Retour
 
Enseignement

L'employabilité des jeunes issus de l'enseignement professionnel initial du second degré

Auteur(s) :

    • FRANCE. Premier ministre; FRANCE. Secrétariat d'Etat à la prospective, à l'évaluation des politiques publiques et au développement de l'économie numérique

Editeur :

  • Ministère de l'éducation nationale

Date de remise : Juillet 2008
96 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Eric Besson, secrétaire d'Etat à la prospective, à l'évaluation des politiques publiques et au développement de l'économie numérique, s'est vu confier par le ministre de l'éducation nationale, une mission "d'évaluation portant sur l'employabilité des filières de l'enseignement professionnel et ses variations selon la filière professionnelle considérée, le niveau de qualification et de diplôme atteint par l'élève, l'existence de certificats de qualification professionnelle de branche et le mode d'obtention du diplôme". L'analyse porte sur la formation initiale du second cycle du secondaire jusqu'au niveau des baccalauréat et brevet professionnels : formations de niveaux IV (baccalauréat et brevet professionnels) et V (BEP et CAP) de l'enseignement professionnel. Elle distingue les formations par la voie scolaire (lycées) et celle d'apprentissage (centres de formation des apprentis). L'étude a retenu trois indicateurs pour mesurer l'employabilité des jeunes issus de ces filières : le taux d'emploi, le type de contrat et le salaire.



Résumé

Introduction


I. Des apprentis souvent mieux armés que les lycéens
 

1 - LES APPRENTIS ONT PLUS DE CHANCE QUE LES LYCÉENS D’ÊTRE EN EMPLOI
2 - LES APPRENTIS ONT PLUS DE CHANCE QUE LES LYCÉENS D’ÊTRE RECRUTÉS EN CDI
3 - APRÈS TROIS ANS, UN RATTRAPAGE PARTIEL S’OPÈRE AU PROFIT DES LYCÉENS
4 - UNE INSERTION DIFFÉRENCIÉE SUIVANT LES RÉGIONS

 
2. L’influence de la filière de formation et du niveau de diplôme
 

1 - UN TAUX D’EMPLOI QUI S’ÉLÈVE AVEC LE NIVEAU DE DIPLÔME
2 - LES TAUX D’EMPLOI DANS LES DOMAINES DE FORMATION ORIENTÉS VERS LA “PRODUCTION” SONT GLOBALEMENT SUPÉRIEURS À CEUX ENREGISTRÉS DANS LES DOMAINES DES “SERVICES”
3 - DOMAINE DE FORMATION ET NIVEAU DU DIPLÔME : UN EFFET DOMINANT ?
4 - EMPLOYABILITÉ ET DOMAINE DE FORMATION :
L’IMPACT DE LA PART DES DIPLÔMÉS DU BREVET ET DU BAC PROFESSIONNELS

 
3. Des diplômés qui trouvent des emplois dans la filière de formation
 

1 - LA RÉPARTITION DES EMPLOIS PAR NIVEAU DE FORMATION EST TRÈS VARIABLE SELON LES SECTEURS D’ACTIVITÉ
2 - UNE CONCORDANCE PLUTÔT SATISFAISANTE ENTRE DOMAINES DE FORMATION ET SECTEURS D’ACTIVITÉ

 
4. Des inégalités significatives selon le sexe
 

1 - LE TAUX D’EMPLOI DES FILLES EST INFÉRIEUR À CELUI DES GARÇONS QUELS QUE SOIENT LE DIPLÔME
ET LE MODE DE FORMATION
2 - LES FILLES SONT PLUS NOMBREUSES DANS LES “SERVICES”, LES GARÇONS DANS LA “PRODUCTION”
3 - LES CDD SONT SURREPRÉSENTÉS POUR LES FILLES (SPÉCIFICITÉ DES SERVICES),
TANDIS QUE L’INTÉRIM L’EST PLUS POUR LES GARÇONS (SPÉCIFICITÉ DE LA PRODUCTION)

 


Conclusion

Liste des annexes
Annexe 1 : Lettre de saisine
Annexe 2 : Remerciements
Annexe 3 : La formation professionnelle initiale du second degré
Annexe 4 : Evolution des effectifs inscrits dans l’enseignement professionnel initial du second degré : les faits marquants








 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Enseignement professionnel , Insertion professionnelle

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP