Retour
 

La Bibliothèque nationale de France

Auteur(s) :

Editeur :

  • Inspection générale des finances

Date de remise : Septembre 2009
78 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Outre la Bibliothèque François Mitterrand, dont la construction a été décidée à la fin des années 1980, la Bibliothèque nationale de France (BnF) s'étend encore sur douze autres sites, en particulier l'implantation historique du « quadrilatère Richelieu » au centre de Paris et ses diverses annexes, la bibliothèque de l'Arsenal et deux centres techniques. La mission d'audit confiée à l'IGF, avec l'appui de l'IGAC, visait à étudier les orientations stratégiques de la BnF, à analyser les marges de manoeuvre disponibles pour rationaliser son fonctionnement et développer ses ressources propres et à formuler des recommandations pour garantir son rayonnement et l'efficience de son organisation. Leurs investigations ont été organisées selon six axes, afin de couvrir l'ensemble des sujets abordés par la lettre de mission : l'analyse de la situation financière ; la gestion des ressources humaines ; la politique immobilière et la gestion des espaces ; l'amélioration de l'efficience de l'organisation et des procédures ; la modernisation du dépôt légal, la stratégie de numérisation et la programmation des investissements informatiques ; enfin, la relance de la fréquentation, le développement des ressources propres et la tarification des prestations.



 
PREMIÈRE PARTIE - OBSERVATIONS DE LA MISSION
 

INTRODUCTION

 

I. LA BNF DISPOSE D’ATOUTS IMPORTANTS : UN SAVOIR-FAIRE RECONNU, DES
COLLECTIONS TRES RICHES, UN CLIMAT SOCIAL APAISE ET UNE SITUATION
FINANCIERE ENCORE SAINE
A. LA BNF PEUT LEGITIMEMENT ETRE CONSIDEREE COMME L’UNE DES MEILLEURES
BIBLIOTHEQUES NATIONALES DANS LE MONDE
1. Ses compétences professionnelles sont reconnues, ses missions traditionnelles sont bien
remplies et ses collections sont d’une très grande richesse
2. Le niveau de satisfaction de ses usagers est assez élevé, en dépit de quelques griefs

 

B. LE CLIMAT SOCIAL DE L’ETABLISSEMENT EST APAISE ET LA SITUATION FINANCIERE RESTE
SOLIDE, MALGRE UNE TENDANCE A LA DEGRADATION
1. Aucun conflit social majeur n’est intervenu au cours des dix dernières années et le transfert
de la gestion des ressources humaines s’est effectué sans difficultés
2. Si la situation financière reste saine, le contexte de stagnation voire de diminution du
montant de la dotation versée par l’État risque de conduire à des reports d’investissements

 

II. LA RENOVATION DE L’IMPLANTATION HISTORIQUE DE LA BNF ET LA
RATIONALISATION DE SON PARC IMMOBILIER DOIVENT CONSTITUER DES
PRIORITES
A. LE PARC IMMOBILIER DE LA BNF EST VIEILLISSANT ET ECLATE, ET PATIT DE L’ABSENCE DE
STRATEGIE IMMOBILIERE D’ENSEMBLE
1. La bibliothèque est dispersée de façon sous-optimale sur 13 implantations
2. Les sites principaux sont confrontés à des perspectives de saturation rapide, sans pour
autant qu’ait été mise en place une politique de gestion dynamique des espaces et des collections

B. LE COUT DE LA RENOVATION DU QUADRILATERE RICHELIEU, DONT L’URGENCE EST AVEREE,
IMPOSE DE REDUIRE LES BESOINS DE FINANCEMENT DE L’OPERATION PAR LA CESSION DES ANNEXES
DE CE SITE
1. La rénovation du quadrilatère Richelieu, urgente et trop longtemps repoussée, doit
désormais être engagée selon le calendrier défini
2. Les crédits de paiement nécessaires pour financer l’ensemble des travaux sont estimés par
la mission à 271 M€, dont 214 M€ pour le MCC
3. La BnF doit participer davantage au financement de l’opération

 

C. LA BNF DOIT ADOPTER UN SCHEMA DIRECTEUR IMMOBILIER TRANSVERSAL, EN SE FIXANT
L’OBJECTIF D’UN RESSERREMENT SUR TROIS A CINQ SITES A HORIZON 2020, ET DEVELOPPER UNE
GESTION DYNAMIQUE DE SES ESPACES ET COLLECTIONS
1. L’établissement doit définir une stratégie immobilière de long terme et assumer un objectif
de resserrement de ses implantations
2. Une gestion plus dynamique des espaces et des collections est indispensable

 

