de manière caricaturale, comme un membre « passif » de la
société, sa participation à des projets collectifs et à
des actions de solidarité souligne, à l'évidence et
à rebours de nombre de préjugés, sa volonté d'être
reconnu comme un citoyen en devenir.

Enfin, comme tout être, l'adolescent éprouve le besoin d'être
reconnu par ses proches, par ses pairs et par une société dont
les médias propagent trop souvent une image dévalorisante de lui-même.
Il est essentiel que l'adolescent apprenne à se connaître
et à prendre conscience de ses ressources et de ses limites qui guideront
ses choix.

Pour répondre à ces objectifs, le groupe a formulé cinq
propositions (n° 3 à 7).


3. Propositions

Proposition 1 : « Accroître les stages de découverte du monde
du travail par les adolescents »
Faciliter la découverte par les adolescents du monde du travail et des
métiers - (13/18 ans).

Proposition 2 :« Faciliter les expériences de travail pour les
adolescents : les jobs de vacances »
Favoriser pour les adolescents l'accès à un « job »
durant les congés scolaires - (16/18 ans).

Proposition 3 : «Transcrire en droit interne le droit d'association
des mineurs »
Donner aux mineurs le droit d'accéder aux fonctions associatives
de responsabilité et de s'associer entre eux - (15/18 ans).

Proposition 4 : « Solenniser la remise de la carte électorale »
Renforcer la dimension symbolique du passage à la majorité, avec
ses droits et ses devoirs- (18 ans).

Proposition 5 : Associer les adolescents aux débats publics
5-1 «L'appel à propositions pour la Conférence de la
famille »
Susciter les propositions des adolescents dans le cadre de la Conférence
de la famille- (11/18 ans).
5-2 « Le Parlement des adolescents »
Créer une simulation parlementaire favorisant chez les adolescents l'apprentissage
de la démocratie- (11/18 ans).

Proposition 6 : « Organiser une bourse des projets de solidarité
des adolescents »
Encourager l'engagement des adolescents dans des projets de solidarité
en facilitant leur préparation matérielle- (15/18 ans).

Proposition 7 : « Créer le livret de l'expérience de
l'adolescent »
Reconnaître les engagements et les initiatives des adolescents –
(11/18 ans).

Proposition 8 : « Valoriser les adolescents en alternance »
Prendre en compte la durée d'expérience effectuée
en stage pour accéder à des qualifications ultérieures.
Apporter une aide aux familles dont les adolescents suivent une formation scolaire
avec des stages de longue durée en milieu professionnel.