Retour
 
Enseignement

Pour le développement du numérique à l'école : rapport de la mission e-Educ

Auteur(s) :

    • FRANCE. Ministère de l'éducation nationale

Editeur :

  • Ministère de l'éducation nationale

Date de remise : Mai 2008
91 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

La mission présidée par Jean Mounet est chargée d'identifier les leviers de développement des technologies de l'information et de la communication à l'école. Elle propose dans ce cadre une base opérationnelle de mise en oeuvre d'un programme pour le développement du numérique à l'école. Elle estime que la réussite de ce programme suppose tout d'abord une mobilisation d'envergure des pouvoirs publics, de manière concertée avec l'ensemble des parties prenantes, afin d'organiser et mutualiser leurs efforts, optimiser les collaborations entre acteurs publics et acteurs privés (mise en place de contrats de partenariat public-privé - PPP). La mission recommande ensuite « d'intégrer les attentes et les initiatives », en prenant en compte le développement des usages tout en s'interrogeant sur le sens de ces évolutions et du rôle de chacun, notamment dans l'espace éducatif. Elle présente enfin le cadre d'actions, décliné en cinq chantiers : bâtir l'école numérique ; optimiser l'action conjointe des pouvoirs publics ; conduire et accompagner le changement ; stimuler la production de ressources numériques et de services ; mobiliser les entreprises du secteur dans un partenariat éducatif pour le numérique.



La mission e-Éduc


La lettre de mission

Méthodologie

Sommaire



1. Partager la vision des enjeux et des opportunités
 

1.1 L'E-Éducation et ses enjeux
1.2 Les enjeux d'efficacité de l'investissement des acteurs publics et privés
1.3 Les compétences numériques pour le XXI° siècle

 
2. Intégrer les attentes et les initiatives
 

2.1 L'école à l'heure du numérique
2.2 L'engagement des parties prenantes
2.3 La conduite et l'accompagnement du changement

 
3. Proposer un cadre d'actions
 

3.1 Chantier n°1 : Bâtir l’École numérique
3.2 Chantier n°2 : Optimiser l’action conjointe des pouvoirs publics
3.3 Chantier n°3 : Conduire et accompagner le changement
3.4 Chantier n°4 :Stimuler la production de ressources numériques et de services
3.5 Chantier n°5 : Développer un partenariat éducatif pour le numérique avec les entreprises du secteur

 


Annexes

Les membres de la mission

Liste des auditions et des contributions

Exemples de bonnes pratiques

Documents de référence

Boîte à outils

Contributions recensées

Bibliographie/Sitographie

 













MÉTHODOLOGIE





SOUPLESSE DANS L’ORGANISATION

La mission e-Éduc, confiée à Jean Mounet, président du Syntec informatique, s’est constituée en quatre
groupes de travail (en correspondance avec les quatre axes de la lettre de mission) au sein desquels sont
intervenus des représentants mandatés des entreprises membres du Syntec et des représentants du
ministère (SDTICE, DGESCO, DGES, IGEN) (3). Des points de synthèse hebdomadaires ont été assurés entre
le délégué général du Syntec, le rapporteur et les animateurs des groupes de travail. Trois réunions
plénières et une réunion téléphonique hebdomadaire ont permis d’assurer la cohérence et la
convergence des travaux.

CADRAGE GÉNÉRAL

Lors du lancement de la mission le 23 janvier 2008, Xavier Darcos a rappelé l’objectif national : “faire de
l’École le lieu d’appropriation, par tous les élèves, des usages des TIC comme source d’information, de
communication et d’accès à la connaissance”. Il a exprimé son désir de solliciter la profession, en
relation avec les représentants du ministère, pour obtenir un « éclairage » et la formulation de
propositions concrètes en vue d’atteindre l’objectif.

La première étape a porté sur la délimitation du champ d’investigation ouvert par la lettre de mission,
autour de ses quatre thèmes :

1. Les ressources numériques (contenus, applications et services), la production, la diffusion,
l’adaptation, l’impact sur les usages…
Comment mieux mobiliser l’industrie du logiciel et des services, comment mieux tirer parti des
productions spontanées, individuelles ou collectives, privées ou publiques, en réponse aux besoins de
la communauté éducative ?

2. L’interaction des parties prenantes : État, collectivités territoriales dans les projets de type ENT et,
notamment, la mise en œuvre de partenariats publics privés (PPP).
Quels modèles économiques, quels cadres juridiques pour engager un indispensable effort collectif,
prenant en compte les contraintes de pérennité, de stabilité et de compatibilité des solutions ainsi
que la maîtrise des conditions de leur déploiement, de leur exploitation, de leur maintenance ?

