Retour
 

Etude comparative des effectifs des services publics de l'emploi en France, en Allemagne et au Royaume-Uni

Auteur(s) :

Editeur :

  • Inspection générale des finances

Date de remise : Avril 2011
538 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Par lettre de mission du 18 juin 2010, le ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi et le secrétaire d'Etat à l'emploi ont confié à l'Inspection générale des finances (IGF) la réalisation d'un benchmark européen sur les effectifs du service public de l'emploi (SPE) des principaux partenaires européens de la France, notamment le Royaume-Uni et l'Allemagne, afin d'éclairer le débat sur la « bonne taille » de l'opérateur principal Pôle emploi. Dans la réalisation du benchmark, une attention particulière devait être accordée à l'organisation des différents services de placement et aux modalités d'adaptation à la crise retenues dans les différents pays.



 
1. LA COMPARAISON DES EFFECTIFS DE DIFFERENTS SERVICES PUBLICS DE L’EMPLOI COMPORTE CERTAINES LIMITES METHODOLOGIQUES
 

1.1. Le décompte des effectifs des services publics n’est réalisé que sur un périmètre
restreint de missions
1.1.1. Les SPE couverts par le benchmark recouvrent des champs d’intervention
et des acteurs différents
1.1.2. Le périmètre de comparaison retient quatre missions fondamentales

1.2. Le recensement des effectifs sur le périmètre de missions retenu fait l’objet de
plusieurs réserves méthodologiques

 
2. LE SERVICE PUBLIC DE L’EMPLOI FRANÇAIS APPARAIT MOINS DOTE EN EFFECTIFS QUE SES HOMOLOGUES ALLEMAND ET BRITANNIQUE, NOTAMMENT SUR LA MISSION D’ACCOMPAGNEMENT
 

2.1. Une fois rapportés au nombre de chômeurs et hors sous-traitance, les effectifs
globaux du SPE français sont inférieurs aux effectifs du SPE britannique et très
inférieurs aux effectifs du SPE allemand

2.2. L’analyse plus fine des effectifs hors sous-traitance fait apparaître un
dimensionnement de la mission d’accompagnement nettement inférieur en
France à celui qui prévaut en Allemagne ou au Royaume-Uni
2.2.1. L’examen du poids respectif de chaque mission dans les effectifs totaux des
trois SPE met en évidence plusieurs orientations structurantes en matière
d’allocation des ressources
2.2.2. Les effectifs français, rapportés au nombre de bénéficiaires concernés par
chaque mission, sont inférieurs aux effectifs allemands et britanniques
pour trois missions opérationnelles sur quatre, notamment la mission
d’accompagnement du demandeur d’emploi

2.3. L’analyse des budgets de sous-traitance tend à conforter le constat d’un
moindre dimensionnement de la mission d’accompagnement du demandeur
d’emploi en France

 
3. L’ANALYSE DES ECARTS DE PRODUCTIVITE PAR MISSION PERMET D’AFFINER LE DIAGNOSTIC SUR LES FORCES ET FAIBLESSES DU SERVICE PUBLIC DE L’EMPLOI FRANÇAIS
 

3.1. Sur la mission d’accueil et d’information des demandeurs d’emploi, le système
français parait le plus apte à offrir un service de proximité au moindre coût

3.2. Sur la mission d’indemnisation, le système français apparaît le plus économe en
effectifs

3.3. L’offre de services aux employeurs est plus étendue et moins ciblée en France
qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni, ce qui peut expliquer des effectifs assez
nombreux

3.4. En matière d’accompagnement des demandeurs d’emploi, l’offre de services est
moins intensive dans le SPE français que dans les SPE allemand et britannique

 
4. PLUSIEURS ENSEIGNEMENTS PEUVENT ETRE TIRES DE L’EXPERIENCE DE NOS PARTENAIRES POUR AMELIORER LES PERFORMANCES DU SERVICE PUBLIC DE L’EMPLOI FRANÇAIS DU POINT DE VUE DU RETOUR A L’EMPLOI
 

4.1. L’intensification et la différenciation de l’accompagnement du demandeur
d’emploi peuvent contribuer à améliorer l’efficacité du service public de
l’emploi tout en diminuant ses coûts
4.1.1. L’intensification de l’accompagnement des chômeurs semble avoir un
impact positif sur les taux de retour à l’emploi et sur l’efficience générale
de la politique de l’emploi
4.1.2. A la lumière des expériences étrangères, un accroissement des moyens du
SPE français consacrés à l’accompagnement, ciblé sur les publics les plus éloignés du marché du travail, pourrait être envisagé

4.2. Des enseignements plus structurels sur l’organisation et la gouvernance du
service public de l’emploi peuvent également être tirés de l’exercice de
benchmark
4.2.1. Un premier sujet de réflexion concerne l’adaptation des capacités des
services publics de l’emploi à la conjoncture
4.2.2. Un deuxième axe de réflexion concerne l’organisation du régime de
solidarité chômage
4.2.3. Un benchmark complémentaire pourrait être mené sur l’intégration de la
formation professionnelle dans l’offre de services du service public de
l’emploi
4.2.4. Un dernier chantier de réflexion concerne les modalités de recours à la cotraitance
et à la sous-traitance