III. LE DEVELOPPEMENT D’UNE BIBLIOTHEQUE NUMERIQUE DE REFERENCE
SUPPOSE DE REORIENTER LA STRATEGIE DE NUMERISATION ET DE DEGAGER
DES MARGES DE MANŒUVRE FINANCIERES
A. LA NUMERISATION DES COLLECTIONS, ENJEU STRATEGIQUE MAJEUR, DOIT EVOLUER VERS
UNE DYNAMIQUE PLUS QUALITATIVE ET PARTENARIALE
1. La numérisation constitue un défi d’ampleur identifié par la BnF, qui s’est engagée
résolument dans cette voie, sans toutefois que ses choix soient toujours pertinents
2. La BnF doit passer d’une logique quantitative à une logique plus qualitative et partenariale,
davantage tournée vers les urgences et les attentes du public

 

B. L’AMPLEUR DES INVESTISSEMENTS INFORMATIQUES NECESSAIRES EXIGE DE DEGAGER DES
MARGES DE MANŒUVRE EN AMELIORANT L’EFFICIENCE DE LA GESTION
1. Les besoins financiers nécessaires pour la constitution et la préservation d’une bibliothèque
numérique excèdent largement le strict coût du procédé de numérisation
2. Des marges de manœuvre substantielles peuvent être dégagées en améliorant l’efficience de
l’organisation et des procédures et en tirant profit du nombre important de départs à la retraite
dans les cinq années à venir

 

IV. LA RELANCE DE LA FREQUENTATION ET LE DEVELOPPEMENT DES
RESSOURCES PROPRES PASSENT PAR UNE COMMUNICATION PLUS OFFENSIVE ET
UNE OUVERTURE ASSUMEE VERS LE GRAND PUBLIC
A. LA REDEFINITION A COURT TERME DE LA VOCATION DU HAUT-DE-JARDIN DU SITE
FRANÇOIS-MITTERRAND, INDISPENSABLE POUR ENRAYER LA CHUTE DE SA FREQUENTATION, EST
IMPERATIVE
1. La baisse régulière de la fréquentation de la bibliothèque d’étude, ouverte en principe au
plus grand nombre, remet en cause le projet même de constitution de la BnF
2. La gratuité de l’accès à la bibliothèque du Haut-de-jardin constituerait un signal très fortà même de relancer la fréquentation et de diversifier les publics

 

B. LA BNF DOIT MIEUX COMMUNIQUER AUTOUR DE LA RICHESSE DE SES COLLECTIONS ET SE
TOURNER DAVANTAGE VERS LE GRAND PUBLIC
1. L’ouverture vers le grand public doit devenir une orientation forte du développement de la
bibliothèque
2. L’institution doit mettre en place une politique de communication plus offensive et améliorer
sa lisibilité

 

C. LE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES PROPRES SUPPOSE LA FIXATION D’OBJECTIFS
AMBITIEUX ET UNE VOLONTE DE MIEUX CONCILIER LES LOGIQUES PATRIMONIALE ET
COMMERCIALE
1. La BnF doit se fixer des objectifs ambitieux en matière de mécénat et de location d’espaces
2. L’institution doit veiller à la diffusion d’une culture du résultat dans des activités
aujourd’hui déficitaires et rechercher de nouvelles sources de financement pour sa bibliothèque
numérique

 

RECAPITULATIF DES PRINCIPALES PROPOSITIONS

 

 

 
DEUXIEME PARTIE - REPONSES DU PRESIDENT DE LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE


  
TROISIEME PARTIE - NOUVELLES OBSERVATIONS DE LA MISSION



ANNEXES

ANNEXE I : LETTRE DE MISSION

ANNEXE II : LISTE DES PERSONNES RENCONTREES

ANNEXE III : NOTE DE CADRAGE

ANNEXE IV : GLOSSAIRE






RECAPITULATIF DES PRINCIPALES PROPOSITIONS


 

1. Analyse financière
• Mieux piloter les recettes et les dépenses par la mise en place d’une comptabilité analytique et
d’un contrôle de gestion reposant sur un outil informatique transversal, partagé par l’ensemble
des directions de l’établissement.
• Accélérer le rythme de versement de la subvention (passer à un rythme mensuel), en tenant
compte des besoins réels de trésorerie de l’établissement.

2. Gestion des ressources humaines
• Aller au terme de la logique de déconcentration de la GRH (sanctions disciplinaires du
premier groupe et recrutement sans concours des adjoints administratifs).
• Définir une cible et une structure d’emplois et de compétences à moyen terme et actualiser la
cartographie des métiers de la BnF, afin d’y intégrer notamment l’impact du numérique.

