Retour
 
Relations internationales

Configuration du réseau des conseillers pour les affaires sociales à l'étranger

Auteur(s) :

Editeur :

  • Inspection générale des affaires sociales

NOTE : Les fichiers compatibles avec le matériel de synthèse vocale utilisé par le public malvoyant pourront être adressés sur simple demande à la section des rapports de l'IGAS à l'adresse internet suivante : igas-section-rapports@sante.gouv.fr

Date de remise : Juin 2006
260 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

L'Inspection générale des affaires sociales a inscrit à son programme de travail 2005, une analyse de la configuration du réseau des conseillers pour les affaires sociales à l'étranger. Pour éclairer cette question, la mission a fait le choix d'analyser le fonctionnement sur place de neuf conseillers pour les affaires sociales dans six lieux différents. A l'issue de sa mission effectuée d'octobre 2005 à mars 2006, la mission a montré notamment que le périmètre actuel de mission ne correspond pas totalement aux besoins des acteurs institutionnels du champ social et que la répartition géographique n'est pas fondée sur une réflexion stratégique. A l'issue de son enquête, la mission a formulé des propositions d'amélioration du dispositif qui s'articulent autour de huit grands axes de préconisations et d'un mode opérationnel de mise en oeuvre.



INTRODUCTION

 


 
1. AJUSTER L’ACTIVITÉ DES CONSEILLERS ET LES BESOINS DES ADMINISTRATIONS SOCIALES
 

1.1 QUELS SONT LES BESOINS DES ADMINISTRATIONS SOCIALES VIS A VIS D’UN RÉSEAU DE CORRESPONDANTS ÉTRANGERS ?
1.1.1 Les besoins des administrations sociales sont relativement convergents
1.1.1.1 Des attentes spécifiques de chacun
1.1.1.2 Des besoins qui tendent cependant à converger
1.1.2 L’activité actuelle des Conseillers pour les Affaires Sociales ne répond que partiellement aux
besoins
1.1.2.1 Une transmission d’information inégale et un dialogue insuffisant
1.1.2.2 L’activité de recueil d’information dans le cadre européen est trop faible
1.1.2.3 Une utilisation du réseau par les administrations insatisfaisante

1.2 LES OBJECTIFS ACTUELS TELS QU’ILS SONT ÉNONCÉS SONT-ILS PERTINENTS ?
1.2.1 Le fondement des missions dans la circulaire de 1975
1.2.2 Ces missions ont été peu actualisées

1.3 LA MESURE DE L’ACTIVITÉ ET DE LA PERFORMANCE DES CONSEILLERS POUR LES AFFAIRES SOCIALES EST
ACTUELLEMENT INSUFFISANTE
1.3.1 Actuellement la mesure de l’activité des conseillers est très faible
1.3.2 Essai de définition d’une mesure de l’activité et de la performance

 
2. VERS UNE MEILLEURE RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DES POSTES
 

2.1 LA RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE ACTUELLE SOUFFRE D’UN MANQUE DE LOGIQUE
2.1.1 Un réseau né d’une sédimentation progressive des créations de postes
2.1.2 Un manque de logique et un manque de réflexion stratégique

2.2 DÉFINIR UNE NOUVELLE COUVERTURE TERRITORIALE MIEUX APPROPRIÉE AUX BESOINS
2.2.1 Une stratégie d’implantation cohérente avec les priorités des ministères sociaux
2.2.1.1 Répartir les conseillers en lien direct avec les besoins
2.2.1.2 Assurer une fonction sociale internationale au - delà du réseau des conseillers sociaux
2.2.2 Différents scénarii de répartition des conseillers sociaux sont possibles
2.2.2.1 1er scénario : l’extension significative du réseau
2.2.2.2 2ème scénario : aménagements dans le cadre d’un statut quo des effectifs
2.2.2.3 3ème scénario : la priorité aux grands pays émergents
2.2.2.4 4ème scénario : le resserrement sur les pays de l’UE et les organisations internationales

