Retour
 

Rapport d'information déposé (...) par la commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire relatif au traitement par l'administration fiscale des informations contenues dans la liste reçue d'un ancien salarié d'une banque étrangère

Auteur(s) :

    • FRANCE. Assemblée nationale. Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire

Editeur :

  • Assemblée nationale

Collection : Documents d'information de l'Assemblée nationale

Date de remise : Juillet 2013
65 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Dans le cadre des activités de contrôle de la commission des finances, le présent rapport d'information revient sur le traitement par l'administration fiscale des informations contenues dans la liste reçue d'un ancien salarié d'une banque étrangère (HSBC Genève). Le rapport consigne les résultats de ces travaux. Il présente le déroulement de l'obtention et de l'extraction des données informatiques par l'administration et la justice françaises, ainsi que leur exploitation par l'administration fiscale, dans tous leurs aspects. Il précise les caractéristiques principales de cette liste, telles que le nombre de personnes y figurant, qui a donné lieu à de nombreuses controverses, et le montant des avoirs. Il détaille les difficultés juridiques auxquelles l'administration s'est trouvée confrontée compte tenu de l'origine des données et des dénégations de certains contribuables, et les conditions de régularisation et de taxation des avoirs dissimulés. Il expose l'utilisation qui est faite de certaines données, par exemple dans un fichier spécifiquement créé à cette occasion, et présente les premiers constats résultant de cette affaire et les pistes de réflexions qu'elle peut ouvrir.

SYNTHÈSE

INTRODUCTION

I. L’OBTENTION D’UNE LISTE DE DÉTENTEURS DE COMPTES EN SUISSE NON DÉCLARÉS, À PARTIR D’INFORMATIONS TRANSMISES PAR UN ANCIEN INFORMATICIEN DE LA FILIALE SUISSE DE LA BANQUE HSBC

A. DEUX CANAUX PARALLÈLES DE TRANSMISSION DES INFORMATIONS
1. La remise de données à l’administration fiscale
2. La saisie de données par l’autorité judiciaire lors d’une perquisition réalisée à la demande de la justice suisse

B. LE DÉCRYPTAGE DE FICHIERS INFORMATIQUES PAR L’ADMINISTRATION FISCALE
1. L’extraction de données complexes, dont le morcellement assurait l’opacité
2. Les résultats de ce travail d’analyse
a. Près de 3 000 comptes détenus par des personnes physiques et morales susceptibles d’être résidentes françaises
b. Des sommes de l’ordre de 5 milliards de dollars au total

II. L’EXPLOITATION DE CES DONNÉES

A. UN TRAITEMENT FISCAL DES INFORMATIONS ENCADRÉ PAR DES CONTRAINTES JURIDIQUES FORTES
1. Les difficultés juridiques posées par l’origine des preuves
a. L’éventuel risque juridique pour les agents de l’administration fiscale
b. La difficulté d’opposer les données aux contribuables au regard de la jurisprudence applicable
c. Une utilisation indirecte des informations disponibles avec des risques de dénégation des contribuables
2. Les modalités de contrôle retenues
a. Le choix de la centralisation des opérations au sein de la DNVSF, impliquant d’étaler les contrôles dans le temps
b. Un traitement en plusieurs vagues, en cours d’achèvement
3. La taxation des sommes dissimulées
a. Différents impôts concernés, avec des règles de prescription longues
b. Les modalités d’application des pénalités
c. Un bilan provisoire de 186 millions d’euros de droits et pénalités recouvrés
d. Les perspectives d’amélioration de ces résultats par l’utilisation des nouveaux outils législatifs à l’encontre des contribuables en dénégation
e. Le cas des personnes morales

B. LES DOSSIERS FAISANT L’OBJET D’UNE ENQUÊTE JUDICIAIRE FISCALE
1. Des moyens d’investigation spécifiques
2. Le traitement en cours de cinquante dossiers par la BNRDF

C. LE TRAITEMENT DES COMPTES AUX EN-COURS NULS OU NÉGATIFS, AVEC LA CRÉATION DU FICHIER EVAFISC
1. La mise en place d’un fichier recensant les informations sur la détention de comptes à l’étranger
2. Le déversement des données de la « liste HSBC » dans ce fichier et les modalités de son utilisation

D. LA TRANSMISSION DES DONNÉES À D’AUTRES PAYS, DANS LE CADRE DE LA COOPÉRATION ADMINISTRATIVE INTERNATIONALE

III. LES PREMIERS ENSEIGNEMENTS DE L’AFFAIRE DE LA « LISTE HSBC »

A. UN MODE DE FONCTIONNEMENT BANCAIRE FONDÉ SUR LE CLOISONNEMENT ET LE CONTOURNEMENT DES RÈGLES

B. QUELQUES PREMIÈRES CONCLUSIONS

EXAMEN EN COMMISSION

LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES