Retour
 

Rapport d'information déposé (...) par la commission des affaires culturelles et de l'éducation en conclusion des travaux de la mission sur les liens entre le lycée et l'enseignement supérieur

Auteur(s) :

    • FRANCE. Assemblée nationale. Commission des affaires culturelles et de l'éducation

Editeur :

  • Assemblée nationale

Collection : Documents d'information de l'Assemblée nationale

Date de remise : Juillet 2015
163 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

La mission d'information explore les moyens de renforcer les liens entre le lycée et l'enseignement supérieur, partant du constat suivant : « le lycée n'offre pas à tous les jeunes les armes nécessaires pour réussir de manière égale dans leur choix d'études supérieures et organiser au mieux la transition entre les trois années du second cycle du secondaire et les trois premières années de l'enseignement supérieur ». Le rapport présente 33 propositions : prolonger dans le second cycle du secondaire la logique d'un socle commun de plusieurs matières fondamentales assorties d'options ; développer la polyvalence ; réformer le baccalauréat avec trois objectifs : simplifier son organisation, améliorer sa qualité certificative et mieux l'articuler avec l'enseignement supérieur ; etc.

SYNTHÈSE DU RAPPORT

LISTE DES RECOMMANDATIONS

INTRODUCTION

I. POUR UN LYCÉE OUVERT QUI OFFRE À TOUS DE RÉELS CHOIX ET DES ARMES ÉGALES POUR RÉUSSIR DANS LE SUPÉRIEUR

A. METTRE FIN À LA HIÉRARCHIE DES FILIÈRES ET À LA SÉLECTION PAR L’ÉCHEC EN CRÉANT UN LYCÉE POUR TOUS

1. Les dysfonctionnements du système des filières, un mal incurable ?

a. La hiérarchie entre les filières et l’hégémonie persistante de la série S

b. Un lycée professionnel en trois ans qui n’offre plus de passerelles ascendantes

c. Des filières technologiques prises en tenaille entre les deux autres voies de formation

2. Aller vers un système plus modulaire

a. L’organisation des enseignements : aller vers un tronc commun assorti d’options

b. Encourager la polyvalence dans la structuration des établissements publics locaux d’enseignement ?

c. Développer les dispositifs favorisant la diversification des parcours

i. Pour la voie professionnelle, proposer une année supplémentaire ou une préparation « à la carte »

ii. Pour la voie générale et technologique, proposer des stages-passerelles

B. UN LYCÉE QUI PRÉPARE MIEUX AU SUPÉRIEUR ET À L’INSERTION

1. Libérer le lycée de l’emprise d’un baccalauréat hypertrophié pour en faire un réel temps de préparation du supérieur

a. Repenser les modalités du baccalauréat

b. Réinstaurer une véritable formation scientifique

c. Dynamiser les dispositifs de suivi individualisé

2. Se donner les moyens d’une orientation plus progressive, informée et active

a. Encourager l’ouverture sur le monde professionnel

b. Améliorer l’information des lycéens et de leurs familles en développant la formation des enseignants

c. Renforcer la coopération entre les équipes éducatives du secondaire et du supérieur et entre les lycées et les universités

d. Rénover le portail Admission post-bac (APB)

e. Introduire la concertation dans les procédures d’orientation

f. Lutter contre le décrochage scolaire

II. BÂTIR L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR DE LA RÉUSSITE POUR CHACUN

A. UN PAYSAGE FRAGMENTÉ ET ÉLITISTE

1. Une profusion qui dissimule mal sa hiérarchie

a. Un système complexe et élitiste, offrant trop de prise à la reproduction sociale

b. Un système d’autant plus générateur d’angoisse sociale que les choix sont précoces et n’offrent guère de seconde chance

i. Une crispation sur le « diplôme » sécurisant et une survalorisation des filières sélectives et généralistes

ii. Une extrême complexité laissant se développer des offres privées pléthoriques et parfois abusives

2. Des universités qui portent une partie disproportionnée du poids de la massification

B. L’ORIENTATION POUR CHACUN ET NON LA SÉLECTION DE QUELQUES-UNS : PASSER D’UNE LOGIQUE DE FLUX HIÉRARCHISÉS À UNE LOGIQUE DE PARCOURS PERSONNALISÉS

1. Des signaux clairs plutôt que des aiguillages rigides : créer des parcours-types et des appariements souples appuyés sur une étroite coopération entre les lycées et l’enseignement supérieur

a. Le frein de l’accès à l’information

b. Le frein de l’encombrement des filières professionnalisantes

c. Les freins géographiques et socioculturels

2. Des passerelles et des reconversions plutôt que des « sens interdits » : sortir du faux débat de la sélection et encourager la construction de parcours personnalisés

a. Avancer vers l’équivalence entre les diplômes initiaux et les diplômes de formation continue

b. Donner des deuxièmes chances avec les passerelles

c. Mettre de l’ordre dans les sélections

C. DES PARCOURS MIEUX SÉCURISÉS : FAIRE DE LA LICENCE UNE VRAIE ÉTAPE-FORCE DES ÉTUDES (S’ATTELER ENFIN AU « L » DU « LMD »)

1. La première mission de la licence : préparer et faire réussir dans le supérieur grâce à la spécialisation progressive

2. La deuxième mission : insérer les étudiants qui le souhaitent

D. DE RÉELLES CHANCES DE RÉUSSITE POUR CHACUN : DÉMOCRATISER L’ENSEIGNEMENT DU SUPÉRIEUR

1. Une rénovation urgente et indispensable des méthodes pédagogiques, en continuité avec le lycée

a. Atténuer le choc pédagogique entre le lycée et le supérieur

i. Une nouvelle manière d’enseigner à l’université

ii. Une coordination nécessaire entre les équipes enseignantes du secondaire et du supérieur

b. Le défi de l’accompagnement personnalisé

i. L’identification et le suivi des étudiants en difficulté : concentrer les efforts sur ceux qui en ont le plus besoin

ii. La remédiation pour les étudiants en difficulté : créer des itinéraires bis et non des chemins de traverse

2. L’indispensable valorisation des activités d’enseignement dans le supérieur et la constitution d’une vraie équipe pédagogique, nourrie par des échanges et des mobilités dynamiques entre le secondaire et le supérieur

a. Remettre l’activité d’enseignement à l’université au cœur des missions et des carrières des enseignants-chercheurs

b. Avancer vers une culture commune de l’enseignement du bac – 3/bac + 3 par des échanges de service et par une forte impulsion aux mobilités entre les deux niveaux d’enseignement

TRAVAUX DE LA COMMISSION

CONTRIBUTIONS

I. CONTRIBUTION DE MME DOMINIQUE NACHURY, PRÉSIDENTE, AU NOM DU GROUPE LES RÉPUBLICAINS

II. CONTRIBUTION DE M. CHRISTOPHE PREMAT, MEMBRE DE LA MISSION D´INFORMATION

ANNEXE : LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES PAR LA MISSION

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Lycee , Enseignement superieur , Universite

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP