Retour
 

Combiner paysage et hydroélectricité renouvelable ? Le choix de Salles-la-Source

Auteur(s) :

Editeur :

  • Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie : Ministère de l'économie, de l'industrie et du numérique

Date de remise : Avril 2016
80 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

La poursuite de l'exploitation de la micro-centrale hydroélectrique de Salles-la-Source est contestée par l'association « Ranimons la cascade », compte tenu de son impact sur le débit de la cascade du village. Elle estime que seule une cascade coulant en permanence à plein débit peut valoriser le site et apporter à la commune les retombées que son patrimoine lui permet d'espérer. Elle s'est positionnée en faveur de l'arrêt définitif de la centrale. Le refus du gérant de chercher une solution amiable pour le règlement de la redevance d'occupation du domaine public a crispé les positions. L'histoire juridique de cette installation mise en service en 1932 par la société hydroélectrique de la vallée de Salles-la-Source (SHVSS) est un long contentieux de 85 ans. La mission estime que la gestion du dossier est un fiasco administratif qui ne peut plus durer, et qu'il est indispensable de clore la concession échue par un transfert des biens à l'Etat, et par le refus de l'autorisation d'exploitation demandée. La cascade n'apparaît pas comme un moteur essentiel à l'échelle de la vallée. La valeur paysagère du site est rattachée à la qualité du bâti, à son ordonnancement, à la mise en scène par les falaises et l'étagement des jardins et des vignes. La mission estime possible de combiner qualité du paysage et production d'électricité renouvelable de façon rentable, en améliorant les conditions de débit réservé. La décision d'arrêter ou de poursuivre relève de l'Etat, mais doit associer la commune et la communauté de communes auxquelles appartient le rôle de définir un projet économique et touristique réaliste puis de le mettre en oeuvre. L'appel à projets « Territoire à énergie positive pour une croissance verte » offre un cadre propice à cette démarche. En fonction du choix retenu, le rapport identifie les mesures à prendre, y compris en ce qui concerne la propriété finale des installations.