Retour
 

Réussir la démocratisation de l'enseignement supérieur : l'enjeu du premier cycle

Auteur(s) :

Editeur :

  • Journaux officiels

Collection : Journal officiel de la République française, avis et rapports du Conseil économique, social et environnemental

Date de remise : Janvier 2012
66 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

Si la France affiche un taux élevé de diplômés du supérieur (43% dans la population des 30-34 ans en 2010), le paysage de l'enseignement supérieur est marqué par une grande hétérogénéité des formations et filières proposées. Cette situation conduit à un taux d'échec très important dans le premier cycle universitaire, particulièrement pour les jeunes des classes populaires, notamment ceux issus des baccalauréats professionnels et technologiques. Tel est le constat rappelé dans le présent avis du CESE. Celui-ci préconise une meilleure articulation des diverses voies de l'enseignement supérieur, en redonnant toute leur attractivité aux universités, et en ouvrant plus largement les IUT et les sections de techniciens supérieurs aux bacheliers technologiques et professionnels. Pour atteindre ces objectifs, il recommande la mise en oeuvre d'un véritable plan de réussite en premier cycle portant sur l'accueil des étudiants, les conditions d'enseignement et la transition entre lycée et université.

Synthèse de l’avis

Le constat

I. L’enseignement supérieur en France : un mode d’organisation très diversifié mais dans lequel les complémentarités sont faibles
1. Une particularité française : la coexistence de différentes structures et différentes voies d’enseignement supérieur
2.Un paysage en mouvement : LMD et LRU
3. La concurrence l’emporte sur la complémentarité entre les différentes structures et les différentes voies de l’enseignement supérieur
a) Une relative désaffection des bacheliers vis-à-vis de l’université
b) Une dérive des IUT et des STS au regard de leur fonction d’origine
c) Un développement des « autres formations » supérieures

II. Des inégalités de parcours et de réussite très marquées
1. Selon le parcours de formation antérieur
a) Poursuite d’études et orientation
b) Échec et réussite
2. Un déplacement des inégalités vers l’enseignement supérieur

III. Les obstacles à une démocratisation réussie de l’enseignement supérieur
1. La question de l’orientation
2. Les conditions d’études
a) Le « continuum » scolaire : une spécificité française
b) Le défi des « nouveaux étudiants »
c) Une gestion des personnels de l’université qui n’est pas à la hauteur de ce défi
d) Des initiatives nouvelles mais disparates pour lutter contre l’échec en premier cycle
3. Les conditions de vie
a) Une fragilité économique répandue
b) Études et travail salarié : une conciliation parfois difficile
c) Le logement un enjeu crucial qui pèse sur le choix des études et de la réussite

Conclusion

Les préconisations

I. Développer la complémentarité des diverses voies du supérieur à la sortie du lycée 24

II. Redonner toute son attractivité à l’université, y assurer la réussite
1. Un plan de réussite en premier cycle
a) Améliorer les conditions d’enseignement
b) Améliorer l’accueil et l’environnement des étudiants
c) Améliorer la transition entre lycée et université
2. Accentuer la dimension professionnalisante des formations universitaires
3. Développer la formation continue et la VAE
4. Doter les personnels de tous les moyens d’assurer leurs missions
5. Financement et pilotage

III. Améliorer le lien entre lycée et enseignement supérieur, mieux orienter

IV. Améliorer d’urgence la situation matérielle des étudiants

Conclusion

Déclaration des groupes

Scrutin

Table des sigles
Liste des personnes auditionnées
Liste des personnes entendues

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Enseignement superieur , Universite

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP