Retour
 

Les incidents et accidents nucléaires dans la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux sur les réacteurs uranium naturel - graphite - gaz

Auteur(s) :

    • FRANCE. Conseil général de l'environnement et du développement durable; FRANCE. Conseil général de l'économie, de l'industrie, de l'énergie et des technologies

Editeur :

  • Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie : Ministère de l'économie, de l'industrie et du numérique

Date de remise : Mai 2016
109 pages

Pour lire les rapports au format PDF vous avez besoin d'un lecteur PDF.
Pour lire les rapports au format EPUB vous avez besoin d'un lecteur EPUB.

Numérique (PDF)
 
Télécharger

A la suite de la diffusion par Canal + de l'émission « Nucléaire, la politique du mensonge? », les ministres ont souhaité que les deux accidents qu'a connus la centrale nucléaire de Saint-Laurent des eaux le 17 octobre 1969 et le 13 mars 1980 soient étudiés. A la suite des accidents, notamment en 1980, les actions entreprises ont été supervisées et validées par de nombreux échanges entre l'exploitant et les autorités de contrôle. La conception de ces réacteurs, avec un caisson de confinement efficace et des chutes de barres automatiques, s'est révélée pertinente et a concouru à circonscrire les conséquences de ces deux événements. Les éléments recueillis par la mission indiquent que la santé du public et l'environnement ne sont jamais apparus menacés. Si les exigences actuelles sont plus élevées, les deux accidents ont donné lieu à une information conforme aux pratiques alors en vigueur. Une pollution très limitée du fleuve Loire par du plutonium et des émetteurs alpha a été observée dont l'origine n'a pas pu être déterminée avec certitude. Celle-ci a commencé avant que ne survienne l'accident de mars 1980 et ne paraît pas totalement liée à celui-ci. L'illégalité de ces rejets n'est pas manifeste. L'encadrement des émissions radioactives de la centrale a été incertain ou peu formalisé au moins jusqu'en 1976. Aucun texte juridiquement opposable ne s'appliquait avant les arrêtés ministériels du 5 juillet 1979 et ces arrêtés qui encadraient les rejets lors de l'accident de 1980 ne fixaient pas de limite particulière pour les émetteurs alpha et ne les mentionnaient d'ailleurs pas. Toutefois, la question des rejets n'était pas ignorée et a été suivie dès la mise en service de la centrale.

 
 

Autres contenus apparentés

Voir aussi

Autres rapports sur le(s) thème(s):

Securite nucleaire

Restez informé

Abonnement à la lettre d'information de la BRP