3. La conduite et l’accompagnement du changement dont sont porteurs les TICE et leurs usages…
Comment appréhender et intégrer les apports des TIC dans l’univers scolaire, leur impact sur les
outils de travail, sur les procédures, sur les métiers ? Comment faire progresser la culture du
numérique et rendre plus accessible la formation, aussi bien chez les enseignants que dans
l’encadrement ?

4. La promotion des métiers et des voies de formation dans les secteurs de l’informatique et des TIC,
au regard des tensions sur le marché de l’emploi et de leurs évolutions.

Comment valoriser auprès du public scolaire, la richesse et la diversité des métiers ? Comment
encourager les vocations, en particulier auprès des filles ? Comment tirer parti de la diversité des
voies de formation de notre système scolaire pour alimenter les filières de l’enseignement supérieur
conduisant aux qualifications requises ?

SITE COLLABORATIF

L’étape suivante a consisté en une mise en commun, à partir d’un site collaboratif, de l’ensemble des
données et documents disponibles sur le sujet. La mission aura ainsi beaucoup lu et échangé, tant les
travaux d’analyse et de diagnostic, les notes d’étapes, les plans d’action, les rapports d’audit, de très
haut niveau, publications auxquelles ont souvent contribué les inspections générales, sont nombreux. Le
site a permis également le partage de l’agenda des auditions, le suivi et la mise à jour des comptes
rendus.

PROGRAMMATION DES AUDITIONS ET DES OBSERVATIONS

La liste des auditions a été constituée, avec le double objectif, de relever les points de vue d’acteurs de
terrain (formateurs, professeurs, parents, élèves…) engagés dans l’action, la prescription, la production
ou la diffusion, mais aussi de recueillir des exemples de “bonnes pratiques”, avec un parti pris pluraliste,
auprès de décideurs, de responsables nationaux, territoriaux, académiques, institutionnels, de la Caisse
des dépôts et consignations, d’associations représentatives du logiciel libre, de pôles de compétitivité,
d’entreprises de l’édition…. Des questionnaires et guides d’entretien (voir annexes) ont été élaborés au
sein des groupes qui ont permis de préparer et de conduire les auditions.

La mission a été rendue destinataire de sollicitations spontanées, auxquelles elle a fait largement écho,
soit sous la forme d’entretiens, soit sous la forme d’écrits.

Elle a reçu des contributions spontanées, des publications de chercheurs, des propositions
d’organisations associatives, des témoignages, des suggestions de professionnels…

Elle a examiné de manière particulière certains dispositifs présentant des caractères d’exemplarité aussi
bien en France qu’à l’étranger, en matière de pilotage, d’organisation, d’accompagnement du
changement…

VOLUME ET QUALITÉ DES AUDITIONS

De la fin janvier jusqu’à la mi-avril, la mission aura procédé à plus d’une centaine d’auditions par des
incursions nationales et internationales, auprès d’acteurs publics et privés, d’élus, d’établissements,
d’entreprises, d’associations, de représentants d’usagers (y compris les lycéens), de spécialistes,
d’observateurs…

Dans l’esprit de la démarche choisie, les auditions ont permis un recueil d’expertise particulièrement
remarquable et, tout aussi remarquable, les traces d’un engagement fort, convergent en faveur du
développement du numérique dans l’espace éducatif ; la créativité militante des acteurs du libre ne le
cédant en rien au volontarisme des éditeurs.

COLLABORATION SYNTEC-MINISTÈRE

Dans la configuration retenue, les membres de la mission ont beaucoup partagé en matière d’actualités
du numérique, tant la mise en commun effective des informations issues des différents réseaux,
présents ou représentés - ou en connexion - avec la mission e-Éduc s’est révélée très efficace…

Ce retour méthodologique n’est naturellement pas subalterne : cette forme de partenariat “public-
privé” dans la conduite d’une mission appliquée au numérique dans l’éducation donne à l’évidence des
indices pour être efficace dans l’organisation des travaux à suivre.

OUVERTURE À L’ENSEMBLE DES ACTEURS

Un forum dédié aux thèmes de la mission a été ouvert sur le site du Premier ministre, en direction des élèves, des familles, des enseignants… du 23 janvier au 29 février. Il a permis une expression libre et
spontanée et a bénéficié d’une excellente audience : 198 sujets ont été traités et 525 réponses fournies.

