Retour
 
Culture

Rapport d'information fait au nom de la Commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la nation sur l'action culturelle de la France à l'étranger

Auteur(s) :

    • FRANCE. Sénat. Commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la nation

Editeur :

  • Sénat

Collection : Les Rapports du Sénat

Titre de couverture : "Quelle réponse apporter à une diplomatie culturelle en crise ?"

Date de remise : Octobre 2008
84 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Adrien Gouteyron fait le point sur l'action culturelle française à l'étranger et constate un financement important pour le rayonnement culturel et une forte densité du réseau culturel. Il propose cependant de mieux mettre en valeur la culture française à l'étranger, en supprimant le monopole du Quay d'Orsay sur l'action culturelle (qui pourrait être confiée au ministère de la culture) et en favorisant une nouvelle organisation (préservation du rôle des lycées français à l'étranger, suppression des doublons parmi les acteurs culturels). Il souhaite renforcer le rôle du conseiller culturel et propose un nouveau modèle de centre culturel, recentré sur les activités linguistiques.



AVANT-PROPOS

LES RECOMMANDATIONS DE VOTRE RAPPORTEUR SPÉCIAL


CHAPITRE PREMIER : UN MILLIARD D’EUROS POUR L’ACTION CULTURELLE À L’ÉTRANGER, UN IMPACT À MIEUX ÉVALUER
 

I. UN MILLIARD D’EUROS POUR LE RAYONNEMENT CULTUREL À L’ÉTRANGER
A. DES EFFORTS BUDGÉTAIRES TRÈS SIGNIFICATIFS, SUPÉRIEURS À CEUX DE
NOS PRINCIPAUX PARTENAIRES
1. Un milliard d’euros géré par une pluralité de ministères
2. Des efforts a priori supérieurs à ceux de nos principaux partenaires, malgré une
inversion de tendance indéniable

B. UN RÉSEAU CULTUREL À L’ÉTRANGER PARTICULIÈREMENT DENSE
1. 3,9 centres culturels ou alliances française par pays où la France est représentée
2. Un double réseau qui suscite parfois des interrogations

II. LA POLITIQUE DE RAYONNEMENT CULTUREL : UN IMPACT À LA FOIS
RÉEL ET INCERTAIN
A. LA CULTURE FRANÇAISE À L’ÉTRANGER, ENTRE FIERTÉ ET MODESTIE
1. La vitalité culturelle française : « dans le creux de la vague » ?
2. La langue française, une langue de niche ?

B. LA VALEUR AJOUTÉE DE LA POLITIQUE DE RAYONNEMENT CULTUREL
APPARAÎT MARGINALE
1. Le lien entre rayonnement et appareil culturel à l’étranger n’est pas univoque
2. Une absence préoccupante de tableaux de bord dans le réseau culturel à l’étranger
3. Une mondialisation culturelle encore mal prise en compte

 

 

 
CHAPITRE DEUX : MIEUX METTRE EN VALEUR LA CULTURE FRANÇAISE À L’ÉTRANGER
 

I. METTRE FIN AU MONOPOLE DU QUAI D’ORSAY
A. EN FINIR AVEC LE « YALTA » : AU MINISTÈRE DE LA CULTURE, LA
CULTURE EN FRANCE, AU MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES, LA
CULTURE À L’ÉTRANGER
1. Le nécessaire engagement du ministère de la culture
2. Un devoir de subsidiarité de l’Etat en matière culturelle

B. UNE NOUVELLE ORGANISATION POUR L’ACTION CULTURELLEÀ L’ÉTRANGER
1. Tirer parti des compétences de chacun des acteurs culturels
2. Eviter les doublons
3. Préserver « coûte que coûte » le rôle des lycées français dans le rayonnement
culturel à l’étranger

II. MOINS DE CENTRES CULTURELS, PLUS DE PRÉSENCE CULTURELLE
A. EN EUROPE ET DANS L’OCDE, LE MODÈLE DES CENTRES CULTURELS
N’EST PLUS CONVAINCANT
1. Un rayonnement culturel à trouver dans les institutions des pays d’accueil
2. Un recentrage nécessaire sur les activités linguistiques, sous stricte contrainte
d’efficience

B. LE RÔLE ESSENTIEL DU CONSEILLER CULTUREL
1. Un métier à prendre plus au sérieux
2. Une allocation des moyens à mieux hiérarchiser

 


CONCLUSION

EXAMEN EN COMMISSION

ANNEXE 1 : LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES PAR VOTRE
RAPPORTEUR SPÉCIAL

ANNEXE 2 : DÉPLACEMENTS À L’ÉTRANGER