Retour
 

Rapport d'information déposé (...) par la Commission des affaires étrangères en conclusion des travaux d'une mission d'information constituée le 31 juillet 2007, sur "la politique de la France en Afrique"

Auteur(s) :

    • FRANCE. Assemblée nationale. Commission des affaires étrangères

Editeur :

  • Assemblée nationale

Collection : Documents d'information de l'Assemblée nationale

Titre de couverture : "Pour un partenariat entre la France et l'Afrique"

Date de remise : Décembre 2008
103 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Malgré une présence ancienne en Afrique, la France n'a pas suffisamment anticipé les évolutions que connaît le continent, tant en matière de développement économique, de problèmes alimentaires, de menace terroriste, de flux migratoires, de conflits internes... Tel est l'un des constats du présent rapport qui fait le point sur les relations entre la France et l'Afrique au début du XXIème siècle : présence française en retrait, repli des intérêts économiques, déclin de la politique de coopération. Il observe en revanche un accroissement du rôle de l'Union européenne en faveur de la sécurité et du développement de l'Afrique, une plus grande implication des Etats-Unis et de pays émergents tels que la Chine et l'Inde. Il dresse un panorama de la situation démographique, économique, sociale et climatique de l'Afrique, de la démocratisation, des perspectives de croissance, des mécanismes de résolution des conflits. Pour maintenir la présence française, le rapport propose de privilégier des relations de partenariat entre la France et l'Afrique, se substituant aux formes d'intervention qui ont prévalu jusqu'alors : valorisation de la coopération militaire, renforcement des moyens de l'aide bilatérale en matière d'éducation et de formation, soutien de la présence d'entreprises françaises en Afrique et aide au développement des entreprises africaines.



INTRODUCTION

 
I – LES RELATIONS ENTRE LA FRANCE ET L’AFRIQUE EN QUESTION
 

A.- UNE RELATION SINGULIÈRE MENACÉE D’ESSOUFFLEMENT
1) La difficile adaptation à la nouvelle donne internationale
2) Regards croisés : le constat d’un malentendu

B.- UNE PRÉSENCE FRANÇAISE EN RETRAIT
1) Des intérêts économiques en repli
2) Une politique française de coopération en « peau de chagrin »

C.- L’AFRIQUE, COURTISÉE, SE TOURNE VERS DES PARTENAIRES DIVERSIFIÉS
1) Le rôle ancien et croissant de l’Union européenne en faveur de la
sécurité et du développement de l’Afrique
2) Le retour des Etats-Unis en Afrique
3) L’affirmation des puissances « émergentes »

 
II – L’AFRIQUE CHANGE
 

A.- L’AFRIQUE, TERRE DE DÉSÉQUILIBRES
1) Le continent de la jeunesse
2) Des pays en grande pauvreté
3) Un espace très vulnérable au choc climatique

B.- L’AFRIQUE EN MOUVEMENT
1) Moins de conflits, plus de démocratie
2) Des perspectives de croissance prometteuses

C.- L’AFRIQUE PREND SON DESTIN EN MAIN
1) L’instauration de mécanismes africains de résolution des conflits
2) Des efforts d’intégration fondés sur de nouveaux espaces de solidarité

 
III – L’AFRIQUE AUTREMENT : LE PARI FRANÇAIS DU PARTENARIAT
 

A.- UNE AMBITION PLEINEMENT ASSUMÉE : MAINTENIR LA PRÉSENCE DE LA
FRANCE EN AFRIQUE

B.- UNE MÉTHODE : LE CHOIX DU PARTENARIAT
1) Instaurer des relations dynamiques de partenariat
2) Changer de style et de ton
3) Valoriser notre coopération multilatérale

C.- DES PRIORITÉS D’ACTION FONDÉES SUR L’INTÉRÊT MUTUEL DES PARTIES
1) Concrétiser les engagements du discours du Cap grâce à l’adoption
d’une « feuille de route »
2) En matière de coopération, renforcer les moyens de l’aide bilatérale en
faveur de l’éducation et de la formation
3) Sur le plan économique, soutenir la présence des entreprises
françaises en Afrique ainsi que le développement des PME africaines

 


CONCLUSION

ORIENTATIONS ET RECOMMANDATIONS

EXAMEN EN COMMISSION

ANNEXES

I. LISTE DES PERSONNALITÉS ENTENDUES PAR LA MISSION

II. LISTES DES PERSONNALITÉS RENCONTRÉES DANS LE CADRE DES
DÉPLACEMENTS EFFECTUÉS À L’ÉTRANGER

III. CONTRIBUTIONS DES MEMBRES DE LA MISSION D’INFORMATION