 
3. LA QUALITÉ DU FONCTIONNEMENT DU RÉSEAU DES CONSEILLERS SOCIAUX ET DE SON PILOTAGE
 

3.1 UN PILOTAGE INSUFFISANT ET DES CONSEILLERS NE FONCTIONNANT PAS RÉELLEMENT EN RÉSEAU
3.1.1 L’animation actuelle du réseau est faible
3.1.1.1 La réunion annuelle
3.1.1.2 Une DAEI longtemps peu active
3.1.1.3 Un accès inexistant au réseau net des ministères
3.1.2 Des conseillers sociaux relativement isolés dans leurs pays de résidence

3.2 IL EXISTE POURTANT UN BESOIN FORT DE TRAVAILLER EN RÉSEAU
3.2.1 Les conditions du besoin de travailler en réseau
3.2.1.1 Une task force européenne
3.2.1.2 Anticiper les enjeux mondiaux
3.2.2 D’autres réseaux sont exemplaires

3.3 POUR CONSTITUER UN RÉSEAU PERFORMANT
3.3.1 Développer un fonctionnement plus collégial
3.3.1.1 Le conseiller social, membre actif d’un réseau
3.3.1.2 Les administrations centrales (directions et cabinets)
3.3.1.3 La DAEI pilote
3.3.2 Mettre en place des outils de communication
3.3.3 En résumé: une volonté à partager plus que des moyens

 
4. LE MANAGEMENT ET LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
 

4.1 LE RECRUTEMENT, LA GESTION DES COMPÉTENCES ET DES PROFILS SONT MAL CALIBRÉS À L’HEURE
ACTUELLE
4.1.1 Un recrutement à professionnaliser
4.1.2 Une gestion des compétences à courte vue

4.2 DÉFINIR UN CADRE PLUS PÉRENNE DE GESTION FACILITANT UNE MEILLEURE GESTION DES COMPÉTENCES
ET DES CARRIÈRES
4.2.1 Un vrai recrutement sur la base de fiches de postes et de critères de compétences
4.2.2 Insérer les postes de conseillers sociaux dans une gestion des cadres plus dynamique

4.3 LE PROFIL DES CONSEILLERS SOCIAUX DOIT DÉPENDRE DES BESOINS
4.3.1 Des compétences nécessaires
4.3.1.1 Les compétences des conseillers sociaux
4.3.1.2 Enrichir le réseau de VIA et de recrutés locaux
4.3.2 Une préparation au poste : des parcours de formation ad hoc

4.4 ACCROÎTRE LES ÉCHANGES AVEC LE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES
4.4.1 Une lettre de mission cosignée
4.4.2 Favoriser les mobilités de personnes entre les deux ministères
4.4.2.1 Ouvrir des postes à la mobilité
4.4.2.2 Proposer des formations communes ou des échanges
4.4.2.3 Organiser une réunion périodique DAEI et DRH du MAE

 

CONCLUSION : SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS

 


 

Annexe 1 Lettre de mission

Annexe 2 Liste des personnes rencontrées

 

Annexe 3 Les besoins et les attentes des administrations sociales

 

Annexe 4 Les missions économiques à l’étranger : le réseau du Minefi

 

Annexe 5 Comment font les autres ? Le réseau des conseillers sociaux dans quatre pays de l’Union
Européenne

 

Annexe 6 Questionnaire aux conseillers sociaux

 

Annexe 6.1 Synthèse des réponses

 

Annexe 6.2 Londres

 

Annexe 6.3 Rabat

 

Annexe 6.4 Rome

 

Annexe 6.5 Stockholm

 

Annexe 6.6 Varsovie

 

Annexe 6.7 Washington (Santé)

 

Annexe 6.8 Washington (Travail)

 

Annexe 6.9 Washington (expert Santé m.à.disp Banque Mondiale)

 

Annexe 6.10 Pékin

 

Annexe 6.11 Questionnaire

 

Annexe 7 Liste des conseillers pour les affaires sociales

 

Annexe 8 Liste des sigles utilisés