Il aborde des questions concrètes et, finalement, reflète fidèlement les débats qui traversent aujourd’hui le sujet du numérique à l’école : risques par rapport au développement des compétences
des élèves, légitimité d’un enseignement dédié à l’informatique et aux TIC, diversité des situations
d’équipement des écoles et des établissements, problèmes de maintenance des postes et d’assistance
aux utilisateurs, besoins de formation, valorisation et limites des habiletés des élèves, promotion des
solutions libres, mutualisation des ressources, diffusion des usages…

Un questionnaire a été adressé aux lycéens élus du CNVL par l’intermédiaire du délégué national à la vie
lycéenne à la Direction générale de l’enseignement scolaire.

REMERCIEMENTS

Les conversations menées dans le cadre des auditions présentielles ou téléphoniques, les échanges de
courriers électroniques, les visites de terrains ont témoigné d’une grande disponibilité, d’une
mobilisation forte et convergente pour faire avancer le numérique dans l’espace éducatif.
Les membres de la mission remercient toutes celles et ceux qui ont bien voulu apporter leur concoursà ce travail commun qu’ils souhaitent partager avec eux.

 

(3) Voir dans les annexes la liste des membres de la mission








LA LETTRE DE MISSION
DE XAVIER DARCOS, MINISTRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE, À JEAN MOUNET, PRÉSIDENT DE SYNTEC-INFORMATIQUE





Monsieur le Président,

Face à l’essor croissant de la place et du rôle des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans notre société, l'acquisition d'une maîtrise raisonnée de ces technologies par tous les élèves apparaît bien comme
l'une des responsabilités fondamentales de l'École.

Le développement des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE) au sein du
monde éducatif, non seulement introduit de nouvelles opportunités dans les modes d’interaction entre les acteurs,
mais, en enrichissant les supports et les contenus, est un vecteur d’amélioration de l’efficacité de l’enseignement. Il
faut aujourd’hui aller plus loin : l’École doit donner à tous les élèves les instruments intellectuels et sociaux de la
maîtrise des usages de ces outils, incluant un rapport critique nécessaire vis-à-vis de la multiplicité des informations
qu’ils véhiculent. Elle doit devenir le lieu d’appropriation des usages des TIC comme instruments d’information, de
communication et d’accès à la connaissance dans le cadre de tous les enseignements, en prenant appui sur les
nouveaux modes de gestion des relations entre les acteurs de l’École et sur son ouverture vers le monde
professionnel.

C’est pourquoi, j’ai souhaité vous confier l’organisation d’une mission sur les leviers de développement des
technologies de l’information et de la communication à l’École. Cette mission « e-educ » traitera les
problématiques suivantes :

1. La définition et le développement d’une offre logicielle adaptée aux préoccupations de la communauté éducative : ressources numériques pour la classe, l’accompagnement éducatif, l’orientation, la lutte contre
l’illettrisme et la difficulté scolaire, l’assistance et l’aide aux élèves handicapés.

2. La réflexion sur un modèle économique innovant au service du développement des TICE, et notamment la mise
en oeuvre de partenariats-publics-privés (PPP) dans le cadre du déploiement généralisé d’environnements
numériques de travail (ENT) dans le 1er comme dans le 2d degré.

3. Les leviers de la conduite et de l’accompagnement du changement induit par ce développement pour une
amélioration de leurs usages par tous les acteurs de la communauté éducative.

4. La collaboration entre le ministère de l’Education nationale et les représentants des professionnels du secteur
en vue de promouvoir les carrières et les études du domaine informatique, en particulier auprès des filles.

Je souhaite que cette mission soit l’occasion d’échanges nourris entre les parties prenantes, du secteur
professionnel comme du secteur éducatif, en vue de favoriser 5 l’émergence d’une véritable coopération entre les
pouvoirs publics et les représentants de la profession.

Dès janvier, un forum Internet consacré aux TICE sera ouvert pour un mois sur le site education.gouv.fr ; il permettra à l’ensemble des acteurs et interlocuteurs de la communauté éducative d’exprimer leurs attentes en matière
d’utilisation des TIC dans l’enseignement, mais aussi de partager des expériences innovantes. Ce forum contribuera à alimenter utilement la réflexion de la mission « e-educ » par l’identification des freins, des opportunités et des
vecteurs du développement des usages répondant aux attentes de ces utilisateurs.

Un premier rapport d’étape sera présenté en février pour une restitution finale prévue en avril.

L’inspection générale de l’Éducation nationale (IGEN) et l’inspection générale de l’administration de l’Éducation
nationale (IGAENR), la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) et la Sous Direction aux TICE
(SDTICE), vous apporteront les concours que vous solliciterez dans le cadre de votre mission. La Direction générale
de l’enseignement supérieur (DGES) y sera associée.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération distinguée.


Xavier Darcos