3. Politique immobilière et gestion des espaces
• Se doter d’un schéma directeur immobilier et d’une stratégie de resserrement des implantations,
en visant un objectif de regroupement sur trois à cinq sites à l’horizon 2020 :
- en se désengageant de l’Opéra-Garnier et progressivement du site de Sablé-sur-Sarthe,
voire d’Avignon (en cas d’absence de dévolution à la BnF du fonds Jean-Vilar) et de
la bibliothèque de l’Arsenal (dont la gestion pourrait être transférée en l’absence de
réelles perspectives) ;
- en rassemblant les activités de conservation et de numérisation sur les sites de Bussy-Saint-Georges et François-Mitterrand.
• Lancer rapidement les travaux de rénovation du quadrilatère Richelieu, en réduisant le besoin de
financement du projet par la cession des bâtiments annexes autour de cette implantation (y
compris celui qui abrite le département de la musique au 2, rue de Louvois).
• Se doter d’une gestion dynamique des espaces et des collections et mieux exploiter les capacités
du centre technique de Bussy-Saint-Georges.

4. Amélioration de l’efficience de l’organisation et des procédures
• Externaliser tout ou partie de fonctions pouvant être réalisées à moindre coût par un prestataire
extérieur :
- la reproduction, activité pour l’essentiel commerciale, structurellement déficitaire ;
- le catalogage des ouvrages étrangers ;
- le courrier.
• Améliorer les conditions d’accueil du public en mettant en place une structure unique dédiée, en
simplifiant le parcours du lecteur.
• Rationaliser le circuit du livre et améliorer la performance des fonctions acquisition, catalogage,
magasinage et communication des documents :
- en mutualisant les fonctions de magasinage, de service au public et de communication
entre les différents services de chaque département et en en accroissant l’efficience ;
- en réorganisant la filière des acquisitions à titre onéreux et en mettant en place une équipe transversale d’acquéreurs ;
- en centralisant la fonction catalogage.
• Réduire le taux d’encadrement et rendre la répartition des postes de secrétaires et d’assistants
administratifs plus homogène.
• Optimiser certaines dépenses de fonctionnement courant : gestion de la flotte de véhicules,
nettoyage, gardiennage, entretien du parc d’ascenseurs et gestion des magasins de fournitures.

5. Modernisation du dépôt légal, stratégie de numérisation et programmation des
investissements informatiques
• Permettre à brève échéance un dépôt légal sous format numérique des données - prioritairement
pour la presse -, ce qui suppose un important travail de persuasion et de pédagogie auprès des éditeurs (élaboration d’une charte déontologique, ouverture de comptes de stockage, proposition
de numérisation de livres épuisés).
• Revoir à la baisse l’ambition du dépôt légal d’Internet en se concentrant sur les collectes ciblées
et sortir de l’actuelle fragilité juridique dans laquelle il se trouve, en procédant au plus vite à l’adoption du décret autorisant la consultation des archives du Web.
• Réorienter la politique de numérisation de la BnF vers une stratégie plus qualitative et
partenariale et diversifier ses sources de financement :
- renforcer la logique de sélection qualitative en ciblant la numérisation sur les ouvrages
les plus distinctifs de la BnF (ouvrages de la réserve, collections spécialisées) ;
- renforcer la dimension partagée de la numérisation, avec le réseau des pôles associés
de la BnF (ouverture des crédits de la troisième tranche du marché de masse) voire de
partenaires privés ;
- étendre l’éligibilité des crédits du centre national du livre à l’ensemble des supports de
la BnF, afin de renforcer la pertinence de la numérisation et de l’orienter en priorité vers les supports les plus fragiles et/ou les plus demandés, tels que la presse et
l’audiovisuel ;
- développer le mécénat pour la numérisation, ainsi que le volet commercial de
Gallica 2, afin d’en faire un site patrimonial et privé de référence.
• Se doter des outils d’un pilotage fin des investissements informatiques de la BnF.
• Assurer la réussite du déploiement du projet SPAR « tiers archivage » : étendre l’offre de
location d’espace numérique à un panel élargi de tiers, s’assurer de la juste tarification de la
prestation et adapter l’extension des capacités à la demande effectivement constatée.

6. Relance de la fréquentation, développement des ressources propres et tarification
des prestations
• Rendre gratuit l’accès à la bibliothèque du Haut-de-jardin du site François-Mitterrand.
• Améliorer la qualité de service en répondant aux griefs des lecteurs.
• Arrêter une stratégie ambitieuse de levée de fonds, notamment en matière de mécénat, de
location d’espaces et de location d’expositions itinérantes.
• Envisager la cession de pièces détenues en plusieurs exemplaires par la BnF (y compris à la
bibliothèque de l’Arsenal) pour financer de nouvelles acquisitions.
• Fixer un objectif d’équilibre financier pluriannuel de la politique d’expositions et développer la
culture du résultat dans la politique éditoriale.