Retour
 
Enseignement

Evaluation des mesures prises pour revaloriser la série littéraire au lycée

Auteur(s) :

Editeur :

  • Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

Date de remise : Décembre 2006
110 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

La série littéraire de l'enseignement secondaire (série L) connaît une érosion de ses effectifs. Le rapport analyse les causes de cette baisse et l'impact des réformes structurelles du second cycle (en commençant par la réforme de 1992 dont le premier objectif était de remédier au morcellement des séries en resserrant leur cohérence autour de trois grands domaines : lettres, sciences économiques, sciences - séries L, ES et S). Enfin, il présente plusieurs scénarios pour redynamiser les études littéraires.



Introduction


I- UN DÉCLIN RÉGULIER QUI RÉSULTE DE FACTEURS AUTANT EXTERNES QU'INTERNES AU SYSTEME ÉDUCATIF

1.1 Un déclin régulier

1.1.1 Les effectifs sont en baisse constante

1.1.2 Les résultats scolaires contribuent à dégrader l’image de la série

1.1.3 L’orientation en L est de moins en moins souvent le résultat d’un choix
délibéré

1.1.4 L’accès à l’enseignement supérieur est plus difficile pour les
bacheliers L et leur succès y est plus rare

1.1.5 Les perspectives d'insertion professionnelle s'avèrent plus limitées
pour les bacheliers L

 

1.2 Des facteurs du déclin qui relèvent largement du contexte sociétal et de
l'organisation du Lycée et de l'enseignement supérieur

1.2.1 L’évolution de la société ne favorise pas les études littéraires

1.2.2 L’organisation du second cycle général et technologique est
défavorable à la série L

1.2.3 La spécialité des enseignements dispensés en L est difficile à identifier

1.2.4 La faible visibilité des débouchés porte préjudice à la série

1.2.5 Au final, l’image médiocre de la série a précipité son déclin

 
II- LES MESURES PRISES POUR RÉTABLIR L’ÉGALE DIGNITÉ DES FILIÈRES N’ONT PAS PRODUIT L’EFFET ESCOMPTÉ

2.1 Les réformes structurelles du second cycle, en n’appliquant pas la même
logique aux trois séries, ont accentué leur dissymétrie

2.1.1 La réforme de 1992, qui visait à équilibrer les voies d’excellence, a eu
pour effet paradoxal de renforcer la hiérarchisation des séries

2.1.2 Entre 1992-93 et 1999-2000, les réformes ont progressivement
déplacé le centre de gravité de la série L vers le français

2.1.3 Dans le même temps, on ne renforçait pas dans les mêmes proportions
la spécificité des autres séries qui restaient polyvalentes

 

2.2 Certaines mesures qui s’appliquent à l’ensemble de la voie générale
auraient pu favoriser la série littéraire mais n’ont pas produit les effets
attendus

2.2.1 La politique de développement des langues vivantes, qui concerne
toutes les séries, n’a pas privilégié la composante littéraire des études
linguistiques

2.2.2 Paradoxalement, la politique volontariste de revalorisation des
langues anciennes n’a pas été mise à profit pour renforcer la voie
littéraire

2.2.3 L’introduction d’enseignements pluridisciplinaires, particulièrement
adaptés aux démarches préconisées pour les enseignements littéraires,
n’a pas profité à la série L

 

2.3 Les initiatives prises pour ouvrir des débouchés attractifs et pour favoriser
l’accès à des formations d’excellence n’ont pas porté tous leurs fruits

2.3.1 La diversification des options artistiques a contribué à rendre la série
plus attractive, sans toujours réussir à restaurer son image

2.3.2 L’ouverture de débouchés d’excellence pour les bacheliers L n’a eu
qu’un effet limité, faute sans doute d’être suffisamment connue et par
manque de coordination des acteurs

 

2.4 La mise en œuvre de ces réformes a été insuffisamment pilotée

2.4.1 Un manque d’impulsion au niveau national a empêché certaines
mesures de s’inscrire dans la durée

2.4.2 Les politiques académiques ont rarement pris le relais, faute d’un
discours cohérent sur l’ensemble du second cycle

2.4.3 Des projets menés avec constance par certains établissements
montrent pourtant que des études littéraires de qualité au lycée
peuvent conserver tout leur sens

 

Conclusion

 
III- LES EVOLUTIONS ENVISAGEABLES
 

3.1 Les principes d’une refondation des études littéraires au lycée
3.1.1 Réaffirmer la finalité des études littéraires dans la société d’aujourd’hui
3.1.2 Renoncer à la logique de spécialisation
3.1.3 Consolider et rééquilibrer les enseignements généraux
3.1.4 Restructurer les enseignements optionnels autour de « dominantes» identifiables en termes de débouchés
3.1.5 Structurer les « dominantes » en respectant un équilibre entre théorie,
méthodologie et pratique
3.1.6 Choisir les « dominantes » qui fassent apparaître des débouchés plus
larges qu’aujourd’hui
3.1.7 Permettre, à travers des options mineures, ou complémentaires,
l’approfondissement ou la spécification de la « dominante »

3.2 Les conditions de la réussite
3.2.1 Mettre la classe de seconde en cohérence avec ces principes
3.2.2 Veillez à ce que la procédure d’orientation des élèves soit en accord
avec les principes énoncés
3.2.3 Elargir et diversifier le champ des études supérieures explicitement
ouvertes aux « littéraires », en créant des passerelles
3.2.4 Augmenter la proportion de bacheliers littéraires accédant à des
parcours d’excellence
3.2.5 Piloter fermement le dispositif au plan national et dans les académies,
quel que soit le mode d’organisation retenu
3.2.6 Donner toute leur place aux études littéraires dans les projets
d’établissement
3.2.7 Communiquer

3.3 Les Scénarios envisageables pour rénover les études littéraires au lycée
3.3.1 Un scénario qui diffère jusqu’à la fin de la classe terminale les choix
décisifs en matière d’études supérieures
3.3.2 Un scénario qui fusionne les séries ES et L
3.3.3 Un scénario qui s’inscrit dans le cadre des séries actuelles

 


Conclusion

Annexes